Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Valeurs chrétiennes : Education

Ecole dès 3 ans : le PS recule

SLe groupe PS du Sénat a retiré cette nuit sa proposition de loi prônant la scolarité obligatoire à trois ans. Les dispositions essentielles de ce texte ont en effet été déclarées irrecevables pour raisons budgétaires sur demande du gouvernement.

A l'ouverture du débat en fin d'après-midi, le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, a tenté de bloquer l'examen du texte en invoquant l'article 40 de la Constitution qui stipule qu'une proposition est irrecevable si elle induit une charge financière supplémentaire pour l'Etat. La proposition de loi entraînerait la scolarisation de 700 à 750 000 élèves de plus, ce qui entraînerait une charge de 1,3 milliard d'euros.

La commission des finances du Sénat a décidé que seuls deux paragraphes du premier article du texte étaient irrecevables mais que la discussion pouvait néanmoins avoir lieu sur le reste de la proposition de loi. Ces deux alinéas constituaient le cœur du texte puisque c'étaient ceux qui abaissaient l'obligation de scolarité de 6 à 3 ans. C'est pourquoi le PS a renoncé.

Partager cet article

10 commentaires

  1. l’endoctrinement dès 3 ans,voilà ce que veut le ps

  2. J’allais vous envoyer cet article. Intéressant car pour quelles obscures raisons le PS souhaite-il rendre la scolarité obligatoire dès 3 ans ? Serait-ce pour tenter de prendre un peu plus tôt le contrôle des consciences… ?

  3. L’ édifice communiste se renforce. Les bébés seront bientôt mis d’office dans des crèches
    pour formater leur cerveau au politiquement
    correct. Du reste, l’école est tellement nulle,
    qu’elle ne devrait plus être obligatoire.

  4. Cela reviendra sûrement : la Révolution n’agit que par petites touches et bonds successifs… Elle sait se replier pour mieux réattaquer par la suite…
    Ça passera forcément un jour… comme tout le reste.
    Le problème n’est pas cette proposition : c’est la Révolution. Tant que le moteur sera actif, on se battra sur un combat d’arrière-garde qui ne fera que ralentir le processus sans jamais l’arrêter.
    Quand Saint Jeanne d’Arc a pris en main l’Ost, elle a commencé par virer les prostitués qui en faisaient partie afin de rendre aux soldats les mœurs qui allaient avec leur mission.
    Quand ferons-nous la même chose ?

  5. C’est un grand soulagement pour nous, parents, qui voulons éduquer chrétiennement nos enfants.
    Nous avons toujours refusé de mettre nos enfants à la maternelle, malgré les pressions venant de notre famille ou des enseignants.
    Et le Bon Dieu nous fait le cadeau d’avoir des enfants gentils, calmes, polis, chrétiens… et heureux, bien différents des enfants abîmés par la dureté des maternelles même « catholiques ». Les parents catholiques qui croient bien faire en inscrivant leurs enfants dans des maternelles « catholiques » ont des enfants qui sont soit brisés, tristes, complexés comme souffre-douleur, soit désagréables, grossiers, obscènes ou méchants.
    Nous attendons que nos enfants aient atteint l’âge de l’instruction obligatoire de 6 ans pour les inscrire à l’école primaire.
    En faisant l’impasse sur la maternelle, nous nous apercevons que nos enfants ne sont absolument pas pénalisés, au contraire, ils ont beaucoup plus d’assurance pour affronter l’école primaire, car ils n’ont pas été embrigadés dans leur petite enfance. Et sur le plan scolaire, nos enfants ne sont pas désavantagés, car la maternelle n’est en réalité qu’une garderie.
    Nous encourageons les catholiques à ne pas mettre leurs enfants en maternelle car les petits enfants sont trop malléables, trop imitateurs et dépourvus de discernement.

  6. Entre ça et les promesses de recrutement massif de Hollande, je pense que l’on cherche simplement à draguer très lourdement l’électorat de l’enseignement public, traditionnellement favorable au PS. Mais recueillir encore plus de voix chez eux peut faire la différence. Alors, ne finassons pas, soyons réalistes et promettons l’impossible !!

  7. Je pense que cette idée n’est pas mauvaise à condition qu’elle concerne les étrangers dont la langue n’est pas le Francais. Je vis actuelement à Berlin, et il suffit de parler autre chose que l’allemand pour avoir une place en Kindergarten (garderie de +/- 1 an à 6 ans) à partir de 1 an, sinon c’est si les parents travaillent, ou à partir de 3 ans. Ils ont tout compris à l’intégration, pas d’enfant ne parlant pas la langue admis en primaire!
    M’enfin je me doute que faire passer une loi de ce genre en France est utopique…

  8. @famille: n’exagérons rien, je dirais plutôt qu’il est bon que chacun aie le choix, mais sous-entendre qu’aller à la maternelle fait nécessairement de l’enfant un petit être mal élevé, il me semble que c’est aller un peu loin! Dans le public comme dans le privé, il existe d’excellentes écoles et des maîtresses douées et très dévouées. De même pour les crèches, où l’on trouve d’excellentes éducatrices auprès desquelles les enfants sont parfaitement heureux. On peut comprendre qu’une maman aie besoin de souffler un peu et d’exercer une activité, professionnelle ou non, qui mette en valeur ses talents intellectuels, artistiques ou créatifs. Il me semble que l’essentiel est de donner aux mères le choix.

  9. Voyant notre aîné angoissé et triste en maternelle, nous l’avons retiré en cours d’année – sans incriminer une équipe éducative qui paraissait bien intentionnée et de qualité, dans une école de bonne réputation. Sa maman était en mesure de le garder à la maison avec ses petits frères, et nous avons été très heureux de ce choix : auprès de sa mère et dans la fratrie l’enfant a progressivement gagné en confiance en lui. Plus proche de sa mère, celle-ci le comprenait mieux et l’obéissance a progressé. L’entrée en CP, cette année, dans une école catholique exigeante, se passe très bien.
    Forts de cette expérience nous avons pris une décision similaire cette année pour le cadet. Auprès de sa mère et du petit dernier il découvre en l’absence de l’ainé en CP un rôle de ‘grand frère’ qui le fait progresser en maturité et l’aide visiblement à trouver sa place dans la fratrie.
    Jusqu’à l’age de raison, c’est à dire en gros l’entrée en CP, il me semble qu’une majorité d’enfants ne sont pas murs pour vivre l’essentiel de la journée hors du foyer. J’ai observé une majorité d’enfants tristes malgré de bons éducateurs. Deux éducateurs pour 28 enfants, cela représente en moyenne 2 à 4 minutes d’attention personnelle par heure… Auprès de sa mère et au contact de la fratrie l’enfant bénéficie du cadre naturel pour apprendre les bases de l’amour (partager, pardonner, s’occuper de l’autre, obéir…) et de la vie pratique.
    Cependant les femmes sont souvent mal préparées à ce rôle. Sans compter la pression familiale, économique et sociale.
    Pas de loi universelle dans ce domaine. Chaque famille est unique, chaque enfant également. Les parents doivent discerner pour chaque enfant – sans tabou, courageux face aux pressions et aux peurs. Prier aide à discerner le bien pour son enfant et sa famille.

  10. Il y a de bonnes maternelles où les enfants sont heureux et apprennent beaucoup de choses. Surtout en province.
    Certes il y en a de mauvaises.
    L’important est que rien ne soit obligatoire et que les familles aient le choix.
    La liberté, quoi, qui n’existe que dans la devise de la république et jamais dans les faits.

Publier une réponse