Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Elections : Lettre à mes filles sur la boite noire de l’économie 4/5

BN 4:5(Suite de Partie 1/5 : Marché, concurrence et morale, ici en lien), de la Partie 2/5 : Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel, ici en lien, et de Partie 3/5 L’eugénisme marchand concentrent les folies humaines, ici en lien)

Partie 4/5 L’amnésie du réel et le «compromat» méthodologique

L’amnésie économique face au réel est profondément ancrée dans des fondements institutionnels dogmatiques, des habitudes et des positions acquises : une bonne quarantaine d’économistes médiatisés assurent chaque cinq ans, l’impossibilité de faire autrement l’économie. Les media les présentent comme des forces de loi, alors que ces spécialistes n’ont ni argument, ni penchant pour s’intéresser à l’activité économique réelle d’un pays.

Et même, par esprit de contradiction malvenu, s'ils voulaient s’intéresser au réel, ce ne serait pour eux, pas "porteur" professionnellement… L’activité économique réelle appartient à un étage de l’économie qui n’intéresse que quelques personnes… un espace de «has beens». C’est du moins ce que les media et leur sphère tentent de nous faire croire. 

A un moment de l’histoire économique, ces activités réelles de l’économie pouvaient être identifiées, à ce qu’on a appelé la «meso-économie», sorte d’entre-deux entre la micro-économie et la macro-économie. Ces dernières, considérées comme les plus nobles de la discipline ont eu la docilité, assez paradoxale, de se laisser rassembler pour former un corpus complet. Dans cette construction théorique de la convergence, -nommée approche standard de l’économie-, automatiquement «l’économie du milieu» a été oubliée, comme écrasée dans l’insignifiance…

Le réel a été placé hors du cadre des recherches, de l’analyse, des rapports, des travaux d’experts ; mais pourtant les activités réelles sont déterminantes pour la vie des êtres humains. On peut comprendre ainsi comment les métriques des vivants et des économistes différent aussi radicalement. Les uns sont dans le réel, ses chocs, ses incertitudes et ses chaos et les autres sont dans le plat, le lisse, le rationnel, parfaitement prévisible (ou supposé l’être). Le monde de l’incompréhension a été ouvert comme la boîte de Pandore, tandis que la boîte noire de l’économie se refermait pour longtemps.

A une autre échelle, si on écoute les professionnels, ils parlent de leur business, de ce qu’ils produisent et comment, de ce qu’ils échangent et vendent, de ce qu’ils construisent… Et de ça l’économie contemporaine proprement dite, celle qui se lit dans les signaux et des indices financiers, n’en a rien à faire. Pourtant il importe aux experts financiers, qui œuvrent dans cette économie, d’influencer les comportements et les avis des acteurs de l’économie réelle, de manipuler les tendances en guidant les orientations sur des conventions de principe de bon management, «globalisation friendly». Il s’agit d’un travail d’influence pour promouvoir un «pseudo bon sens» qui n’est pas celui du réel mais seulement celui de la croyance. Les économistes et les experts sont devenus des hommes de marketing et de PR (public relation).

En matière entrepreneuriale, depuis plusieurs décennies, une telle position de marketing s'affirme toujours plus. Le concept de la «shareholder value» est défendu dans le monde des affaires, à partir de la convention que le business doit s’efforcer de favoriser la «liberté» des individus en rendant plus riche l’actionnaire pour l’inciter à prêter.

Aucun argument différent voire complémentaire de gestion, d’investissement, de personnel, de survie de la boîte, n’est supérieur à ce principe de gestion financière de l’entreprise. La gestion financière prime sur l’investissement, la recherche, le savoir-faire, le patrimoine, le savoir… l’identité et la vie même de l’entreprise. Ainsi se sont défaits, sous des apparences rationnelles, des empires industriels pourtant prospères et prometteurs.

Dans cet environnement mental, l’entreprise n’est qu’une entité administrative et juridique passagère ; le fait que s’y concentration des savoirs, des expériences et d’autres richesses collectives d’une communauté n’attire en rien l’attention, parce que tous ces éléments ne sont pas des actifs marchandisables. Les détruire n’a pas d’importance monétaire car il n’y a en soi pas de perte de valeur de se priver de quelque chose dont la valeur n’est considérée que comme étant nulle…parce qu’aucun marché ne la régit!

La logique marchande réduit, détruit et elle ne reconstruira jamais ce qu’elle a détruit. L’humain et l’entreprises sont fragiles face au marché dont le court-termisme les broie. Laisser le dernier mot à cette logique prédatrice dans une frénésie de Casino revient à détruire pas à pas tous les ressorts des activités économiques réelles, les gens et les territoires.

La conception théorique qui a prévalu pour signifier la fin de l’histoire en économie, a été tirée par la microéconomie et elle a piraté toutes autres substances de l’analyse économique ; il n’est plus resté un seul espace pour des considérations sociales comme aussi nationales. L’individu-marchandise a été mis en avant comme la seule perspective structurante de l’activité économique: un individu interchangeable, remplaçable par une machine ou un zombie si l’occasion se présente… L’horizon perçu a été ainsi aplati à l’image de cette économie théorique qui cherche à imposer au réel son moule.

Le «compromat» méthodologique, -mot que j’emprunte à la langue russe pour décrire un compromis faussé, destiné à faire du tors autour de lui, en organisant compromission et mensonge-, montre ses limites, ses failles et ses dangers à chaque niveau de l’activité économique. Pour les entreprises, maintenir un savoir-faire, comme aussi accroître les capacités productives par les savoirs et la vertElections : Lettre à mes filles sur la boite noire de l'économie 4/5

A suivre , Partie 5/5 Drames des territoires, drames humains et folies prédatrice mais espoir.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Tout à fait, l’Union Européenne c’est l’eugénisme marchand. Un chrétien ne peut que la quitter.
    Les articles 168 et 169 du TFUE donnent la priorité à la loi de l’argent sur les impératifs de la santé humaine.
    Rappelons-nous les scandales des farines animales, de l’huile de moteur dans les aliments, de l’Agence européenne des médicaments financée à 80 % par les laboratoires pharmaceutiques, etc.
    Les délocalisations industrielles dont souffre tellement la France trouvent leurs origines dans les traités européens : Inexistantes avant le traité de Maastricht en 1992, les délocalisations ont explosé sous l’effet de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services, inscrite aujourd’hui dans les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Cette politique libérale, avalisée par la gauche et la droite, est l’une des causes directes du chômage. Prétendre vouloir lutter contre les délocalisations tout en acceptant les traités européens relève de l’escroquerie politique.
    Si nos élites bradent le patrimoine public national, ce n’est pas parce que la France est trop endettée. Mais c’est parce que nous y sommes contraints par l’article 106 du TFUE, qui sert les intérêts des grands groupes privés.
    L’article 121 du TFUE donne le pouvoir au Conseil de l’Union européenne, sur proposition exclusive de la Commission européenne, de fixer les «grandes orientations des politiques économiques» (GOPÉ) de chaque État. La « loi Macron » ou la « loi El Khomri » — qui démantèlent notre droit du travail et précarisent toute la société sont tout bonnement dictées par Bruxelles. Nos soi-disant « dirigeants » ne sont en fait que les exécutants des politiques imposées par l’Union européenne !
    Les articles 38 et 39 du TFUE placent nos agriculteurs dans une concurrence insupportable avec des pays à très bas coût de salaire et les contraignent à une course folle à la productivité, au détriment de la santé, de l’environnement, de l’identité des terroirs et de la qualité gustative des aliments. C’est l’UE qui a introduit les OGM et qui veut nous imposer le « traité de libre-échange transatlantique » (souvent nommé TTIP ou TAFTA) !
    Bref, la France a tout intérêt à sortir de l’Union Européenne qui est devenue une véritable dictature. Il n’y a qu’un candidat qui propose le frexit. Attendre encore 5 ans pour le faire est irresponsable.

  2. Petit exemple de ce que nous apporte l’Union Européenne en matière de santé :
    Le Conseil National de Recherche d’Italie a découvert que les vaccins étaient contaminés par des nanoparticules toxiques. Il se demande pourquoi y a t-il des nano composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, antimoine, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium…, tous plus toxiques les uns que les autres dans les vaccins diffusés à l’échelle mondiale par les laboratoires GlaxoSmithKline, Pfizer, Berna Biotech, Sanofi Pasteur, Novartis, Wyeth Pharmaceutical, Baxter, etc…
    L’injection (intramusculaire) de microparticules d’un alliage de tungstène (contenant 91,1 % de tungstène, 6 % de cobalt et 2,9 % nickel) chez des rats de laboratoire a rapidement causé l’apparition de cancers avec tumeurs métastatiques agressives sur le site d’implantation. On trouve cependant du nano tungstène combiné ou non, dans les vaccins Infanrix Hexa, Typhérix, Priorix du laboratoire GlaxoSmithKline, dans le vaccin Menjugate de Novartis, dans les vaccins Prevenar et Meningitec du laboratoire Pfizer, dans le vaccin Meningitec de Wyeth Pharmaceutical (UK).
    http://medcraveonline.com/IJVV/IJVV-04-00072.pdf
    Vivement le frexit !

  3. Réponse à Ken :
    Merci pour votre analyse! Un problème d’accès aux commentaires m’a empêchée de la publier rapidement. Je vous prie de m’excuser.

  4. Bon exemple Zoe en effet
    Merci des info et des liens utiles
    Je vous prie de m’excuser pour cette publication tardive due à un problème technique…que j’ai mis du temps à repérer.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services