Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Droite gauche : ce qui les distingue

Fabrice Madouas est interrogé dans Monde & Vie. Extraits :

"En apparence, l’homme de droite est paradoxal, alors que l’homme de gauche est « d’un bloc ». Paradoxal, car l’homme de droite aime l’ordre, nécessaire à la société. Mais il aime plus encore la liberté, indispensable à la vie. Ordre et liberté qu’il concilie dans la belle notion de « transmission » : la transmission inscrit l’homme dans une culture, dans une fidélité, en lui permettant d’enrichir par la suite l’héritage reçu, de polir la civilisation dont il assure à la fois le maintien et le progrès. […] Au contraire, la gauche reste fidèle à son tropisme révolutionnaire : faire table rase du passé, non pour libérer l’homme mais pour en forger un nouveau, soumis naguère à la dé-Raison révolutionnaire, sans attaches aujourd’hui. Si léger, somme toute, que sa disparition n’affecte plus personne. […]

On constate un glissement continu de l’opinion et des politiques conduites de la droite vers la gauche, qui amenait naguère Jean-Marie Le Pen à observer qu’il campait, somme toute, sur les mêmes positions que le cartel des gauches dans les années vingt. Est-ce une fatalité?

Je ne crois pas que cette dérive relève de la fa talité, pas plus que je ne crois à l’idée – typiquement de gauche – qu’il y aurait un « sens de l’histoire » (ce que la droite admet trop souvent). Cette acculturation de la droite aux valeurs de gauche s’explique surtout par sa désertion du terrain culturel : la droite a renoncé depuis l’après- guerre à former des hommes capables de promouvoir une anthropologie conforme à la nature humaine. Elle s’est contentée de gérer. Elle a cessé de réfléchir. Rien ne se fera, ou rien ne sera durable, sans la reconstitution d’un corpus intellectuel digne de ce nom et sans la formation d’hommes capables de porter ce projet. Un ravaudage électoral ne suffira pas."

Partager cet article

10 commentaires

  1. j’ajouterais qu’en plus du corpus intellectuel à refonder entièrement (certains hommes s’y emploient déjà, cf NRH) il faudrait aussi songer à refonder une littérature de droite et catholique, car sans littérature, pas d’âme. Redonner la possibilité de naissance d’un Bernanos ou d’un Péguy.
    Désembourgoiser l’Eglise pour que dans les familles puissent naître des esprits libres qui seront nos aventuriers, nos saints, nos écrivains demain.
    Peut-être que le risque de disparition auquel toutes les familles catholiques sont actuellement confrontées sera le déclencheur de ce désembourgeoisement, le confort matériel de beaucoup de familles étant probablement ce dont souffre le plus l’Eglise.

  2. Selon Gustave THIBON, l’homme de droite et l’homme de gauche, constatant leurs turpitudes, ont tous deux conscience de leur misère. Le 1er, ne parvenant pas à la surmonter,la cache; le second, ne parvenant pas davantage à la surmonter, la glorifie. Le 1er est hypocrite, le second est décadent. ( Diagnostics, de Gustave THIBON)

  3. Oserais-je rappeler que la culture de la mort a été mise en route sous la droite giscardienne et non par la gauche.
    la disparition de l’homme et le résultat que l’on connaît c’est la droite et bien d’autres stupidités.

  4. Autre analyse que je trouve plus pertinente :
    http://youtu.be/q1WMUpEVwPg

  5. Je ne sais pas si « réfléchir » est le bon terme.
    Par contre, la désertion culturelle, oui ! Quel homme politique « de droite » a lu Maurras, Péguy ou La Tour du Pin ? On a comme chef de file un gars aux études ratées, à la culture d’un gosse de terminale éduquée par l’EN et parlant comme un charretier de la grande époque…
    De fait, le problème de la droite est qu’elle n’a pas la culture de la droite, faute de la connaître… et du coup, la nature ayant horreur du vide, la culture qui se répand est celle de la Révolution…
    La tournure actuelle d’ailleurs du FN est symptomatique : le FN aujourd’hui est plus socialisant que jamais… Il ne reste presque rien de la DSE et de la contre-révolution.
    Évidement, plus on s’éloigne vers la gauche et moins la référence est significative : l’UMP d’aujourd’hui ferait passer les socialistes des années 30 pour des gens d’extrême-droite.
    On peut se demander alors à quoi cela servirait d’élire ces gens-là ? Quelle est leur valeur ? En quoi partage-t-on quoique ce soit avec eux ?

  6. Le grand Marcel Clément, celui des années 1970, posait deux questions : “Quand le concept de gauche est-il né?” et “le bébé qui naît est-il de droite ou de gauche?”. Réponses: le concept est né à la Révolution, quand le duc d’Orléans vota avec le Tiers Etat, assis à la moitié gauche de la Constituante, la décapitation de Louis XVI. Quant au bébé, il sera soit de la gauche de 1789, soit de celle de 1889, qui s’est mise à gauche de la première! Comprendre: la droite française n’est qu’une gauche de droite, l’autre étant une gauche de gauche, celle qui forcément peut se prétendre comme la vraie: le but de l’une ET de l’autre étant la mort de toute société qui “limiterait ” la Liberté de l’Homme (majuscules de rigueur). On comprend dès lors qu’il n’y a qu’un seul ennemi: sur le plan naturel le simple bon sens, et sur le plan surnaturel le catholicisme authentique, non vicié par le faux progrès du christianisme libéral ou de la démocratie chrétienne. Tout homme qui ne se gauchise pas ne sera jamais qu’un homme à abattre: car de droite extrême. Que celui qui a es oreilles por entendre, etc…..

  7. addendum: Ni le Christ ni son Eglise ne sont de droite ou de gauche, mais Lucifer inventa bien l’esprit de gauche. Voilà ce qu’il faut bien comprendre! Il inventa la Liberté, celle qui tue les libertés, l’Egalité, celle qui tue les inégalités naturelles voulues de Dieu, l’Infiniment Simple ayant créé la diversité de la Création, la Fraternité, mais sans père, ni au ciel ni sur terre, ni Dieu ni Maître! La seule liberté fondamentale de l’homme: choisir son maître, Jésus-Christ et Son Eglise, ou Satan, ses principes mortifères, son “église” la FM qui a malheureusement réussi à introduire son “logo” dans l’esprit de trop de catholiques, y compris à la tête de Rome. Qui se souvient du pape Libère? Et bien nous avons eu quatre papes comme lui (JP 1er excepté)….Seul Dieu sait combien il en faudra pour retrouver une papauté capable de mourir pour la vérité….càd de désigner nommément l’adversaire du genre humain, comme l’ont fait tous les papes jusqu’à Pie XII… Mais pour celà il faudrait qu’ils retrouvent les 3 pouvoirs de la tiare, déposée dans un placard. Prions.

  8. “Acculturation aux valeurs de gauche”. Tout à fait ça ! La crise est une crise de la raison ! Il faut revenir à la pensée grecque, illuminée par saint Thomas d’AQUIN. Jacqueline de ROMILLY nous à prévenus !

  9. L’athée François Hollande a commencé son quinquennat par une révérence en souvenir des athées Jules Ferry et Marie Curie. Là, on est vraiment fixé.

  10. Mariage, euthanasie, avortement, étatisme, immigration, insécurité, école… En 2017, il n’y aura aucune différence entre l’UMP et le PS, sauf quelques détails surexposés

Publier une réponse