Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Euthanasie

Don d’organes : un amendement pour empêcher les familles de s’y opposer [add]

Les familles ne pourront plus s'opposer au dépeçage de leurs défunts si cet amendement de Jean-Louis [et non Marisol, comme écrit précédemment] Touraine au projet de loi Santé était adopté :

"Ce prélèvement peut être pratiqué dès lors que la personne majeure n’a pas fait connaître, de son vivant, son refus d’un tel prélèvement. Ce refus est exprimé par l’inscription sur un registre national automatisé prévu à cet effet. Il est révocable à tout moment.

Les proches du défunt sont informés des prélèvements envisagés et de la finalité de ces prélèvements. ".

Vous n'avez pas eu connaissance, de votre vivant, du registre en question ? Vous êtes candidat, par défaut, au don d'organes. C'est déjà le cas actuellement, mais souvent les familles s'y opposent. Avec cet amendement, elles n'auront plus voix au chapitre.

Coïncidence ? Le ministre a déposé cet amendement seulement deux jours après le vote, en première lecture, de la proposition de loi Clayes-Leonnetti permettant l'euthanasie sous couvert de sédation.

[Addendum] : une précision d'Alliance Vita qui s'inquiète d'un tel amendement

"Dans le Code de la santé publique actuel, ce refus peut être exprimé « par tout moyen », pas uniquement par ce registre unique."

Partager cet article

20 commentaires

  1. Tout est lié. Seuls les gros naïfs ne le comprennent pas !
    La sédation permet d’endormir sans tuer : et donc elle permet le « prélèvement » d’organes, lesquels font l’objet de commerce entre les hôpitaux !
    Il faut redire que, par définition, on ne prélève les organes que sur un corps vivant (même s’il y a la « mort cérébrale » qui n’est pas la mort).

  2. Pourriez-vous svp mettre le lien vers le site de refus du don d’organes ?
    [C’est fait. L.T.]

  3. Pour les impôts, on peut télédéclarer (en revenir au papier après, c’est une vraie galère) et ils veulent à terme que ce soit obligatoire.
    Mais pour le registre en question, il faut l’imprimer et l’envoyer par la poste avec plein d’autres papiers et une enveloppe timbrée pour qu’ils vous envoient confirmation de votre inscription.
    [Si l’amendement est voté, le registre sera « automatisé ». L.T.]

  4. Et ce qui est sûr, c’est que nos gouvernants ont déjà pour une bonne partie donné leur âme à satan! Miserere nobis!!!

  5. Quand j’ai fait des études de droit les professeurs expliquaient que le vieil adage « qui ne dit mot consents » n’avait aucune valeur juridique, ce qui signifiait qu’en droit personne ne pouvait se voir imposer à son insu un droit ou une obligation, s’il n’y avait pas consenti. Cette position traditionnelle était conforme à l’idée du libre arbitre et de la liberté individuelle. Il est clair que cette loi de Marisol Touraine prend l’exact contrepied de cette position de droit traditionnelle. Il faut voir que cette position traditionnelle se basait sur le droit romain et surtout l’image chrétienne de l’homme. Cette image voyait l’homme comme une âme immortelle, don de Dieu, sacrée, unie au corps biologique de son vivant et survivant à la mort dans la perspective de la résurrection. Or la société laïque athée conteste l’existence de cette âme. La vie humaine est dans cette optique centrée autour d’une notion de qualité et de plaisirs et, quand elle ne remplit plus cette fonction, pourra être supprimée par exemple au moyen du suicide ou de l’euthanasie. Mais le fait que dans la perspective athée une vie humaine peut être considérée comme sans valeur ne signifie pas que le corps biologique ne conserve plus une valeur marchande au plan médical. Il faut donc mettre la société en position d’exploiter cette valeur en recyclant de manière optimale tous ses organes, la cornée, le coeur, les reins, les poumons, le foie, la moelle etc. Le reste du corps pouvant être incinéré comme un vulgaire déchet médical. Il faut donc entraver le plus possible les possibilités du défunt et de la famille de s’opposer à ces prélèvements.

  6. [Merci de juger les actes et non les personnes. L.T]

  7. La logique matérialiste implacable, des suppôts de satan.

  8. Je suis pour ma part, donneuse d’organe.
    J’ai dans mon portefeuille une petite carte qui l’indique (qui date de 2004), et j’ai informé, oralement, mon mari et ma famille de mon souhait.
    La seule chose que je ne souhaite pas, c’est que mon corps serve aux étudiants en médecine (oui bon, même morte, on a sa pudeur ^^). Mais pour le reste, si un de mes organes peut aider quelqu’un, c’est de bon coeur! Nul doute que si j’ai la chance de ressusciter, le bon Dieu me refera un rein, un cœur ou un foie tout neuf 🙂
    En revanche, il s’agit d’un don intime et personnel. Je trouve ça gonflé de présupposer que la position de base c’est: je donne mon corps, et de demander une démarche pour ceux qui ne le désirent pas.
    Quid des familles qui découvriront que leur défunt est devenu une petite banque d’organe sans qu’ils puissent rien y dire? Quid des enfants décédés qui n’auront pas fait les démarches? (à moins que cette loi ne prévoit que ne sont inscrits d’office en tant que donneurs que les personnes de 18 ans et plus?)
    Je serai favorable à une plus grande information en faveur du don, et des campagnes d’inscription massive sur un registre automatisé de donneurs. Mais faire l’inverse c’est malsain.

  9. En somme, voilà tous les patients en « fin de vie » – selon la définition que l’on donne à cette notion et qui peut être très élastique – transformés en magasin de pièces détachées. Mais puisqu’on vous dit que tout se passera « dans la dignité »…

  10. Discipline corporelle, optimisation de l’alimentation, soins médicaux et remplacement d’organes défaillants permettent déjà de vivre plus longtemps et en meilleure santé.
    Il y a quelques mois, Jacques Attali a déclaré que le progrès permettra d’allonger la durée de la vie de l’homme de façon considérable ( il « voit » qu’on pourra vivre 150, 200 ans voire plus …).
    Les recherches en cours dans divers domaines font entrevoir :
    – l’invention de stimulants permettant de ralentir le vieillissement des cellules du corps humain,
    – la fabrication d’organes artificiels (à partir de cellules cultivées ou artificielles, de composants mécaniques ou électroniques etc.) pour remplacer les organes naturels en bout de course,
    – la mise au point d’un protocole d’allongement de la vie (dont le malheureux rêveur Attali, né trop tôt, ne pourra pas profiter !)
    Compte tenu de son coût, le protocole d’allongement de la vie sera réservé aux puissants de ce monde, et éventuellement à leurs protégés qui le dirigent, complices intéressés, en abusant les peuples.
    Mais la fabrication d’organes artificiels fiables est complexe et prendra beaucoup de temps (voir par exemple les essais d’implantation d’un cœur artificiel, produit « prometteur » ce qui signifie loin d’être fiable).
    En attendant, il faudra donc recourir à la greffe d’organes naturels. Or il y a, et il y aura, pénurie si on ne compte que sur les donneurs volontaires.
    L’ineffable Marisol a trouvé la solution : pour prolonger la vie de certains, il suffit de prélever les organes en tuant ceux qui n’ont pas donné leur avis. L’Euthanasie qui lui est si chère, et qui n’est que retardée, facilitera ce trafic « altruiste » (ben oui, comme toujours, les pauvres restent au service des riches, et s’ils ne le veulent pas, ce sont de sales égoïstes !).

  11. Merci de l’info. Première nouvelle. Je m’en occupe.

  12. après les tueurs les chacals …
    on accélère la mort via la marisolution finale dite sédation pour soulager votre détresse et le budget de la SécSoc, puis on dépèce pour soulager les personnes en détresse mais jamais pour des traficants d’organes au bénéfice de riches exploiteurs

  13. Deux précisions :
    – ce n’est pas un amendement de Marisol Touraine mais de Jean-Louis Touraine. Rien à voir.
    – le don d’organe n’est possible qu’en cas de mort encéphalique (le cœur fonctionne toujours mais il y absence totale et définitive d’activité cérébrale) : cela veut dire que ça n’a rien à voir avec la loi Clayes Leonetti. Les morts encéphaliques sont très rares et les personnes qui seraient « sédatées » ne seraient pas dans un état de mort encéphalique.
    Attention aux raccourcis faciles. Informer et ne pas déformer ! Merci.
    [Ajouté. L’amendement était signé de M. Touraine, d’où mon erreur. Mea culpa. En revanche, au sujet de la mort encéphalique, on peut imaginer que les règles puissent changer ultérieurement L.T.]

  14. Il ne faut manifestement pas parler de don : dans le cas présent, il s’agit de vol.
    Pour ma part, cela fait 25 ans que je me suis officiellement opposé à ma découpe : je ne veux pas pousser au crime des personnes qui me charcuteraient vivant (la « mort » cérébrale n’étant pas la mort) ou qui m’euthanasieraient pour faire leur business.

  15. La France servira à fournir tous les pays demandeurs!!!!
    [Quand même pas. Il y a une pénurie en France. Mais cela ne justifie pas que « qui ne dit mot consent[e] » et sa famille avec. L.T.]

  16. Qui parmi nous voudrait si c’était possible qu’on lui greffe le cerveau d’un de ces politiciens?
    Mais il serait intéressant de savoir s’ils sont inscrits ou non sur le registre?

  17. Encore un amendement contre la famille : Taubira et NVB auraient pu le proposer
    Encore un amendement pour le commerce et le business : Macron aurait pu le proposer
    Encore un amendement aux aspects douteux qui au prétexte de bien faire ouvre la porte aux dérives : Marisol Touraine aurait pu le proposer
    Décidemment, ce gouvernement affiche une certaine cohérence… dans ce qui est dangereux pour la France et les Français.

  18. En lisant cet article, je me suis mis à penser :
    comme ça, ils pourront faire vivre une personne pendant qu’il la dépèceront au grès des besoins d’organes.
    Je souhaite que ce ne soit qu’une pensée délirante.

  19. Petite précision sur une erreur lue dans les commentaires: le don de moelle osseuse est uniquement fait par des donneurs vivants et volontaires, membres de la famille du patient ou anonymes et inscrits volontairement sur un fichier international. Le don de moelle osseuse est sans séquelle pour l’organisme du donneur, il a lieu uniquement en cas de compatibilité avec un patient. La greffe de moelle osseuse guérit chaque année des patients atteints de pathologies hématologiques graves (la plus connue étant la leucémie). Pour une information fiable des lecteurs, merci de vérifiez vos informations avant d’écrire vos commentaires. Les greffons de moelle osseuse ne proviennent JAMAIS de patients décédés. (J’exerce dans un excellent service de greffe de moelle osseuse).

  20. Je suis atterrée de voir que l’on va pouvoir « se servir sur la bête » sans accord préalable au moins de la famille ; Jusqu’à présent, cette demande du médecin (de pouvoir prélever un ou des organes sur la personne défunte cérébralement) était, certes, un moment difficile pour les proches qui doivent prendre cette décision, mais elle leur permettait de donner du sens à la mort brutale d’un des leurs et, faisait partie intégrante du processus de deuil. Demain, nous aurons l’impression d’être totalement dépossédés de notre intimité corporelle, spirituelle et familiale.
    Je ne suis pas contre donner mes organes, mais pas sans le consentement préalable de mes proches.
    La solution ne serait-elle pas de faire, une inscription au registre de refus de don d’organe, et en même temps, donner des consignes écrites à ses proches pour que le don d’organe soit possible mais avec leur consentement ?

Publier une réponse