Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Donald Trump entre trahisons, fake news et une soi-disant tentative de coup d’Etat

Donald Trump entre trahisons, fake news et une soi-disant tentative de coup d’Etat

Edouard Husson a décrypté sur Twitter puis dans une vidéo les évènements du 6 janvier :

Le 14 décembre dernier, 7 Etats avaient envoyé des listes alternatives de Grands Electeurs républicains, permettant au GOP de s’organiser, s’il le voulait, pour contester la certification du Collège Electoral ce 6 janvier. Un énorme travail d’élucidation de la fraude a été accompli dans les Etats. Les preuves se sont accumulées. Dans les Etats contestés, les élus républicains, plus courageux que les juges, ont commencé à examiner de près la fraude. Une centaine de membres républicains de la Chambre des Représentants et une dizaine de sénateurs ont annoncé leur intention de contester la certification des Grands Electeurs dans plusieurs Etats. Cependant, plusieurs leaders du parti républicain ont refusé de construire un mouvement de contestation généralisée. Le leader républicain du Sénat a bloqué un possible basculement du parti. Beaucoup de militants se sont illusionnés sur les intentions du vice-président Pence. Il a le pouvoir de demander aux assemblées d’Etat d’examiner à fond les allégations de fraude dans les dix jours qui viennent. Et beaucoup espéraient qu’ils le ferait….Une autre bataille se déroulait en Géorgie, pour les deux derniers sièges de sénateur à attribuer. Le président Trump s’y est rendu deux fois pour soutenir les candidats républicains. Mais le Gouverneur et le Secrétaire d’Etat, bien que républicains, ont refusé obstinément de procéder à des enquêtes sur la fraude. Lorsque le président Trump a insisté, le Secrétaire d’Etat a enregistré la conversation et l’a balancée aux médias. Il s’est donc passé ce qui devait arriver: les deux candidats démocrates l’ont emporté de justesse, avec vraisemblablement une répétition de la fraude du 3 novembre, comme le montre les courbes d’enregistrement des bulletins dépouillés. L’élection a eu lieu hier les résultats ont été connus ce matin 6 janvier. La journée commençait mal. Donald Trump avait suffisamment insisté ces derniers jours sur le rôle crucial de Pence pour que l’on comprenne que le vice-président avait peur de prendre ses responsabilités. Effectivement alors que Donald Trump était en train de s’adresser à plusieurs centaines de milliers de partisans venus à Washington pour le soutenir et réclamer l’examen de la fraude, Mike Pence publiait une lettre annonçant qu’il se contenterait d’encourager un débat sur la fraude. En revanche, il refusait de faire ce qu’il était autorisé à faire: demander aux assemblées d’Etat d’aller au bout de l’investigation pour ne certifier les votes que dans une dizaine de jours, à temps pour l’inauguration. Du coup, le discours de Donald Trump ne pouvait pas être autre chose qu’un rappel des nombreuses preuves de fraude dont nous disposons. Quel pouvait être son impact politique?

Le président a fini son discours en confirmant la légitimité d’une marche pacifique vers le Capitole. Mais pour quoi faire? Notons cependant que la séance du Congrès a bien commencé par une contestation conjointe d’un représentant et d’un sénateur, refusant d’accepter la certification des votes de l’Arizona. Les démocrates n’étaient pas complètement rassurés. C’est alors que s’est produit un événement curieux une intrusion de « supporters de Trump » dans le Capitole. Mon hypothèse est qu’il s’est agi, à ce moment-là, de provocateurs antifa mêlés aux manifestants. Dans leur sillage, des partisans de Trump se sont glissés dans le bâtiment. Le mal était fait. Débordements, interruption de la séance, images désastreuses pour la réputation de Donald Trump, messages hypocrites venus de l’étranger. Le président a aussitôt vu le piège et mis en ligne une courte vidéo appelant au retour à l’ordre. Mais les réseaux…l’ont censurée. Il faut en effet que le récit stéréotypé d’un Trump menace pour la démocratie puisse s’enraciner définitivement. En fait, c’est exactement le contraire qui se passe. La fraude est démocrate et quoi qu’aient raconté certains sur les réseaux depuis des semaines, D. Trump n’a jamais eu d’autre fil directeur que la défense de l’état de droit et l’utilisation de tous les moyens institutionnels qui devaient lui permettre de faire valoir son bon droit. Quand certains rêvaient d’un état d’urgence, le président s’est montré parfait…républicain. Pourtant ce soir, c’est lui qui est complètement sur la défensive. Comme le rapporte bien le reporter du Figaro, les partisans de Trump entrés au Capitole se sont comportés pacifiquement.

Mais dès maintenant la meute des charognards se déchaîne, on jugera le président politiquement blessé à mort. Certains réclameront des poursuites contre lui pour atteinte à la démocratie. Une énorme frustration existe d’ores et déjà chez les électeurs républicains qui ont vu le manque de courage de leurs notables. A vrai dire, les Démocrates peuvent se réjouir: ils ont reconquis la majorité au Sénat, ils tiennent donc l’ensemble des leviers du pouvoir politique. Leurs campagnes d’intimidation des juges a payé: rares sont les juges qui ont examiné au fond les plaintes pour fraude. Les plus terriblement couards ont été les Juges de la Cour Suprême, en particulier ceux nommés par Trump, qui auraient dû accepter la plainte déposée par le Texas et 18 autres Etats contre les Etats fraudeurs. La réalité est exactement l’inverse du récit qui se met en place, alors que twitter supprime carrément ce soir des messages du président des Etats-Unis en exercice. Le parti républicain, qui devait à Trump son extraordinaire renaissance après les années Obama, est en morceaux. Biden est un légume mais il est le prête-nom de l’alliance entre les 0,1% les + riches et le gauchisme. Et contrairement à ce que croient les républicains mous du genou, les Démocrates ne feront aucun cadeau à leurs adversaires, surtout à ceux qui ont collaboré pour verrouiller le système de la fraude.

Ne spéculons pas sur 2022 et 2024: les trumpistes vont créer leur propre force politique et les divisions de la droite feront gagner les candidats démocrates. Le pays sera un mélange d’ingouvernabilité et d’activisme gauchiste à la faveur du chaos. Nous pouvons prendre congé des Etats-Unis référence, sinon garant de la démocratie.

Le plus terrifiant, c’est le fait que le vol de l’élection à Trump et au peuple américain est comme le laboratoire de ce qui se passera chez nous en 2022 et 2027. Après avoir eu peur du brexit et de la première élection de Trump, les progressistes se sont ressaisis. La coalition des 0,1%, des médias, des Big Tech, des activistes, des Antifa et des politiciens progressistes, qui n’avait pas réussi à faire annuler le Brexit en Grande-Bretagne aura en revanche réussi à priver le peuple américain de la réélection de son champion. A vrai dire, c’est surtout le parti républicain qui a offert la victoire à Biden sur un plateau. En ne contrôlant pas l’extension du vote par correspondance, en ne préparant pas la surveillances des bureaux de vote, en refusant de suivre le sage Texas qui n’a pas utilisé le logiciel Dominion; en ne se solidarisant pas à 100% avec Trump à partir du 4 novembre; en n’utilisant pas les instruments à sa disposition lors de la certification du Congrès. Oui, le 6 janvier 2021 est un triste jour pour la démocratie.

Partager cet article

14 commentaires

  1. La vérité la voici en image, ce sont bien les démocrates qui ont organisé l’invasion du Capitole

    Policiers laissant entrer les antifas…
    https://twitter.com/moonddng/status/1346924307692318723?s=20

    Policier faisant rentrer les manifestants…
    https://t.me/lesdeqodeursinfo/1009

  2. Voici une compilation des images terrifiantes, du chaos absolu, de la pire sédition de l’histoire.
    Âmes sensibles s’abstenir
    https://www.youtube.com/watch?t=7&v=hj-wjoB9SEA&feature=youtu.be

  3. Ayons une pensée pour Ashli Babbitt, patriote américaine de trente-cinq ans, ex-militaire, belle fille, qui a fait le déplacement Californie-Washington en avion pour soutenir Trump. Un flic Bidon l’a flinguée à bout portant. RIP.

  4. Grâce au jeu de Pence, Trump sait exactement qui est pour lui et qui est contre lui. J’ose penser que c’est voulu. On peut aussi se reporter sur les vidéos ‘trumpologie’ d’Alexis Cossette (RadioQuébec sur Odyssée).
    On comprend encore mieux, au vu de ce qui s’est passé au Capitole, l’utilité des antifas et BLM (par ex, l’homme-bison et son voisin tatoué à la main) pour l’état profond comme cela fut en 2013-2014 et contre le GJ…. QActus donne aussi pas mal de clefs de compréhension.

    • D aprés Antoine, de l Alliance Humaine 2020 , les prochains jours vont être bibliques, le plan divin ( méfiance quand même sur les fausses spiritualités paiennes de ce mouvement) ,même si je ne crois guère à son système de redistribution des richesses en dehors de l Esprit chrétien ( la nature humaine étant ce qu elle est, il y aura toujours des individus qui chercheront à s emparer de ce que possède leurs prochains, mais passons…) mais au moins l état profond sera éliminé et on vivra plus sainement et peut-être plus en harmonie au lieu de cette société déchirée par l obsession de l argent , qui va droit dans le mur.
      Tic tac tic tac tic tac.
      D ailleurs l état profond « français  » a peur ; il ajuste ses mesures sanitaires en fonction de ce qui se passe aux USA, regardez les dates comme le 20 janvier où il doit annoncer trés certainement de nouvelles actions contre un covid , qui n existe pas, date qui correspond au changement d administration US , enfin…un changement…dans la continuité, rassurez-vous . ( ne pas écouter les médias proches du pouvoir, surtout pas , tout, tout, tout est faux).
      La bête est gravement blessée mais avant de mourir , elle veut faire un maximum de victimes , via le  » vaccin » , un billet pour le transhumanisme ou la mort de l âme.
      On ne reconnaitra plus notre société . Préparons-nous , intellectuellement et spirituellement pour les temps à venir et des réserves ne seront pas de trop , victuailles, eau , bougies , piles et quelques bons livres…il se peut qu il y ait un mega confinement qui prendra une tournure , disons plus martiale…

    • Cossette a parfois tendance à exagérer…
      De plus, quel intérêt aurait Trump de savoir qui est contre lui si le jeu de Pence fait qu’il n’est plus président ?

      • Etes-vous si sûr que Pence n’agit pas en service commandé ?? Pour mieux coincer les démos ?

      • Je n’ai jamais vu Cossette exagérer, il se contente d’analyser des faits.

        Pourquoi croyez vous qu’ils censurent tout et tentent de destituer Trump à quelques jours de la fin de son mandat ?

  5. Concernant Ashli Babbitt, j’ai vu une autre version de l’histoire sur Q actus. Elle serait bien vivante!

  6. Ils ont suspendu non seulement le compte Twitter de Trump, mais aussi de Sidney Powell et du général Flynn…on ne manque pas d’air chez Twitter !!!

Publier une réponse