Elections passées, le retour des taxes

P Et comme on peut s'y attendre, la première d'entre elles sera soit disant écologique ! Christine Lagarde et Jean-Louis Borloo présenteront mercredi un livre blanc sur les conditions d'une mise en œuvre d'une «contribution énergie climat». L'objectif est de taxer les consommateurs des énergies les plus émettrices de gaz à effet de serre responsable, soit-disant, du changement climatique. Une conférence de consensus doit réunir les 2 et 3 juillet plusieurs experts afin d'étudier les mécanismes possibles de taxation. Elle sera suivie autour du 10 juillet d'une table ronde réunissant les personnalités qualifiées, l'ensemble étant orchestré par l'ancien premier ministre Michel Rocard. Les idéologues de la Fondation Nicolas Hulot ont pensé un double système.  Alain Grandjean, économiste et membre du comité de veille de la fondation, explique :

"Il s'agit tout d'abord de mettre à contribution les ménages, les entreprises et les administrations en fonction de leur consommation d'énergie fossile, autrement dit le fioul, le gaz et le charbon".

L'idée serait ensuite de taxer la part de la consommation d'électricité qui provient également des énergies fossiles (gaz et charbon essentiellement). Selon une source gouvernementale, «si on instaure une contribution sur une assiette large et qu'on inclut les ménages, elle pourrait rapporter entre 5 et 6 milliards d'euros ».

K La semaine dernière, lors d'un déjeuner organisé à Paris pour la parution en français de son livre "Planète bleue en péril vert", Vaclav Klaus a contesté les dangers du réchauffement climatique, dénonçant l'"idéologie écologiste" visant à étendre le domaines des interventions et du contrôle de l'Etat.

"C'est la liberté qui est en danger. Le climat va bien".

Il a affirmé que le réchauffement climatique n'était ni "global", ni "important", ni "exclusivement provoqué par l'homme".

9 réflexions au sujet de « Elections passées, le retour des taxes »

  1. Romain Dyli

    Des personnes comme vous, M. Klaus, sont rares aujourd’hui sur la place publique!
    J’admire vraiment l’imagination de ces ministres pour trouver des taxes encore et encore…
    De plus, en parlant de Nicolas Hulot, si je peux conseiller quelque chose aux lecteurs du SB: Quand vous regardez Ushuaia Nature, regardez les images car elles sont magnifiques, mais surtout: coupez le son!!

  2. max

    le pire, c’est que ce système est à la fois dangereux pour le consommateur, et inutile pour la planète. Il fait doublon avec le système européen de marché du carbone, qui devrait déja permettre de réduire les émissions de CO2 de 30% d’ici 2020 (si un accord est trouvé à copenhague).
    tant que tous les Français ne vivront pas avec un vélo pour se déplacer, un feux de bois pour se chauffer et des bougies pour s’éclairer, les écologistes demanderont toujours plus!

  3. Louis

    ET bien voilà, ils ont trouvé. Il fallait bien trouver un moyen de nous faire payer la crise.
    Pas d’augmentation des impôts, pas d’inflation alors vive la taxe carbone. C’est opportun après la poussée verte. “Ils sont trop forts”, comme dirait ma fille.

  4. Oktavius

    Le problème c’est qu’avec le score pédoécolo aux élections européennes, ça risque d’étre la surenchère de mesures pour s’obtenir leurs bonnes gràces. Mieux vaudrait encore Allègre au gouvernement !

  5. Bernard S

    Curieux, ces progrssistes qui prônent sans cesse le changement, mais qui sont ultra-conservateurs quand il s’agit d’avoir un peu moins froid (ce qui reste d’ailleurs à démontrer).
    Il est vrai que cela leur donne un prétexte de plus pour nous prendre notre argent, qui plus est en période de récession…, et d’imposer leur gouvernement mondial.

  6. Philippe

    Moi j’ai une idée aussi pour une nouvelle taxe, mais je vous parie qu’elle ne viendra jamais à l’esprit de nos dirigeants.
    La taxe à la distance : plus le produit que vous consommez vient de loin, plus le taux est haut :
    – si on consomme les pommes de la région ou les tomates de la région d’à coté, pas de taxe,
    – mais si on achètes des produits venant d’un autre continent, alors là, un maximum de taxe, car pour les transporter jusqu’au magasin il a fallu bruler du carburant.
    Du coup, les pommes brésiliennes seront désanvatagées par rapport aux pommes normandes car plus polluantes.
    Peut être que l’idée m’est venue en découvrant que justement dans mon magasin il n’y avait plus de pommes françaises, mais qu’elles étaient importées de l’autre bout du monde ?

  7. Rubatell

    Il faut bien trouver des € pour payer un nombre toujours plus important de soi-disant scientifiques qui sont en fait des bureaucrates bien payés et qui organisent des hypothèses qu’ils nous servent comme des certitudes.

Laisser un commentaire