Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Eglise de la Ferrière-de-Flée : Mgr Delmas accepte le transfert de l’affectation cultuelle

Eglise de la Ferrière-de-Flée : Mgr Delmas accepte le transfert de l’affectation cultuelle

Face à l’émoi suscité, suite à la révélation sur RCF Anjou de la destruction possible de l’église de la Ferrière-de-Flée sur la commune de Segré-en-Anjou-Bleu, l’évêque du diocèse d’Angers, Mgr Delmas a confirmé aujourd’hui dans un communiqué le transfert du culte dans un autre lieu à proximité.

L’avenir de l’église Sainte-Madeleine de la Ferrière-de-Flée est l’objet de débats dans les médias depuis plusieurs jours.

Cette église est fermée pour des raisons de sécurité depuis huit ans. Ainsi, pour permettre aux habitants et à la communauté paroissiale de disposer d’un lieu de culte, j’ai accepté le transfert de l’affectation cultuelle sur un bâtiment situé à proximité immédiate.

Le souci premier du diocèse d’Angers est bien sûr le maintien d’un un lieu de prière et de vie pour tous et les communautés paroissiales locales en particulier.

Dans le même temps, je reste très vigilant quant à l’avenir des églises en Anjou et demande que tout soit mis œuvre pour que ce patrimoine commun puisse perdurer.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Réponse du vicaire général du diocèse, le Père Pascal Batardière sur RCF :

Une pétition contre cette destruction est en ligne sur l’Observatoire de la christianophobie.

Partager cet article

10 commentaires

  1. En clair l’évêque ne se battra pas pour conserver cette église ni aucune autre du reste. Il accepte sans broncher toute décision venant de la municipalité: “Ce n’est pas mon problème!”
    N’importe quel ” salle de prière” fera l’affaire. Pour les musulmans cela devient vite insuffisant, pour les catholiques ce sera leur lot!
    Et pour le Christ quel serait le mieux?

  2. Depuis des années, de nombreuses municipalités n’accomplissent plus leur devoir d’entretien des églises. Au vue de leur dégradation progressive, celles-ci ci sont d’abord fermées au public pour des raisons de sécurité, puis elles sont détruites au bulldozer et, finalement, remplacées par de belles mosquées toutes neuves (j’aimerais pouvoir dire “flambant neuves”, au sens propre du terme), le tout avec le silence complice du Monseigneur local…

    • Le prix de notre apostasie. Puisse cela nous réveiller mais j’en doute. Il va nous falloir plus fort et plus sanglant pour que, peut-être, nous comprenions enfin. Ce n’est pas pour demain, et après quels dégâts ?

  3. Ces évêques se rêveraient-ils en fossoyeurs ?
    Cette église sera détruite avec la bénédiction du clergé affectataire.

  4. La vraie question est :
    comment rechristianiser la France.
    Une fois que ce sera fait, nous aurons des églises, peut être plus facilement chauffables…
    En attendant, pourquoi consacrer ses forces à un bâtiment ingérable, mal construit, moins durable en tout cas que de nombreuses églises médiévales qui respectaient les limites des matériaux, pierres, bois, offert par la création.
    Les architectes du XIX° siècle ont parfois fait de belles réalisations gothiques qui n’ont rien à envier à celles des XIV° et XV° siècle qui les ont inspirés, mais aussi ont souvent servillement copié un style dans ses apparences, sans comprendre la science médiévale des matériaux, à la fois spirituelle et matérialiste, au sens où elle respectait la matière comme don du créateur.
    Cette église est mal conçue d’un point de vue mécanique.
    Son coût de maintenance n’est pas justifié par son usage, et il y a une autre église à coté.
    Il vaut mieux la démonter pour en retirer ce qui est valable. Pas la démolir brutalement. Et consacrer nos forces à des causes plus urgentes comme re-convertir les français, et les autres.

  5. Comme le soulignent certains lecteurs, le problème est bien le défaut d’entretien des lieux de cultes, dont le pouvoir public s’est arrogé la propriété en 1905.
    Le scénario est connu: absence d’entretien – problèmes de sécurité – fermeture – “réaffection” ou vente au profit des copains et – on est en droit de le penser – du décisionnaire.

  6. Bravo la langue de buis!
    L’église sera démolie,elle ne sera pas la première dans ce diocèse,on se souviendra de Delmas ,l’évêque démolisseur!

  7. Je comprend l’émoi suscité par cette destruction, mais je comprend aussi les municipalités de communes rurales, au budget serré, et pas forcément motivées pour restaurer une église qui ne doit servir que tous les 36 du mois, vu le manque de prêtres et de fidèles.
    Si les églises étaient pleines tous les dimanches, le maire serait plus motivé.
    L’important n’est pas de sauvegarder des bâtiments vides, mais de les remplir.
    Par ailleurs il est de bon ton de critiquer l’Etat spoliateur et les Communes propriétaires, mais sérieusement est-ce qu’avec l’argent de la quête ou du denier l’Eglise ferait mieux toute seule ? déjà les diocèses ont bien du mal à entretenir les quelques églises construites après 1905 et propriété de l’association diocésaine.

  8. Les propos du vicaire épiscopal sur RCF sont très “politiques” et “pas de vague, soumission”. Alors que l’Eglise devrait engager une procédure pour contraindre la municipalité à des travaux selon la loi de 1905.
    Mais aujourd’hui l’Eglise de France se bat quasiment davantage pour la construction de mosquées que pour l’entretien du patrimoine religieux de la FRANCE… cf l’article du salon beige sur le diocèse de Viviers.
    Cela fait 40 ans que la France se dégrade mais les évêques ont accompagné le mouvement notamment en laissant à l’enseignement diocésain se laïciser. Nous avons eu un véritable problème de recrutement des évêques qui ne date pas d’aujourd’hui , cela irait mieux si on regarde les dernières nominations.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]