Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Education : comprendre le décervelage et y remédier

Elisabeth Nuyts sera ce soir sur Radio Courtoisie, de 19h30 à 21h00, invitée de L’émission de la Réplique (Bernard Antony, Cécile Montmirail et Jeanne Smits). Elle est l’auteur de L’école des illusionnistes (en voici un extrait). Non seulement elle pose un diagnostic complet et lucide sur le "décervelage" des jeunes, mais elle propose des moyens simples et concrets pour éviter ou réparer les dégâts. "Dyslexie", "dyscalculie", "manque de mémoire", "défaut de concentration" : combien d’enfants en sont frappés ? Ils sont victimes d’une injustice, d’une agression majeures puisque l’école, au lieu d’ouvrir leur intelligence, la déforme souvent. Une citation de son ouvrage :

"Les hommes de lettres … ont toujours fait trembler les pays totalitaires. Dans un pays dont on écarte les poètes, les écrivains, les historiens et les philosophes, il est évident qu’on n’aura pas besoin de censure. D’ailleurs, à quoi servirait la censure, si plus personne n’aime lire, parce que la lecture ainsi proposée est totalement inintéressante, et si plus personne ne mémorise ce qu’il a lu parce que la visualisation est éphémère ? La pédagogie nouvelle est en train de transformer à notre insu l’Occidental dont la force reposait sur l’analyse. Le faisant basculer sur son cerveau analogique, elle le rend manipulable à souhait […] Toute société non suicidaire choisit en principe une pédagogie capable de construire des hommes qui assurent sa pérennité. Notre société occidentale dont l’économie est basée sur la libre entreprise, a besoin d’une élite analytique pour survivre. Si donc nous voulons conserver ce type de société, il faut impérativement construire le raisonnement analytique de nos enfants".

Michel Janva (merci à JS)

Partager cet article

1 commentaire

  1. L’enseignement en France est devenu la fabrique d’esclaves la plus couteuse au monde… Des ilotes sans culture ni recul pour mieux être dominés par des “élites” pourries.

Publier une réponse