Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Electeurs musulmans : l’IFOP fait des statistiques ethniques

Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l'Ifop, a effectué une enquête sur le vote musulman, à la demande de la Fondation Jean-Jaurès. Alors que Robert Ménard avait été cloué au pilori médiatique pour avoir osé faire cet exercice dans les écoles de sa villes, l'IFOP ne s'embarrasse pas :

I"En l'absence de statistiques ethniques, interdites en France au nom de la lutte contre les discriminations, la difficulté pour les chercheurs était de pouvoir isoler, au sein du corps électoral, les électeurs français issus de l'immigration arabo-musulmane. En se basant (avec d'infinies précautions) sur les prénoms des électeurs — et au besoin sur les noms, dates et lieux de naissance — les équipes de Fourquet ont passé au peigne fin les listes électorales de sept villes (Marseille, Roubaix, Toulouse, Perpignan, Aulnay-sous-Bois, Mulhouse et Creil). Bien sûr, on peut appartenir statistiquement au groupe arabo-musulman en étant très croyant ou bien au contraire avoir une pratique religieuse éloignée, voire inexistante."

Je suis très intéressé pour avoir des détails sur ces "infinies précautions"…

Résultat de l'étude :

"Evalué à 5 % du corps électoral, le vote musulman a « fait » la victoire de François Hollande en 2012. Cet électorat, en grande partie populaire, a voté à 86 % pour lui au second tour de la présidentielle (il a remporté l'élection avec 51,56 % des suffrages). Un vote dopé par le rejet du président sortant et candidat Nicolas Sarkozy. Mais tout change lors des municipales de 2014. Cet électorat, déçu par l'absence de résultats en matière d'emploi et en bute à l'insécurité, s'est massivement abstenu, faisant basculer nombre de villes à droite. A Toulouse comme à Marseille, les candidats PS perdent le plus de voix dans les quartiers où les électeurs de confession musulmane sont les plus nombreux."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Pourquoi s’étonner ?
    Ce ne sont ni les propos ni les actions qui importent mais celui qui en est à l’origine. Il suffit du cas d’école des propos tenus par Manuel Valls sur le marché d’Evry sur “les Blancos” qui, chez un autre, auraient été passibles d’une condamnation judiciaire sévère.

  2. Je puis vous dire que tous mes nombreux collègues musulmans regrettent leur vote Hollande pour cause de pseudo mariage gay et gender.

  3. Je rejoins Jean [17h55] avec des témoignages et des confidences en ce sens.
    Noter les scrutins en Seine-Saint-Denis où le changement est stupéfiant.

  4. Et alors ?
    On ne poursuit pas l’IFOP, on ne perquisitionne pas ?
    Pourtant leur enquête pue le racisme puisqu’on est allé faire bien pire à M Ménard qui en a fait bien moins en mettant au jour des évidences.
    C’est vrai que l’IFOP est de gôche, ça permet d’éviter ce genre de contrariétés…

  5. Quand la France sera redevenue la France, les étrangers ne voteront pas, ils ne sont pas chez eux, ils ont le Maghreb, nous n’allons pas y voter.
    Chacun se mêle de ses affaires.

  6. Il ne suffit pas de changer le peuple !
    Encore faut-il mettre un nouveau peuple qui ait les mêmes idées que vous…
    Ben flûte alors, on ne savait pas, Marx n’avait pas précisé ça…

  7. Le mariage homosexuel obligatoire pour tous a fait perdre beaucoup d’électeurs à Hollande.

Publier une réponse