Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Le Vatican

Eduquer les enfants aux médias : un défi

A l’occasion de la Journée mondiale des Communications sociales, Mgr John P. Foley, président du Conseil pontifical pour les Communications sociales, a proposé :

"Dans les écoles nous avons des cours de littérature, d’histoire et, bien sûr, de religion. Pourquoi n’avons-nous pas davantage de cours sur les médias et sur comment les utiliser, sur comment en profiter ?"

Il a rappelé que les trois documents publiés par le Conseil dont il est le président, sur le thème de l’éthique – L’éthique en publicité, L’éthique dans les communications et L’éthique en Internet – soulignent trois principes fondamentaux qui «doivent toujours être respectés : la vérité, la dignité de la personne individuelle et le bien commun».

Foley "Jésus s’est présenté comme étant ‘le chemin, la vérité et la vie’. Nous devrions certainement enseigner aux enfants à rechercher ce qui est vrai et à ne pas se laisser tromper par ce qui est faux ou exagéré. Mais ce discernement n’est pas toujours facile et c’est pour cela que l’éducation des enfants à une bonne utilisation des médias est un défi : comment faire la différence entre le vrai et le faux, entre ce qui est important et ce qui est éphémère, entre ce qui est constructif et ce qui est destructif".

Mgr Foley a conclu en rappelant qu’au cours de son récent voyage au Brésil, le pape a condamné aussi bien le communisme que le capitalisme :

"Il serait peut-être plus correct de dire qu’il nous a rappelé la nécessité de respecter à la fois la dignité de la personne individuelle et le bien commun, des leçons essentielles pour toute jeune personne. Ce sont ces leçons que nous devons enseigner dans et à travers les médias".

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. Je crois surtout (d’expérience) qu’on rend un très grand service aux enfants en n’ayant pas de télévision à la maison. Elle leur est parfaitement inutile et même nuisible : elle en fait des êtres superficiels, passifs et instables, n’ayant plus de créativité, de jugement personnel et construit, et, plus grave, de vie intérieure. Sans oublier toutes les autres conséquences s’ils viennent à regarder des émissions douteuses, voire perverses.

  2. Sans vouloir polémiquer stérilement, il me semble qu’avoir la TV chez soi est utile et même parfois nécessaire. La supprimer oui quand les enfants sont petits, mais rapidement nos ados doivent former leur jugement à partir de concret et pouvoir échanger avec leurs camarades de classe sur ce qu’ils ont vu. D’une part parce qu’on acquiert un meilleur jugement en étant dans le bocal qu’à l’extérieur, mais aussi parce qu’à 14-16 ans, ne pas avoir vu une ou deux émissions de TV, cela vous isole totalement, et les ados souffrent beaucoup d’être marginalisés. A nous parents d’éduquer leur regard et surtout leur volonté, cela demande du temps et de la fermeté, mais n’en est-il pas ansi de tous les domaines de l’éducation?

  3. J’ai 30 ans et n’ai plus la télé depuis plusieurs années et ne me sens pas du tout en dehors du monde. Au contraire. Sans etre prétentieux, j’ai bien l’impression d’avoir plus d’esprit critique que les inhibés… Grace à la lecture et au salon beige !
    Ceci étant, pour les ados, la question reste ouverte…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services