Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Foi / L'Eglise : Vie de l'Eglise

“Dieu a créé un homme et une femme, pas un homme et trois épouses”

Mgr Alexis Touabli Youlo, président de la Conférence des évêques de Côte d’Ivoire et membre du synode, interrogé par Aleteia, estime avec l'Eglise que la polygamie est un fléau et une régression :

"La polygamie est-elle vraiment une réalité du continent africain, où est-ce un cliché ?
Mgr Touabli Youlo :
La polygamie est présente en Afrique, c’est un indéniable. Mais cette présence n’est pas la même partout. Elle est plus forte là où dominent l’Islam  – comme au Mali ou au nord Guinée – ou la religion traditionnelle, que dans les pays marqués par l’évangélisation. De même, il y a une différence entre les zones rurales et urbaines. En ville, la vie coûte plus cher (loyer, eau, électricité) et ne permet pas aux hommes, qui gagnent en moyenne l’équivalent de 300 euros, d’avoir plusieurs épouses. En réalité, la polygamie concerne les deux extrêmes : une élite qui a les moyens et les milieux ruraux, où les contraintes économiques sont moindres. Enfin, en raison de l’urbanisation croissante et des progrès de la christianisation, elle n’a pas la même ampleur aujourd’hui qu’il y a cinquante ans.

Là où elle existe, comment est-elle considérée par la société africaine ?
Mgr Touabli Youlo :
Dans le contexte traditionnel, elle n’est pas regardée comme quelque chose de mauvais ou d’anormal. Dans ce contexte, personne n’est choqué qu’un roi ou un chef de tribu ait ou deux ou trois épouses. C’est le contraire qui choquerait. En zone urbaine, où les mentalités sont évoluées, on n’applaudit pas un polygame. Aucune femme qui a été à l’école n’accepterait d’être la deuxième ou la troisième épouse. En milieu musulman, par contre, à cause de la religion, la polygamie n’est pas un problème.

Quelles sont ses conséquences ? Quelles souffrances engendrent-elles ?
Mgr Touabli Youlo :
Autrefois, vu sous l’angle démographique, elle a pu peut-être avoir un effet positif sur le renouvellement des générations. En réalité, la polygamie est un fléau. Les pères ne s’occupent pas ou mal de leurs enfants car ils en ont trop. Or, chaque enfant a besoin d’un père et d’une mère pour grandir. Ce sont ces enfants, qui sont souvent abandonnés à eux même, qu’on arme quand il y a une rébellion, parce qu’ils n’ont ni père ni repère. Quant aux femmes, leur vie est souvent intenable. J’en ai des exemples tous les jours. La rivalité entre les épouses n’exclut pas les empoisonnements. Elles ont également recours à certaines pratiques fétichistes pour que leur mari les regarde plus que les autres. Elles souffrent aussi de ne pas avoir les moyens d’élever leurs enfants convenablement.

Quelle est la parole de l’Eglise d’Afrique sur la polygamie ?
Mgr Touabli Youlo :
Dieu a créé un homme et une femme, pas un homme et trois épouses : il veut le mariage monogamique. La parole de l’Eglise est claire : elle dit non à la polygamie. Même dans les cas où cela doit passer par un renoncement.

Que dites vous aux polygames qui veulent rentrer dans l’Eglise ? Et pour commencer, y en a-t-il ?
Mgr Touabli Youlo :
En Côte d’Ivoire, où le catholicisme est en progression constante, les cas sont de plus en plus fréquents. Il s’agit  en général de gens âgés de milieux ruraux et de religion traditionnelle, qui un jour, rencontrent le Christ et demandent le baptême. Les hommes le reçoivent alors avec la première épouse, que l’Eglise reconnaît comme légitime et tous deux se marient sacramentellement. Parallèlement, l’Eglise demande au mari de ne plus avoir de vie intime avec les autres épouses. Ces dernières continuent toutefois à faire partie de la famille élargie, qui subvient toujours à leurs besoins et celui de leurs enfants.

Qu’attendez-vous du synode par rapport à la polygamie ?
Mgr Touabli Youlo :
Qu’il condamne fermement cette pratique, dont il a d’ailleurs déjà été question à plusieurs reprises dans les débats. L’Eglise ne doit pas faire d’exception, par complaisance, vis-à-vis de l’Afrique. L’Eglise est une, ses enseignements et ses exigences sont les mêmes pour tous."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Oui, ce n’est pas Dieu qui a créé l’Islam.

  2. Vous n’y êtes pas du tout, sauf votre respect.
    Le phare de l’humanité, l’exemple admirable, la civilisation absolue, l’aboutissement, l’extase, c’est le bonobo.

  3. Pilule de 3e génération: la Commission d’indemnisation déboute une Girondine
    AFP
    La Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) de Bordeaux a rejeté mercredi la demande d’une Girondine de 29 ans souffrant de séquelles consécutives à un AVC qu’elle attribue à la prise de la pilule de 3e génération Meliane commercialisée par le laboratoire pharmaceutique allemand Bayer, a indiqué son avocat à l’AFP.
    https://fr.news.yahoo.com/pilule-3e-g%C3%A9n%C3%A9ration-commission-dindemnisation-d%C3%A9boute-girondine-152013708.html

  4. La polygamie a été instituée par Dieu Lui-même. Puisque Ses grands prophètes et beaucoup de Ses rois bibliques comme Abraham, David, Salomon, Jacob, Gédéon, Roboam, Abija, Esaü,etc…Jésus lui-même prend la parabole d’un homme polygame dans Matthieu 25:1-13. L’exigence de monogamie étant réservée qu’aux seuls évêques comme le dit Paul de Tarse dans 1Timothée 3:1-2,12.
    Donc aller contre la polygamie c’est aller contre la Bible (Ancien et Nouveau testament)
    [Bonjour Ibrahim.
    Genèse 2, 18-19 “Yaweh Dieu dit :”Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui.” UNE aide, pas deux ou trois ou plus.
    Genèse 2, 22-24 “De la côte qu’il avait prise de l’homme, Yaweh Dieu forma une femme, et il l’amena à l’homme. Et l’homme dit :’Celle-ci cette fois est os de mes os et chair de ma chair ! Celle-ci sera appelée femme, parce qu’elle a été prise de l’homme’. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.” Unicité du lien conjugal, et indissolubilité.
    Saint Matthieu rapportant les paroles du Christ : “Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que DIEU a uni”, Matthieu 19:6. Jésus mentionne DEUX personnes, pas trois, ni quatre, ni plus.
    Et puisque vous avez l’air d’aimer St Paul, sachez qu’il a répété cette parole de la Genèse 2, 22-24 dans l’Epître aux Ephésiens (chap.5, 31-32), le Nouveau Testament venant confirmer et accomplir l’Ancien.
    Le lien conjugal est à l’image du lien qui unit le Christ à son Eglise : unique et indissoluble. Le Christ est mort et ressuscité pour son Eglise. Une seule fois, et pour toujours. Multiplier les liens conjugaux simultanés nécessite de les partager, et donc de les affaiblir. On ne donne sa vie qu’une seule fois. Le don conjugal dans le Christ est aussi absolu que le don du Christ à son Eglise, et donc définitif. On ne peut donc avoir qu’un seul conjoint, et ce jusqu’à la mort de l’un des deux. Ce qui exclut la polygamie et le divorce. Vous savez, c’est un challenge passionnant, qui nécessite de s’impliquer au quotidien dans son mariage si on veut le réussir. C’est vraiment à la portée de chacun, à condition de le vouloir. La polygamie, c’est trop triste … Amitiés. Marie]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]