Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Diversité à l’ENA : ils ont oublié de supprimer le concours

E Les quinze élèves issus de milieux défavorisés qui avaient été recrutés en 2009 pour préparer le concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration (ENA) ont tous échoué au concours. Sur les 11 filles et 4 garçons sélectionnés pour cette première promotion "diversité" de préparation d'un an à l'ENA, une seule était admissible avant d'échouer à l'oral du concours en décembre.

Le 7 octobre 2009, pour la rentrée de la première promotion, trois ministres – Eric Woerth (Budget et Fonction publique), Fadela Amara (Ville), Martin Hirsch (Solidarités actives) – plus le commissaire à la diversité, Yazid Sabeg, avaient fait le déplacement.

Partager cet article

13 commentaires

  1. “Afin de diversifier son recrutement, l’école nationale d’administration a mis en place une classe préparatoire au concours externe d’entrée, spécifiquement réservée aux étudiants boursiers méritants issus de milieux sociaux modestes.
    (http://www.ena.fr/index.php?/fr/formation/initiale/preparer-reussir-concours/Classe-preparatoire-egalite-des-chances)
    Lieu: locaux parisiens de l’ENA, 2 Avenue de l’Observatoire dans le 6e arrondissement
    Effectif: une quinzaine d’étudiants
    Recrutement: être titulaires d’un master 2 avec mention (en sciences politiques, droit public, économie, gestion publique), être titulaire d’une bourse sur critères sociaux et conditions de nationalité
    Les étudiants admis à la classe préparatoire pourront solliciter, sous certaines conditions, l’attribution d’aides financières.
    Les étudiants qui le souhaitent pourront bénéficier d’un hébergement en résidence universitaire à Paris.
    Quels sont les effectifs dans les “12 établissements, à Paris ou en régions, proposant des cycles de préparation qui permettent de se familiariser avec les exercices proposés lors des épreuves d’admissibilité et d’admission (compositions, notes sur dossier, entretiens avec le jury …)”

  2. Une remarque: connaissances solides vs concepts “venteux”:
    La réussite d’étudiants venant de milieux défavorisés est pourtant patente dès lors qu’il s’agit de filières, certes concurrentielles, mais faisant eppel à des connaissances solides et incontestables ( concours de types scientifiques ou médicaux, par exemple): “l’échec de la diversité” à l’ENA ou Sciences po viendrait t’il en réalité de facteurs “culturels” ( et non cognitifs) c’est à dire de la difficulté à manipuler les concepts “venteux” qui constituent les bases d’entrée dans ces écoles ????

  3. Recrutement: être titulaires d’un master 2 avec mention: Le problème n’est-il pas aussi et pour tous les élèves puis étudiants de toutes origines et diversités et même les pauvres “Gaulois” de la France profonde, que le niveau est devenu très bas et que les diplômes sont délivrés faute de mieux. Pour être bons élèves il faut aussi depuis l’enfance avoir des épreuves vous permettant d’être tirés vers le haut et non pas une école puis lycée puis université fourre-tout et occupationnelles complétement idéologiques.
    En médecine à l’inverse avec les quota de 3000 médecins/an, la sélection est faite dès le départ puis tous les ans.
    La diversité comme tous les Français sauf exception est pénalisé, sauf peut-être ceux qui habitent à Paris ou sont dans des écoles très élitistes et pas d’état, ni même sous contrat avec l’état…
    L’école de la république est devenue une énorme machine inégalitaire. Elle est le début d’une république bananière où l’on attribue des postes à responsabilités non pas par rapport aux mérites mais par rapport au fait de princes et aux événements du moment.
    Nous en sommes tous les victimes et notre pays de facto.

  4. Il s’agirait d’un autre concours, l’ironie du titre de cet article serait justifiée mais à l’ENA, il n’est pas du tout sûr que ce soit les meilleurs élèves qui passent le concours. C’est plutôt les mieux formatés. Cela expliquerait que depuis plus de 30 ans que les Enarques se trouvent dans les hautes sphères de la politique et de l’administration, tous les budgets de l’Etat sans exception ont été déficitaires.

  5. “L’école de la république est devenue une énorme machine inégalitaire. Elle est le début d’une république bananière où l’on attribue des postes à responsabilités non pas par rapport aux mérites mais par rapport au fait de princes et aux événements du moment.”Bien dit@C !Je ne saurais mieux dire !

  6. J’en ris.
    Si vous voyiez le niveau des salariés qui ont remplacé les beautés blondes ou brunes dans certaines fonctions où l’hôte était roi.
    Si vous saviez le niveau binaire et mécaniquement brutal des plus “évolués” diplômés de la “diversité” que j’appelle inversion.
    Nous serions des souschiens, des sales blancs et eux de la race élue, du vrai prophète. Beurk!
    Quelle misère nous prépare-t-on!

  7. Que n’eût-on pas dit s’ils l’avaient réussi (de part et d’autre)…

  8. Si l’on juge l’arbre à ses fruits ils peuvent en effet supprimer le concours.

  9. C’est le scandale du siècle!
    Ce jury raciste doit être jugé et condamné au camp d’extermination!

  10. tout cela est du bluff
    il y a certainement des gens “issus de l’immigration” qui sont aptes à passer les concours
    mais le bluff c’est de l’ériger en système
    comme dans le cas des discriminations dites positives
    d’ailleurs les élèves capables de réussir sont en général contre ce genre d’opération, qu’ils considèrent comme discriminantes

  11. La discrimination positive est une catastrophe aux Etats-Unis. Là-bas, tout le monde sait (ou suppose) qu’un Noir dans une université prestigieuse, ou à un poste important, est un mauvais qui ne doit sa promotion qu’à sa race. Et c’est souvent le cas.
    La discrmination positive renforce donc les préjugés racistes — qui sont en général justifiés : les rares Noirs qui sont compétents et performants à leur poste sont présumés avoir bénéficié d’un piston racial. Ils doivent en faire beaucoup plus que les Blancs à un niveau comparable pour faire valoir leur mérite.
    Le directeur des écoles à la mairie de Detroit, noir, maîtrise tellement mal l’orthographe et la langue anglaise que ses collaborateurs font le maximum pour l’empêcher d’écrire des mails, afin de ne pas se ridiculiser.
    Bon, concernant Detroit, comme la plupart des Blancs sont partis, ce n’est même plus de la discrimination positive : c’est l’illustration de ce que donne le pouvoir confié aux Noirs.
    http://www.evasion.cc/blog/comments/ruins-of-detroit-photography/

  12. J’ai une idée ! On leur prépare un concours sur mesure, type BEPC mais avec un niveau abaissé, et quelques uns pourraient ainsi être reçus. Ainsi toutes nos zélites pourraient ainsi crier victoire et se pavaner à la télé…

  13. Quelqu’un aurait-il des statistiques sur les ZEPs à Sciences-Po ? Ont-ils obtenu le diplôme ? La première fournée devrait être déjà sortie ?
    La majorité des anciens a été contre ce choix de Descoings, nous avons signé des pétitions, mais rien à faire, il continue de s’en prévaloir, avant de supprimer les notes ou le concours comme il voudrait bien….à part peut-être pour les enfants des ‘bourgeois’ pour qu’ils restent à la porte !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services