Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Drame

Vendredi à Saint-Étienne-de-Fougères (47), Abdelhak Saddiki, 43 ans, a égorgé son ex-épouse Catherine Bosc, 47 ans. Le couple était séparé depuis le mois d’avril, et avait 4 enfants – trois filles et un garçon âgés de 8 à 22 ans. Au cours d’une dispute, l’homme a poussé violemment son ex-compagne, qui perd conscience. C’est à ce moment qu’il s’est dirigé vers la cuisine pour récupérer un couteau, alors que la femme restait inanimée dans la chambre. Avec cette arme, il lui a tranché la gorge.

MJ

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Nul doute que l’on va en entendre parler au 20H

  2. ” ils viennent jusque dans nos bras egorger nos fils et nos compagnes..”

  3. C’est horrible !
    Une âme peut-elle être déconnectée de la réalité, lorsqu’elle se met en colère.
    Malheureusement ceci est arrivé, et nous devons tous prendre conscience de l’importance de la prière, afin de ne pas succomber en tentation du mal, et en plus nous habituer à faire le bien, à aimer.
    Comme dit le Saint Curé d’Ars, lorsqu’une tentation arrive, il faut l’offrir au Seigneur et lui demander le vertue contraire.
    Exemple, si nous avons une tentation d’impureté, il faut l’offrir et demander la pureté. Le démon, voyant cela à chaque fois, partira.
    Seigneur, pitié pour nos âmes.
    Prions pour cette femme, cet homme, et leur famille.

  4. il devait déjà avoir par mal d’égorgements de moutons sur la conscience notre cher ami…Aussi il ne l’a pas loupée sa nana. Mais quelle idée de laisser traîner des couteaux dans la cuisine.

  5. Faut c’qui faut ma bonne dame! L’homme a droit au respect!

  6. Habituellement très admirative du travail des auteurs de ce blog, j’avoue être surprise par ce post. Quel en est le but ? Nous faire remarquer que la violence est partout, le mal généralisé ? Oui bien sûr. Mais des meurtres, des drames familiaux, il y en a malheureusement tous les jours. A part nous faire relever que l’assassin est d’origine étrangère et sa victime “bien française”, j’avoue ne pas comprendre la pertinence du message. Vous êtes trop intelligents pour réduire votre raisonnement à cette vision simpliste. D’où mon étonnement. Mais je suivrai le bienveillant et charitable conseil de “Lala” et prierai pour cette dame et son bourreau.
    [Il ne faut pas aller chercher si loin. La réponse à votre question se trouve sur ce même blog. Une information très récente, à propos d’une agression à Paris, n’ayant pas entrainé mort d’homme, a provoqué moult déclarations publiques. Avant toute enquête. Quant à cette pauvre femme, elle n’a droit qu’a l’oubli. En mettant ces deux informations sur le même plan, on “relativise”, si j’ose dire, la gravité de l’une par rapport à l’autre. MJ]

  7. Réponse de MJ à Treompan : Pas tout à fait d’accord avec la réponse . Les 2 informations ne sont pas du même ordre . L’agression à Paris traduit la problématique raciste dans la société actuelle et demande de la part des responsables politiques la mise en oeuvre d’actions de lutte anti-raciste . L’autre information , pour gravissimes que soient les faits , revêt un caractère privé et ne saurait interpeller de la même manière l’opinion publique.
    Malheureusement on constate périodiquement qu’on en arrive à de tels extrémités dans certaines familles : assassinat des enfants et du conjoint , ce phénomène n’a aucun rapport avec la nationalité des protagonistes.Comme on l’écrit dans deux commentaires , il nous reste à prier pour eux.
    [Je ne suis pas d’accord : dans le XIXe, il ne s’agit pas d’une agression raciste mais d’une guerre de bandes pour le contrôle du marché du haschich. C’est du moins ce qui ressort des premiers témoignages du quartier.
    Néanmoins, on crie partout au racisme parce que la victime était juive. Vous connaissez mon scepticisme sur la pertinence des médias et de la justice…
    D’où l’évocation de l’identité de l’agresseur et du mode d’assassinat (égorgement) dans le second drame, mortel celui-là, où l’on pourrait tout aussi conclure au meurtre raciste.
    Je crois pour ma part qu’il n’y a racisme ni dans un cas, ni dans l’autre.
    MJ]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!