Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Dominique Souchet, candidat à sa propre succession, défend les principes non négociables

Parmi les réponses des candidats à Catholiques en campagne (on ne peut pas toutes les publier, donc n'hésitez pas à aller y chercher les réponses des candidats de votre circonscription), voici un extrait de celle de Dominique Souchet (mention Bien), député MPF de Vendée et candidat à sa succession dans la cinquième circonscription.

S"La laïcité ne peut être « positive » que si elle s'enracine dans la défense de la liberté religieuse. Si elle ne s'érige pas elle-même en religion de substitution, la laïcité peut être saine en ce qu'elle implique simplement le découplage de l’appartenance religieuse et de l’appartenance politique, la dissociation entre citoyenneté et confessionnalité. Mais dès lors que la loi de 1905 est défendue comme une laïcité d'exclusion, nous avons tout à craindre de son inscription dans la Constitution. […]

Je suis totalement opposé à l'ouverture du mariage et du droit à l'adoption pour les couples de même sexe. […] La liberté de choix de l'enseignement est une liberté fondamentale à laquelle je suis très attaché. Encore faut-il que cette liberté de choix existe dans les faits. Si les établissements privés ne sont pas dotés en postes d'enseignants à hauteur de leurs besoins, ils sont contraints de refuser des inscriptions. Dans ce cas, la liberté de choix des parents n'est malheureusement plus que théorique. […] je suis favorable à des mesures allant dans le sens du choix libre et individuel comme le chèque scolaire. […]

Les missions régaliennes de l'Etat doivent être prioritaires. Il faut bien comprendre que l'argent public n'existe pas. Il n'y a que l'argent du contribuable, qui n'est pas utilisable à l'infini. L'Etat doit plutôt mettre en oeuvre des mesures qui permettent aux entreprises de se développer et de créer des emplois. […]"

Partager cet article

3 commentaires

  1. Je suis presque d’accord avec ce valeureux député dont je souhaite la réélection.
    Cependant lorsqu’il déclare :
    “Si elle [la laîcité] ne s’érige pas elle-même en religion de substitution, la laïcité peut être saine en ce qu’elle implique simplement le découplage de l’appartenance religieuse et de l’appartenance politique, la dissociation entre citoyenneté et confessionnalité. ”
    Je ne peux être parfaitement d’accord.
    Nous sommes nés libres, la laïcité n’interdit donc nullement que celui qui a une foi ne l’affirme, ne la confesse, même en public dans ses discours. Il ne peut toutefois pas prétendre l’enseigner, ni dans ses discours, ni dans les lois. Il doit également, quelle que soit sa foi ou son infidélité, respecter et faire respecter les droits universels de l’homme dont le principe est accessible à la raison et qu’à ce titre il peut enseigner. La laïcité, c’est la liberté. Le laïcisme (dont monsieur Souchet semble légèrement imprégné), c’est la servitude de l’esprit public.
    C’est pourquoi, au nom de la liberté du peuple, je suis favorable à une France catholique.
    Vive la liberté, vive l’égalité et vive la fraternité ! Vive la France catholique !

  2. @ Denis Merlin,
    D’accord sur le principe mais vous n’obtiendrez rien ainsi.
    Que vous le vouliez ou non, la France n’est plus catholique depuis longtemps et gouverner, c’est en tenir compte : on peut très bien agir en catholique sans confesser sa foi. L’essentiel est que la charité qui émane de votre action rayonne tellement que les gens soient obligés de se poser la question d’où elle peut venir… Le reste est l’affaire de l’Esprit Saint.
    Bref, aujourd’hui, agir en voulant et clamant une France catholique serait agir sans prudence (éminente vertu !) et aboutirait quasi obligatoirement à un résultat contraire.
    Je lis le propos de ce monsieur dans ce sens : on agit en tant que catholique mais on ne le met pas en avant. Ça n’empêche pas de le dire si on pose clairement la question mais l’initiative ne vient alors pas de nous.
    Personnellement, c’est par ce chemin que je tente d’évangéliser autour de moi et je me rends compte pour le moment que ça porte des fruits. Il me semble d’ailleurs que c’est la méthode employée depuis longtemps par les missionnaires…
    France, nouvelle terre de mission…

  3. Un “souchet” hors norme qui ferait comprendre à lui tout seul qu'”il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages.”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services