Education : l'UMP manque d'audace

Valeurs actuelles compare le programme de la droite pour l’école, dont les grandes lignes ont été dévoilées par Nicolas Sarkozy lors de ses voeux au monde éducatif, le 5 janvier, et les réponses fournies par les lecteurs à la question « Comment sauver l’école ? », dans le cadre de “Valeurs 2012” :

  • La suppression du collège unique. Emblématique d’une conception égalitariste et uniformisante de l’école, le collège unique est unanimement décrié par nos lecteurs ou nos experts. Sur cette question, Nicolas Sarkozy semble décidé à agir, même si la formulation demeure imprécise et ambiguë : « Mettre fin aux faiblesses du collège unique, qui n’arrive pas à prendre en compte correctement la diversité des élèves. » […].
  • Les méthodes. En ce qui concerne l’apprentissage de la lecture, le retour à la méthode syllabique n’est pas explicitement mentionné mais les appels à « une plus grande liberté pédagogique » peuvent se comprendre dans ce sens. […].
  • Rétablir la discipline. La question de l’autorité des professeurs, ou de la hiérarchie au sens large, sur les élèves, n’est pas abordée en tant que telle. Cependant, les réformes, effectuées ou à venir, insistent sur le fait que « la sécurité dans les établissements d’enseignement demeurera une priorité des pouvoirs publics ». […].

Cela reste ambigü :

"La distinction droite-gauche n’est donc pas entièrement abolie. Mais la résolution de la crise scolaire appelle une audace que l’UMP n’affirme pas aussi fortement que nos lecteurs : remettre le savoir au centre de l’école."

5 réflexions au sujet de « Education : l'UMP manque d'audace »

  1. clovis

    La vraie réforme: supprimer le ministère de l’éducation nationale et le remplacer par un organisme de gestion des diplômes, assurant le maintien d’un haut niveau. L’éducation des enfants est l’affaire des parents, leur instruction celle des écoles et universités qui sont tout à fait capables de se débrouiller toutes seules à condition qu’on les laisse libres entre des limites morales, et que l’on fournisse aux parents français le moyen financier de payer l’école de leurs enfants (chèque éducation).

Laisser un commentaire