Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Droitisation ? S’il y a quelque chose à dénoncer, c’est la gauchisation de la droite

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"On entend parfois, dans
la campagne pour la
présidence de l’UMP,
des voix s’élever contre
la « droitisation » –
dénonciation qui fut
d’abord portée contre
Nicolas Sarkozy et qui sert, aujourd’-
hui, contre Jean-François Copé.
J’avoue que ces dénonciations me
laissent perplexe.
Droitisation ? Alors que le programme
du FN actuel est plus à gauche
que celui du RPR voici 30 ans ? Mais
de qui se moque-t-on ?
S’il y a quelque chose à dénoncer,
c’est bien plutôt la gauchisation de la
droite
.
Sur tous les sujets, la droite est plus à
gauche aujourd’hui qu’elle n’était
dans les années 1980.
On aurait pu croire (et j’avoue l’avoir
espéré) que ce n’était dû qu’à l’usure
du pouvoir: quand on gouverne, le
principe de réalité, trop souvent, sert
de prétexte à l’abandon des principes
et des valeurs. Mais, la droite est aujourd’hui dans l’opposition et on ne
voit pas qu’elle se prépare un corpus
idéologique réellement de droite
.

En économie, la droite est simplement
un peu moins socialiste que le PS
.
Mais elle ne voit aucun inconvénient à
ce que l’État absorbe plus de 56 % de
la richesse nationale. Plus personne ne
propose la fin de l’ISF, ni a fortiori celle
de l’impôt sur le revenu. Alors que ces
impôts sont profondément inefficaces.
Et surtout profondément injustes (ils
justifient l’inquisition fiscale qui donne
à l’État le droit de tout savoir de nous ;
ils violent de façon éhontée la neutralité
de l’État, puisque celui-ci se trouve
mandaté par la moitié de Français ne
payant pas l’IR pour aggraver la pression
fiscale sur l’autre moitié ; ils violent
le droit de propriété, puisque l’État
s’arroge le droit de dire ce qu’est
un revenu ou un patrimoine légitime…).

[…] Quant aux sujets moraux, je préfère
ne même pas en parler. Tout le
monde semble admettre le présupposé
de base selon lequel seule la gauche
est morale, tandis que la droite
serait cynique
.
Peu importe que la prétendue justice
de la gauche soit inique. Peu importe
que la gauche tire à boulets rouges
(naturellement !) sur la famille traditionnelle.
Peu importe qu’elle ne soit
généreuse qu’avec l’argent des autres…

Non, nous n’avons pas à rougir d’être
de droite
.
L’honnêteté, le travail, la justice (je
veux dire la vraie justice, qui rend à
chacun son dû, sans voler aux uns
pour donner aux autres !), la défense
de la famille, la défense de la
patrie… toutes ces valeurs traditionnelles,
sans lesquelles un pays ne
peut survivre bien longtemps, toutes
ces valeurs traditionnelles, dis-je, sont
de notre côté – et non à gauche.
Alors, de grâce, Mesdames et Messieurs les dirigeants de droite, cessez
d’avoir peur d’être de droite
. Cessez
de dénoncer une prétendue droitisation.
Et cessez surtout de courir après
la gauche !
Et, si vous ne le faites pas par conviction,
faites-le au moins pour suivre
votre électorat qui, lui, est de moins
en moins soumis à la dictature idéologique
de la gauche !"

Partager cet article

6 commentaires

  1. Quand on voit que quasiment tous les politicards de droite sont pour Obama ça n’est pas près de changer…

  2. On en revient malheureusement à la base du problème : ces gens-là sont à gauche car ils le sont culturellement. Le peu qui ont fait des études ont été profondément modelés par le modèle socialisant de l’EN. Peu ont la capacité intellectuelle de s’élever et quasiment aucun n’ont lu quoi que ce soit qui pourrait leur faire comprendre « ce qu’est la droite ».
    Bref, sans un grand coup de pied au c…, je ne vois pas très bien comment cette génération aux commande de la droite (j’inclus hélas le FN dedans) pourrait changer quelque chose aujourd’hui…

  3. Guillaume de Thieulloy confond allègrement, comme c’est coutumier aux 4 Vérités, être “de droite” et être libéral.
    Comme si un parti, comme le FN, qui défend le protectionisme face au mondialisme (qui n’est rien d’autre que du libéralisme sans entrave ni barrière) était de facto “de gauche”.
    Cette lecture Gauche-Droite est aujourd’hui très largement obsolète et dépassée par le clivage Nationalisme/mondialisme, avec ses corrolaires qui en découlent (antagonisme civilisationnel entre Occident chrétien et Islam, pour ne citer que celui là!). Il serait temps que les 4 Vérités s’en aperçoivent…
    [Il me semble que c’est vous qui confondez : j’ai lu récemment des communiqués du FN dignes du socialisme, avec notamment la défense de la retraite à 60 ans ou la quasi-nationalisation de Peugeot…
    MJ]

  4. Bien dit. C’est un beau portrait de la gauche que voilà. Et un beau portrait de la droite. Mais le peuple de France peut-il (veut-il) encore entendre raison ?

  5. quand on entend la droite se gorger de la ripoublik et de la révolution plus besoin de se poser la question s’ils sont à gauche.

  6. @ Olivier M
    Désolé de vous contredire, mais il n’y a pas que les entreprises qui importent ou exportent pour créer du travail et de la richesse : la plupart des emplois sont ici et non délocalisables.
    De plus, ce qui fait une société libre, ce sont les libertés concrètes de chacun : choix de sa caisse de retraite, choix de sa protection sociale, choix de son âge de départ à la retraite, selon les professions etc conditions et carrières personnelles et non uniformité étatique,etc…. éléments qui conditionnent bien plus que le protectionnisme la capacité à produire et exporter. Il ne suffit pas de se protéger de la concurrence pour demeurer soi-même concurrent : il y a une grande part d’illusion (de gauche) à penser que limiter les importations de pays à bas coût nous rendra susceptibles de produire en France ce que nous ne leur achèterons plus, car la question sera de savoir à quel prix nous, nous produirons. Il est vain de penser que des ordinateurs trois fois plus chers parce que produits entièrement en France trouveront preneur : la division internationale du travail n’est pas un mythe.
    Le FN refuse de redonner aux Français leur souveraineté quotidienne , celle de gérer leurs vies par des choix libres : en ce sens il demeure jacobin et étatiste et se prive, face au jacobinisme français et au socialisme eurofédéral, d’un formidable levier politique, celui de la liberté contre le socialisme. Parce que se dire souverainiste en laissant l’état décider à la place des citoyens, des entrepreneurs et des familles, c’est se dire souverainiste en laissant à la gauche et à Bruxelles les domaines d’intervention et d’asservissement qui rendent le souverainisme vrai impossible.
    On ne peut être souverainiste pour l’Etat et socialiste pour le reste : les Français ne retrouveront de l’emploi que le jour où ils seront libres d’organiser leur travail et leurs vies quotidiennes, dans la responsabilité et la subsidiarité.
    Pour cela le FN doit renouer avec TOUTE la tradition politique de la droite française et non pas seulement avec sa tentation étatiste technocratique style gaullisme Vème République.
    Il ne peut y avoir de populisme sans remise en cause de la toute puissance de l’Etat.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services