Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Désinformation autour des Indigènes

La palme de la contre-désinformation sur ce sujet revient sans conteste à Alain Sanders, qui dans Présent d’aujourd’hui, dénonce le "mensonge absolu" :

Indignes "Loin d’avoir été «ignorés», ces combattants de la France («Un drapeau, trois couleurs»), tirailleurs algériens, tunisiens, marocains, spahis, goumiers, zouaves, turcos, méharistes, n’ont jamais quitté l’imaginaire français. Des centaines de livres (à commencer par La Légende du goumier Saïd), d’essais, de brochures, d’illustrations, de soldats de plomb (ou de toute autre matière), d’articles historiques leur ont été consacrés. Loin d’avoir été interdits (sic) de défilés, ils en furent des années durant les «vedettes», rivalisant à l’applaudimètre – pour parfois les supplanter – avec les légionnaires. Qu’il y ait eu, à leur égard des injustices, sans doute. Mais les injustices à l’égard des anciens combattants, quelles que soient leurs origines, sont innombrables. Et ce n’est pas aujourd’hui que les lynchages médiatiques contre les soldats des troupes coloniales sont devenus quotidiens qu’il faut venir nous chanter lanlaire. N’empêche qu’on ne peut laisser dire n’importe quoi. D’abord ce mensonge qui prétend que les «soldats indigènes» auraient été des «oubliés» de l’Histoire. Ensuite qu’ils auraient, à eux seuls, gagné la Seconde Guerre mondiale quand les pertes subies par les métropolitains et les pieds-noirs sont sans commune mesure avec les leurs. Enfin que ces «soldats indigènes» ont systématiquement été envoyés en première ligne ce qui, sur le simple plan de l’histoire militaire, est une forgerie [comme c’est une forgerie de nous expliquer que C’est nous les Africains était «l’hymne des soldats indigènes» après nous avoir dit, des années durant, que c’était celui de l’OAS. Ce qu’il ne fut ni dans un cas ni dans l’autre]. Le film Indigènes, nous dit Libération qui découvre la lune en l’occurrence, «vise à rendre à la fois, dans la mémoire nationale, la part qui revient aux combattants venus des pays ex-colonisés et, dans la mémoire de leurs descendants, leur part d’enracinement français». Mais qui, sinon les ignorants de notre histoire, a jamais perdu la «mémoire» des «soldats indigènes» ? […] Ajoutons, au passage, que les tirailleurs algériens et marocains n’étaient pas des «Arabes» comme l’anonnent les acteurs du film, mais majoritairement des Berbères. Ajoutons encore que tous les «soldats indigènes» de l’armée d’Afrique étaient des volontaires et qu’il fallait faire une sélection tant les candidats au baroud étaient nombreux. Il n’y avait pas des «Français» et des «indigènes» mais des frères d’armes se battant sous le même drapeau."

Michel Janva

Partager cet article

11 commentaires

  1. Un battage médiatique est orchestré en faveur de ce film.
    Dans mon établissement scolaire, des affiches en couleurs y ont été apposées et des invitations ont été reproduites afin d’inviter les enseignants à voir gratuitement ce film en avant-première : le but étant qu’ensuite les enseignants aillent voir ce film avec leurs élèves (en leur faisant payer l’entrée).
    Le bénéfice est alors double : idéologique et financier.

  2. Des injustices avec les anciens combattants métropolitains il y en eu aussi et pas d’hier (guerre de 14 par ex.). Que sont ces distributions de légions d’honneur “au bénéfice de l’âge”? ce n’est pas parce qu’un ancien combattant est centenaire qu’il fut plus héroïque à 20 ans… Ou bien sa conduite le justifiait, alors c’est bien une injustice que d’avoir tardé 80 ans.
    Ce n’est pas une “exception Française”:
    Les injustices avec les anciens combattants, tous américains et “wasp” à 60% du Vietnam: Il suffit de voir le taux de suicides chez ces pauvres types.
    Le film “Indigénes” semble encore une fois procéder du complexe de l’autoflagellation en vogue dans les mileux des médias et du show-biz toujours plus à gauche, désinformateur et trafiquant à sens unique de l’Histoire:
    – Nous Français
    – Nous salauds
    – Nous colonialistes exploiteurs
    – Nous petits bourgeois cathos
    – Nous Pétainistes
    – Nous esclavagistes
    – Nous collabos avec les Boches
    – Nous croisés anti musulmans
    Etc.. Ca devient franchement lassant de monotonie

  3. Encore une fois, on veut culpabiliser les français dans des histoires vaseuses puis les faire payer, et ce pour une dette eternelle et sans limites.
    Car enfin, ces combattants se battaient-ils pour l’argent, comme des mercenaires, ou bien par “amour sacré de la Patrie” ?
    Une fois que la page de supermenteur et de superescroc sera tournée et que le Pays sera gouverné, il sera bien temps de dire qu’on refuse les rackets, tous les rackets.
    On sait que la colonisation a plus coûté à la France que ce qu’elle a rapporté. Que ces pays et leurs ressortissants commencent à rembourser donc ce trop perçu.

  4. très bonne remise au point ce soir sur radioclassique (émission de jluc hess) de deux historiens : Pierre Baron d’Historia et Eric Leroux qui vient d’écrire “la force noire” (j’espère avoir bien compris). Le petit monsieur hesse en etait tout géné et a vite remballé ses clichés.

  5. On sait que de nombreux mercenaires venus du tiers-monde, spécialement d’Amérique du Sud, combattent en ce moment en Irak; ils sont poussés par la misére, attirés par la solde et une hypothétique “green card”.
    Le mercenariat a toujours existé; on est là dans le domaine du contrat, et non dans une dette perpétuelle de leurs employeurs envers leurs(?) descendants.
    Ce qu’on sait aussi, c’est que l’histoire tourne parfois tres mal (Carthage, etc)

  6. Il ne s’agit pas dans notre cas de mercenariat puisque les “indigènes” étaient français. A quand le film “Bretons” ou “auvergnats”???

  7. Tous les habitants n’étaient pas français, d’un point de vue juridique; il existait de nombreux statuts, du type de l’indigénat, qui ont été créé selon les circonstances, et faisaient de l’indigéne un sous-citoyen, en aucun cas un français à part entiére.
    D’autre part, vous noterez que les conquêtes coloniales ont été effectuées par les armes, sous la contrainte; il n’y eut jamais de processus démocratique tels que referendum ou vote du peuple concerné. Dans ces conditions, il est évident que la population colonisée subissait son destin et n’éprouvait aucun sentiment de devenir française. Cela d’autant plus que bien souvent les potentats locaux restaient en place. Ainsi, en Algérie, en 100 ans, seuls qq centaines de musulmans choisirent d’abandonner leur statut pour devenir pleinement citoyen français. Cette adoption était d’ailleurs vue comme une apostasie par les religieux musulmans.
    Dire que tous les indigénes étaient français est une fiction idéologique, constamment démentie par les faits et d’ailleurs assez tardive.
    J’emploie donc le terme mercenaire il me semble à bon droit : Des hommes, n’ayant aucun sentiment de communauté avec la métropole, poussés par la misére à choisir le métier des armes, qui s’engageaient dans l’armée pour la solde.

  8. Tout d’abord on oublie de dire que la guerre d’Algérie en 1830 est lancée sous une monarchie et non sous la République… et elle se fait parce que le Bey d’Alger a osé donné un coup d’évantail à l’ambassadeur de France, ce qui évalait à une déclaration de guerre en bonne et due forme [il s’agissait surtout d’en finir avec les barbaresques et leurs razzias sur les côtes méditerranéennes. NDMJ].
    Ensuite on oublie de dire qu’à part le rezzou d’Abdel-Kader et quelques autres de moindre envergure, la grande majorité des algériens d’alors toutes origines confondues accueillirent à bras ouvert les Français qui en venant prendre possession de la terre algérienne par une victoire militaire les affranchissait du même coup du joug ottoman (c’est à dire turc).
    Ensuite on oublie de rapporter ce que Charles de FOUCAULD disait en son temps au Général LAPERINE : soit la France élève ces populations et leur apporte la foi chrétienne, et repère en leur sein les élites naturelles appelées à faire jeu égal par leur intelligence avec les français… et alors tout est permis et la France et l’Algérie fusionneront dans un bonheur réciproque et se développeront ensemble, soit a contrario nous ferons leur malheur et le nôtre : car avant 50 ans, l’Algérie aura pris son indépendance.
    Assassinat de Charles de FOUCAULD en 1916… avant 50 ans ? Il était prophétique… avant 50 ans exactement l’Algérie se sépara de la France, et l’une comme l’autre déclinèrent. Au passage MERCI DE GAULLE pour votre parjure et le malheur des deux peuples. Et MERCI A LA REPUBLIQUE des frangins qui fut assez aveugle et suffisante pour ignorer l’avertissement du Bienheureux algérien !
    Enfin honte aux […] et aux imbéciles (à commencer par les médias officiels en tous genres) qui travestissent la Vérité et salissent la mémoire de l’armée d’Afrique, c’est à dire tous ceux des nôtres (je dis bien TOUS !) qui donnèrent leur vie généreusement et loyalement pour la mère-patrie…
    Heureusement que le Bachaga n’est plus là pour voir cette nouvelle dégueulasserie, ni lui, ni les meilleurs de nos harkas dont le djebel a bu le sang en 62-63, pendant que nous rembarquions dans la honte, l’humiliation et l’opprobre.

  9. Une fois de plus on constate le mal causé par le non enseignement de l’histoire, et, il faut bien le dire, l’ignorance “crasse” d’un grand nombre de Français qui accepte sans discuter tout ce que la télévision ou le cinéma présente comme vrai.
    Celà permet à n’importe quelle idée bien médiatisée, de devenir LA vérité.
    Le plan est parfaitement au point, les différents acteurs ( professeurs marxistes d’abord, journalistes de gauche ou seulement opportunistes ensuite ) jouent leur rôle successivement et le tour est joué.

  10. précisons enfin que l’indemnité d’ancien combattant telle que dévoilée par yahoo http://fr.news.yahoo.com/26092006/290/la-france-va-augmenter-les-pensions-des-ex-soldats-des.html n’a rien de choquante.
    Que vaut il mieux : gagner 690€ à Paris ou 30% soit environ 230€ à Bobo Dioulasso ? Avec cette somme, je peux témoigner qu’un ancien combattant tirailleur fait vivre plus d’un village de brousse, tandis que son frère d’arme métropolitain crève d’une pneumonie dans le métro.
    Alors comparons ce qui l’est, le pouvoir d’achat et le cout de la vie n’ont rien à voir entre le Burkina et la France.
    Mais Chirac et bernadette ont décidé suite à l’avant première de ce chef d’oeuvre du 7eme art d’égaliser les pensions http://fr.news.yahoo.com/27092006/290/veterans-coloniaux-et-veterans-francais-desormais-egaux.html
    La politique de la chiraquie n’est que sentimentalisme à fleur de peau, bon sentiments dégoulinants, bon sauvagisme et complexe de l’Homme Blanc.

  11. Déjeunant avec quelques collègues ce midi, le sujet a un court moment tourné autour du film Indigènes… Avançant 2 ou 3 arguments allant à contre-sens de l’idéologie du film, je pensais jeter les bases d’un débat, j’ai juste jeté un froid… Après un moment de silence, quelqu’un a finalement parlé du “Diable s’habille en Prada” ! C’est forcément plus consensuel.
    Y’a du boulot…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services