Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Ecole à la maison : persécution en Belgique

Paulbelien Le blogueur belge Paul Belien, qui tient l’excellent Brussels Journal, a été convoqué au commissariat de police et pourrait être poursuivi pour le crime d’avoir "négligé ses devoirs de parent". Depuis les années 1990, lui et sa femme ont fait l’école à la maison à leurs cinq enfants, avec succès puisque quatre sont à l’université, et la cinquième est en train de passer un équivalent du bac. Il semblerait donc qu’ils n’aient pas été tout à fait "négligés".

En fait, ce qui est reproché à Belien est d’avoir refusé de signer une déclaration de scolarisation à la maison, obligatoire depuis 2003, où il est demandé aux parents de s’engager à éduquer l’enfant en "respectant le respect [sic] des droits humains fondamentaux et des valeurs culturelles de l’enfant lui-même et des autres"; sous peine, si deux inspecteurs successifs attestent que cette clause fumeuse n’est pas respectée, de devoir scolariser l’enfant dans une école reconnue.

Il y a sans doute dans cette action des autorités belges une part de persécution ciblée visant Paul Belien, blogueur politiquement incorrect. Mais cela va plus loin : les nouvelles règles belges sur l’école à la maison prennent explicitement appui sur la Convention de l’ONU sur les Droits de l’Enfant , notamment dans ses articles suivants :

Article 13

1. L’enfant a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l’enfant.

2. L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires :

a) Au respect des droits ou de la réputation d’autrui; ou

b) A la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de la moralité publiques.

    Article 14

    1. Les Etats parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

    2. Les Etats parties respectent le droit et le devoir des parents ou, le cas échéant, des représentants légaux de l’enfant, de guider celui-ci dans l’exercice du droit susmentionné d’une manière qui corresponde au développement de ses capacités.

    Article 15

    1. Les Etats parties reconnaissent les droits de l’enfant à la liberté d’association et à la liberté de réunion pacifique. 2. L’exercice de ces droits ne peut faire l’objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires dans une société démocratique […].

    Ces articles, qui encadraient en apparence l’action de l’Etat, sont maintenant utilisés par l’Etat pour retirer aux parents leurs droits naturels. Glaçant.

    Henri Védas

    Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

    Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

    Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

    Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

    Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

    Merci,

    On ne lâche rien, jamais !

    Guillaume de Thieulloy
    Directeur du Salon Beige

    Partager cet article

    3 commentaires

    1. En France, les parents ont l’obligation de déclarer auprès du maire et de l’inspection le fait qu’ils ont choisi d’instruirent eux-mêmes leur(s) enfant(s) et sont par-là même soumis à deux contrôles : un de la mairie ( enquête sociale ) et l’autre de l’inspection académique au moins une fois par an. De même, une injonction de rescolarisation peut être imposée.

    2. Il y a plus grave.
      L’etat décide ce que doivent enseigner les parents qui ne veulent pas scolariser leurs enfants. Il veut contrôler l’éducation des enfants. c’est grave. Normalement les parents ont le droit d’enseigner à leur progéniture ce qu’ils entendent. L’école supplée à leurs besoins si nécessaire par l’instruction publique. Or le changement de nom, d’instruction publique à éducation nationale ndique bien unedérive à la Orwell.

    3. Cette loi peut avoir de bons côtés. Par exemple si elle empêche des islamistes de bourrer le crâne de leurs enfants avec pour seul livre le Coran.

    Publier une réponse

    Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

    Privacy Settings saved!
    Paramètres de confidentialité

    Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


    Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
    • wordpress_logged_in
    • wordpress_sec
    • wordpress_test

    Refuser tous les services
    Accepter tous les services