Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Edouard Philippe et la liberté religieuse

Edouard Philippe et la liberté religieuse

Lors de son discours à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a poliment envoyé les évêques aux pelotes: il refuse les “cérémonies religieuses” (sauf les obsèques limitées à 20 personnes) jusqu’au 2 juin au moins. Quant à nous, nous persistons à ne pas comprendre la différence du point de vue sanitaire entre la messe et des obsèques. Suffit-il de réciter l’absoute à la fin de messe pour avoir le droit d’y assister? Si c’est le cas, nous en sommes. D’autant plus volontiers qu’en ce moment, nous sommes souvent sollicités pour prier pour nos morts.

La bien-pensance médiatique veut y voir un débat droite-gauche: les “conservateurs” réclameraient la messe, quand les “progressistes” (toujours plus sages, comme chacun sait) se satisferaient du confinement. La réalité, c’est que le clivage n’est pas là. Sinon, d’ailleurs, il n’y aurait pas eu ce communiqué des évêques. Accessoirement, je ne suis pas un progressiste échevelé, mais je trouve extrêmement insultant pour ceux qui le sont de supposer qu’ils soient incapables d’élévation spirituelle et que leur vie biologique constitue le tout de leur existence!

En tout cas, le gouvernement s’enferre dans l’absurdité. Je lis dans Libération (que l’on ne taxera pas, j’imagine, de journal “calotin”) qu’Edouard Philippe juge qu’il est “légitime” de ne pas organiser de cérémonies religieuses avant le 2 juin, mais annonce la possible réouverture des plages le 1er. Croit-il qu’il soit plus vital pour la nation de piquer une tête dans la grande bleue que d’aller rendre un culte public à notre Créateur?

Ne parlons pas du ramadan dont les pratiquants sont purement et simplement dispensés de confinement – parfois sur injonction préfectorale! Il est vrai qu’il est plus facile et moins dangereux de piétiner les droits des catholiques que de s’opposer aux musulmans.

Ce “deux poids, deux mesures” est révoltant. Nous avons commencé à consulter des juristes pour voir comment forcer le gouvernement à respecter nos droits – qui découlent d’ailleurs de notre devoir de rendre un culte à Dieu. En attendant, vous pouvez intensifier la signature de la pétition à Edouard Philippe ci-dessous.

Guillaume de Thieulloy

Monsieur le Premier ministre,
Le président a récemment annoncé une sortie progressive du confinement à partir du 11 mai, mais les médias affirment que votre gouvernement interdirait les messes et autres rassemblements religieux au moins un mois de plus.
Il est pourtant envisageable, dans bon nombre de paroisses, de célébrer en respectant les règles sanitaires.
Et il faut tout ignorer de la nature humaine pour ignorer que les besoins spirituels ne sont pas moins importants que les besoins matériels. Ce qui fait de nous des hommes tient précisément à l’âme et une vie qui se limiterait à la satisfaction des besoins végétatifs ne serait pas une vie humaine digne de ce nom.
Cette interdiction serait d’autant plus révoltante que certains “territoires perdus de la république” ne respectent pas le confinement – quand ils ne sont pas en état de véritable insurrection, agressant notamment les forces de l’ordre. Ce deux poids, deux mesures qui pèse sur les Français les plus tranquilles a quelque chose de profondément choquant pour la justice et nuit gravement à la paix sociale.
En tout cas, il est clair que la liberté doit être la règle et l’interdiction, l’exception fondée sur l’impossibilité de faire autrement. Il est parfaitement possible de respecter les règles sanitaires tout en assurant la liberté religieuse des Français.
Alors, Monsieur le Premier ministre, rendez-nous la messe, rendez-nous les sacrements, rendez-nous les célébrations liturgiques – avec toutes les mesures sanitaires qui s’imposeraient – dès le 11 mai.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma très haute considération.

Partager cet article

21 commentaires

  1. il n’y a rien à tirer de ces sale….. de FM et dire que ce type était de “droite” enfin ce qu’on appelle la droiche par les buzz et les juifs peuvent vaquer à leurs “cérémonies”. Il est temps de sortir les fourches et les batons et tous aller à la Messe, c’est là qu’on va voir la puissance de nos épiscopes

  2. Ne cherchez aucune objectivité dans cette posture, c’est uniquement celle dictée par les Loges, toutes puissantes en France d’aujourd’hui. Il faut brimer, punir, blesser et faire mal aux catholiques, coupables par le baptême reçu. La preuve, à l’instar de la religion catholique, la réception des Loges par Macron, traitées ainsi pour ce qu’elles sont, une religion satanique au service du prince de ce monde. Aucune surprise à avoir, nous sommes au cœur d’une offensive anticatholique massive, que Turreau ou Combes auraient appréciée en gourmets, hélas avec le consentement muet de la majorité des évêques. Pétition ? Non, munition !

  3. Bien sûr après la Pentecôte, ainsi il pourra se vanter, auprès de ses frères maçonniques, d’avoir priver les chrétiens de toutes leurs fêtes essentielles (Semaine Sainte, Pâques, Ascension et Pentecôte). Et bien référons nous à l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : “Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs”. Et, tout en veillant bien à la limite imposée de 20 personnes bien réparties, que les évêques et les prêtres avec le soutien de leurs fidèles rejettent cette décision inique ; et concernant la menace de sanction (?) mettre en avant cette chère loi de 1905 de Séparation de l’Eglise et de l’Etat.

    • Cher Chrisfree, vous m’avez devancé sur l’interdiction de célébrations de nos fêtes essentielles. En effet, pourquoi le 2 juin et pas pour la Pentecôte. Ces 2 jours d’écart montrent l’iniquité de noes gouvernants (ou sensé l’être).

  4. Si on peut se rassembler jusqu’à dix personnes, on peut avoir des messes avec dix personnes, enfermés dans une église voire dans une catacombe…

  5. Demandons à nos prêtres de venir dire la messe dans nos maisons.

  6. Il est temps de rentrer en résistance!!!! Que nos prêtres célèbrent des messes contre les bleus qui n’ont pas changé depuis 1789!!!

    • @ Cher Chouan85 ; absolument, il suffit de voir quand une équipe sportive de France remporte une compétition on entend les journalistes acclamer la victoire des “Bleus” (même si parfois les joueurs portent un maillot blanc).

  7. D’accord avec Chouan85. et les autres commentateurs. Je pense même qu’il faut ne pas suivre cette décision qui est un abus de pouvoir et aller à la messe en respectant les consignes “sanitaires” (!!!!) à l’intérieur des églises sous l’autorité du prêtre. Si toutes les paroisses font ça l’état maçonnique ne pourra pas envoyer sa police pour déloger les fidèles pas plus qu’elle ne l’envoie pour déloger les consommateurs de supermarchés. Avant tout il faut signer la pétition. La CEF a-t-elle protesté?

    • En effet, elle semble bien tiède la CEF. Et précisons bien que si les règles sanitaires sont bien respectées (pas plus de 20 personnes et 1m de distance), aucune sanction légale ne peut être prononcée de par la loi de 1905 de Séparation de l’Eglise et de l’Etat.

  8. J’ai signé la pétition mais ne suis pas d’accord sur les mots ” rendez-nous la messe etc….Ce n’est pas au premier ministre de nous la “rendre” c’est à nos prêtres et évêques.

  9. La solution est une réponse à ces gens-là, que nous ne pouvons faire par nous-mêmes et ils le savent. Nous devons en revanche le faire malgré tout ( « car tout dépend de Dieu, mais agis comme si tout dépendait de toi » nous dit St Ignace). Nous savons en revanche que la vraie réponse leur arrivera sur la figure d’une tout autre manière. La seule aide que nous pouvons alors leur apporter est la première parole du Christ en croix. Faisons-le, et de toute urgence, en demandant l’intercession de tous les saints.
    “Pater dimitte illis ”
    https://www.youtube.com/watch?v=lg_9sF9S5AQ

  10. Il serait peut être temps de passer la consigne à tous les chrétiens de ne pas voter LREM mais systématiquement contre.
    Même les militants du parti communiste ne sont pas aussi haineux et fourbes avec nous.

    et d’accord pour es messes rebelles;

  11. @ Isaac ; entièrement d’accord avec votre argument.

  12. Bravo pour cette belle position, à laquelle j’adhère pleinement. J’ajoute que si l’occupation d’une église serait très “médiatique”, sa planification devra se faire SANS recours aux technologies modernes (ordinateur, tél, réseaux sociaux) pour ne pas être décelée par l’occupant du pouvoir.

  13. Moi aussi j’approuve le commentaire d’Isaac.

  14. J’approuve sans réserve car trop de chrétiens ont voté LREM !

  15. J’ai signé bien que je sois un peu embarrassé par la mention de “ma très haute considération” dont je n’en ai pas l’ombre…
    Je ne peux m’empêcher de penser que l’aggravation va se poursuivre car je lis ce temps comme un révélateur: lorsque la lumière parait, les actes des ténèbres sont mis en lumière – persécution spécifique des catholiques ici, soumission aux puissances du mauvais de la CEDH et des instances de l’UE là…
    Et il faut qu’il en soit ainsi: lorsque la plaie est profondément infectée, il faut creuser pour enlever toute la chair corrompue sinon l’infection demeure. Mais l’injustice flagrante provoque toujours une réaction en retour, le réveil pas nécessairement attendu de bien des évêques français en est le signe.

  16. Je crois que si nous occupons les églises – et il faudrait le faire – cela ne serait possible que si les évêques prennent la tête du mouvement, sinon, cela va faire pareil qu’en 1974, quand on a commencé à se battre contre l’avortement, et c’est pareil que pour les marches “pour la vie” où les évêques sont très peu représentés. Malheureusement, nous ne voyons pas, depuis longtemps, d’opposition vigoureuse et de mobilisation coordonnée de la part de notre hiérarchie pour les questions fondamentales de notre société alors, le “troupeau” est indécis, et c’est lamentable. Occuper les églises, mais oui, absolument, mais tous ensemble, sinon cela n’aura aucun résultat. Je me souviens d’un mot de Mgr Lustiger :”au moment de la légalisation de l’avortement, les chrétiens ont crié vers leurs évêques et les évêques n’ont pas répondu, maintenant les évêques crient vers leurs fidèles, et les fidèles ne répondent pas”. Je ne mélange pas tout. Quand la hiérarchie est incapable de protéger les plus faibles, et qui est plus faible qu’un enfant dans le sein de sa mère ? alors, elle se vide de son énergie vitale – et de ses vocations, d’ailleurs qui sont à la poubelle dans les avortoirs – et nous arrivons à la situation actuelle… et nous n’avons pas encore tout vue : je n’ai pas encore vu de défilés contre l’euthanasie par exemple, pourtant, elle s’installe…bravo les franc-macs, vous nous avez bien eus …!
    Claire

Publier une réponse