Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Du jamais vu en Grand Chelem : 3 mamans en quarts de finale de l’US Open

Du jamais vu en Grand Chelem : 3 mamans en quarts de finale de l’US Open

Lu sur Eurosport :

En plus d’être qualifiées pour les quarts de finale, Serena Williams, Victoria Azarenka et Tsvetana Pironkova ont en commun d’avoir réussi leur retour sur les courts une fois devenues maman.

Du jamais vu en Grand Chelem! Trois mamans sont en quarts de finale de l’US Open, l’irréductible Serena Williams, la ressuscitée Victoria Azarenka et l’oubliée Tsvetana Pironkova qui résume bien l’affaire: “une fois devenue mère, vous ne perdez pas votre tennis comme par magie“.

[…]

Elles étaient neuf mamans au départ du tournoi. Vera Zvonareva, Tatjana Maria, Kateryna Bondarenko, Patricia Maria Tig, Olga Govortsova et Kim Clijsters ayant été éliminées précocement. Cette dernière tentait un deuxième comeback après celui, sensationnel, réussi en 2009 où elle remporta l’US Open plus de deux ans et demi après avoir pris une première retraite. La Belge devint la première mère à remporter un tournoi Majeur depuis l’Australienne Evonne Goolagong à Wimbledon en 1980, intégrant à son tour un club très fermé dans lequel se trouve aussi Margaret Court. […]

D’autant plus seules sur le court, entourées de tribunes vides, avec le huis clos imposé par le coronavirus, Williams comme Azarenka puisent leur force et un supplément d’âme dans la présence de leur enfant jamais bien loin, même s’ils sont trop jeunes pour apprécier leurs performances.

[…]

Contrairement à ses deux rivales, Pironkova a rangé ses raquettes bien plus longtemps, après Wimbledon 2017. Elle a donné naissance à Alexander en avril 2018 et créé une ligne de vêtements.

Pour elle la maternité n’a eu que des bienfaits: “on ne se concentre plus autant sur soi, mais sur son enfant. Je suis beaucoup plus organisée. Mentalement, j’ai plus de résistance. Physiquement, je connais mieux mon corps.” “Je suis simplement heureuse de jouer, sans la pression que je me mettais avant. C’était presque une question de vie ou de mort de gagner. Plus maintenant“, poursuit-elle. […]

Partager cet article

1 commentaire

  1. Un autre bénéfice de la “pandémie” : le nombre de prématurés a plongé de façon extraordinaire dans des proportions jamais atteintes.
    Merci, petit virus !…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services