Ecologie : que la droite s’inspire d’un radicalisme de gauche

Extrait d’un article d’Ambroise Savatier (FN) dans L’Incorrect, à propos de la ZAD de Notre-Dame des Landes :

Arton13704-b6497“[…] La droite ne peut laisser ad vitam aeternam l’extrême gauche occuper seule le créneau de l’écologie. A l’avenir, peut-être s’avisera-t-elle dans un souci d’efficacité, d’emprunter à l’extrême gauche certaines formules d’actions militantes. Pour ce faire, elle devra s’affranchir de sa culture légaliste et assumer le risque de la radicalité. A bien y réfléchir, certaines franges de la droite cultivent déjà même une certaine affection pour le principe de la ZAD. Pour rappel, les lefebvristes de la Fraternité Saint Pie X détiennent la palme de la plus ancienne ZAD de France, avec 41 ans d’occupation illégale de Saint Nicolas du Chardonnet. Depuis 2012, La Manif pour Tous fait de la « famille bio » un écosystème à défendre contre les attaques du projet libertaire. En août 2016, l’abbé de Tanoüarn et ses fidèles occupent contre une ordonnance d’expulsion l’église Sainte Rita (Paris XVe) menacée de démolition par un promoteur immobilier, et dressent même une barricade pour bloquer les CRS venus les déloger. Dans un futur proche, ce ne sont pas les occasions qui manqueront pour la droite de scander son No pasarán contre le saccage de l’environnement et la pollution visuelle, à commencer par le projet du Center Parc de Roybon en Isère ou le projet de centre commercial géant Europa-City dans le Val d’Oise.

« Telle est la misérable condition des hommes, qu’il leur faut chercher, dans la société, des consolations aux maux de la nature, et, dans la nature, des consolations aux maux de la société. Combien d’hommes n’ont trouvé, ni dans l’une ni dans l’autre, des distractions à leurs peines ! » Cette phrase de Chamfort résonne délicieusement aux oreilles de l’observateur de la saga Notre-Dame-des-Landes. Les zadistes trouvent en effet, dans leur marotte écologiste, une consolation au terrible vide qu’offre l’époque contemporaine ; et dans la micro-société qu’ils forment, un précieux réconfort de leurs semblables aux affres de la nature, qu’ils seraient d’ailleurs bien incapables de braver seuls. L’ennui est que cette société de l’entre soi semble tout à fait inapte, du fait de son penchant sectaire, à prendre du recul tant sur son origine que sur son avenir. Si « la nature devient le dieu des gens qui n’en n’ont pas », c’est ici un dieu aigri, jaloux et colérique, fort éloigné du Dieu d’amour qui a placé l’homme au sommet de sa Création, et qui lui a confié la tâche d’administrer son œuvre en jardinier responsable.

Face au refus dogmatique d’un rapprochement, même d’opportunité, avec la droite ; c’est à cette dernière de remporter la bataille idéologique et, de se montrer capable de la mettre en pratique. Osons s’inspirer d’un radicalisme de gauche, mais tâchons de conserver (retrouver ?) une cohérence de droite.”

Commentaires (1)

Employer le terme “Lefebvristes” est vraiment contraire à la vérité, et traduit un manque sinon d’intelligence, au moins de compréhension, ce comportement cherchant à disqualifier l’autre.

Mgr Lefebvre,grand missionnaire, responsable de tout le clergé d’Afrique française devant le pape Pie XII, n’a pas fondé une nouvelle religion, ni une secte, il a maintenu le sacerdoce, la sainte Messe, la doctrine entière ( intègre, c’est à dire bonne et préservée de la corruption actuelle) La Fraternité Saint PIE X est un des plus beaux fleurons de l’Eglise Catholique.

Intégrisme, lefebvrisme, extrêmisme, sont des quasi- injures, proférées souvent avec inconscience par les bonnes âmes, en grande partie peu informées du fond du problème, en revanche, bien tièdes contre les assauts du monde païen.

Rédigé par : Bainville | 13 jan 2018 16:51:02
____________________________________

Une réflexion au sujet de « Ecologie : que la droite s’inspire d’un radicalisme de gauche »

  1. MPG

    Intéressant quant à la prise de conscience de cette inexplicable lacune du FN, mais outre le terme péjoratif de “lefebvriste” utilisé ici, devons-nous, sous-prétexte de cette absence de cette partie du combat, prendre pour référence des mouvements extrémistes comme celui des zadistes ,
    Le combat de l’écologie pourrait commencer par des choses à la fois beaucoup plus simples et incomparablement plus utiles, comme un abaissement drastique de la TVA sur les produits bio, un contrôle et une exigence accrus et plus intelligents sur l’effectivité de leur qualité, une TVA accrue (et à accroître graduellement et considérablement sur 10 ans) sur les produits non recyclables, l’obligation de la stérilisation des chats et chiens errants par les mairies, et de lourdes peines financières à l’encontre des personnes cédant des animaux non identifiés (et si pas solvabilité pour de telles peines, prison). Voilà quelques mesures simplissimes et absolument essentielles qui pourraient considérablement faire avancer les choses.
    De plus, ces mesures seraient populaires, ce qui rend doublement stupéfiant que le FN – et tous les partis de droite conservatrice – ne se soit pas sérieusement penché sur la question…

Laisser un commentaire