Droitisation en Espagne

220px-Pablo_Casado_(julio_2018)_(cropped2)Président du parti depuis 2004 et à la tête du gouvernement espagnol depuis 2011, Mariano Rajoy a été coulé par la condamnation de son parti dans un méga-procès pour corruption. Le scandale a permis au socialiste Pedro Sanchez de se hisser à la tête de l'exécutif avec le soutien du parti de gauche radicale Podemos, des indépendantistes catalans et des nationalistes basques.

Suite à la chute de Mariano Rajoy, le Parti Populaire a élu samedi Pablo Casado comme nouveau chef de file. Ce député de 37 ans marque l'arrivée d'une nouvelle génération et accentue l'ancrage à droite de cette formation. Lors du congrès extraordinaire du parti à Madrid, les grands électeurs ont largement placé en tête Casado (1701 voix) devant Soraya Saenz de Santamaria, ex-bras droit de Rajoy (1250 voix).

Licencié en droit, Casado a placé sa campagne sous le signe du virage à droite, rappelant son admiration pour l'ex-président colombien Alvaro Uribe. Il a fustigé la «démagogie» du nouveau gouvernement socialiste qui a accueilli les migrants de l'Aquarius, s'est élevé contre la légalisation de l'euthanasie voulue par la gauche, a plaidé pour la baisse des impôts sur le revenu et les sociétés et prôné une grande fermeté face aux séparatistes catalans. Son discours à l'accent national-conservateur est marqué par 5 principes : 

  • unité de l'Espagne
  • défense de la famille (Pro-natalité, anti-euthanasie, revenir à la loi sur l'avortement d'avant 2010, qui a libéralisé la pratique jusqu'à 22 semaines de grossesse)
  • défense des victimes du terrorisme
  • défense des libertés individuelles
  • honnêteté

Laisser un commentaire