Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration / Valeurs chrétiennes : Education

Ecole : « les tensions viennent souvent d’élèves qui s’affirment musulmans »

Lu sur le blog d'Ivan Rioufol :

I "A ceux qui persistent à penser, à gauche, que l'intégration fonctionne et que l'immigration extra-européenne ne pose pas de problèmes, sinon à la marge, je conseille le rapport du Haut Conseil à l'intégration sur "Les défis de l'intégration à l'école", dont la version définitive vient d'être publiée. Si l'on admet que l'école est le révélateur de la société, le "malaise global" qui est décrit dans ce document, prudent, en dit beaucoup sur la faillite du vivre ensemble et sur les perspectives qu'ouvre cette réalité. […]

"Le bien commun est en danger", constate (page 91) le Haut conseil qui estime: "L'Education nationale est dans une situation d'urgence". Il note: "Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l'appartenance religieuse dans les comportements des élèves (…) Depuis plusieurs années, dans un nombre croissant d'établissements, les cours d'histoire sont le lieu de contestations et d'affrontements, de mise en concurrence de mémoires particulières qui témoignent du refus de partager une histoire commune".  Parmi les observations, celle-ci (page 94) : "L'antisémitisme est souvent exprimé anonymement (…) Les tensions viennent souvent d'élèves qui s'affirment musulmans. L'antiaméricanisme est souvent lié à l'antisémitisme. La vision du monde qui semble s'opérer est binaire : d'un côté les opprimés, victimes de l'impérialisme des Occidentaux (…) et de l'autre, les oppresseurs, les Européens et Américains blancs, pilleurs des pays du Tiers-monde"."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Ne me dites pas que nos politiques vont être étonnés de cela ………..

  2. je confirme ce titre, et la violence naît de cette appartenance du Geist qui refuse tout, y compris culture, (regardez ce qu’ils (garçons et filles) font de la langue)histoire, moeurs, discipline…
    Si le maître, le prof ou l’enseignant cède, si les élèvent cèdent par le silence, y compris dans les écoles « cathos », alors ça part à la dérive dans le sens du téléguidage du Geist par « sa » communauté.

  3. Je vois une bonne nouvelle à ce rapport, c’est la réapparition de l’expression « Bien commun », en lieu et place de « vivre ensemble ».

  4. qui aura le courage de prendre le PROBLEME en main????

  5. à Ethos, s’il vous plait c’est quoi « le Geist »? merci

  6. de qui se moque-t-on? en 2004, vous avez bien lu 2004, le rapport Obin (38 pages) décrit cela par le menu ! Il faut 7 ans au HAUT CONSEIL MACHIN pour le digérer ? et encore7 ans pour faire des propositions peut-être ?
    On trouve le rapport Obin sur le site de l’éducation nationale (je ne sais pas mettre les liens) mais il suffit de taper sur un moteur de recherche rapport Obin et on le trouve ! à lire

  7. Cela fait plusieurs années qu’un rapport de l’Inspection Générale de l’Éducation nationale a été rédigé sur ce sujet, pointant des discrimination exercées par les élèves musulmans contre les non-musulmans, en particulier à la cantine (les plats « sans porc » doivent, selon eux [certains élèves musulmans], leur être réservés: un élève qui n’aime pas le saucisson se voit, par exemple, interdire par ses condisciples musulmans de se servir une portion de salade de tomates).

  8. « Recommandation n°9 :
    Inviter les maires à faire respecter la liberté de circulation sur le domaine public. A cet effet, le Haut Conseil rappelle aux maires qu’ils disposent d’un pouvoir d’autorisation, voire d’interdiction, en ce qui concerne les manifestations religieuses susceptibles de se dérouler sur la voie publique, pour des motifs d’ordre public (sécurité, tranquillité, salubrité et dignité humaine). »
    Cela sera-t-il interprété comme:
    -interdiction des prières hebdomadaires rue Myra mais autorisation des processions qui n’ont lieu qu’une fois par an
    -interdiction des processions catholiques et autorisation des prières publiques musulmanes.

  9. Un mea culpa :
    Geist,c’est l’esprit.
    Et pour revenir au sujet il s’agit de Gast, l’invité. Celui qui se plie aux coutumes du toit sous lequel il est reçu. Celui qui doit repartir aussi.
    Pour désigner le travailleur étranger en allemand, Gastarbeiter est employé, donc de travailleur invité.
    Je veux dire que ceux qui posent problèmes ont vocation à repartir plus ou moins vite, si possible avant que les problèmes ne deviennent insurmontables. Ils ne le sont que trop…

Publier une réponse