Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Dictature sanitaire : Attention au réveil de la jeunesse !

Dictature sanitaire : Attention au réveil de la jeunesse !

Extraits d’une tribune intéressante de Pierre Robert, agrégé de Sciences Economiques et Sociales, ancien professeur de Chaire Supérieure et des classes préparatoires aux Grandes Ecoles :

Depuis plus d’un an, il vous a en effet été retiré tout ce qui fait le sel de la vie pour ceux de votre âge. Un carcan de mesures restrictives de vos libertés élémentaires vous interdit de sortir, d’avoir une vie amoureuse ou de trouver un boulot saisonnier. Vous êtes privé de cinéma, de théâtre, d’expositions, de musées, de voyages, de piscines, de salles de sport, de lieux de rencontre, de séjours linguistiques à l’étranger, de programme Erasmus. Les stages ont été annulés ou interrompus, vous avez été condamné à suivre des cours à distance enfermé pendant des heures dans un espace restreint, votre dépendance envers vos parents s’est accrue et parfois vous avez même décroché de l’université. Le confinement a donc coûté très cher à votre classe d’âge.

Pour les 25-34 ans la situation n’est guère meilleure. Les difficultés pour trouver un emploi ou pour accéder à un logement se sont accrues et sur la carrière des jeunes diplômés l’effet « cicatrice » risque de jouer à plein (…)

En se conjuguant, tous ces éléments contribuent à expliquer que, selon toutes les enquêtes disponibles, les moins de 35 ans sont plus nombreux que la moyenne à avoir connu un état dépressif. Ils sont aussi plus nombreux à avoir subi une baisse de leur pouvoir d’achat (alors que les retraités ont été épargnés) (…)

Ce qui vous a conduit dans une telle impasse, c’est une pandémie aux effets potentiellement mortels pour les plus de 65 ans mais qui ne sont pour vous guère plus dangereux que ceux d’une banale grippe.

Si le pays a été mis sous cloche, et vous avec, c’est pour freiner la circulation d’un virus que craignent surtout ceux qui occupent le haut de la pyramide des âges et en particulier les baby-boomers, c’est-à- dire un catégorie de personnes qui en tout état de cause n’a pas dans votre esprit une très bonne image : pollueurs invétérés, ils détiennent les plus gros patrimoines et s’accrochent sans vergogne à leurs positions de pouvoir en bloquant des réformes qui sont à vos yeux indispensables.

Si vous subissez une série ininterrompue de mesures liberticides, ce n’est donc pas une fatalité mais le fruit d’un choix politique qui a consisté à refuser délibérément que le confinement soit limité à ceux qui présentent des risques réels de développer une forme grave de la maladie. De ce choix politique dont vous pensez faire les frais, les raisons électoralistes ne vous échappent pas car il est notoirement connu que ce sont les plus âgés qui décident du sort des élections. Or, manifestement, les seniors ne sont pas prêts à consentir beaucoup d’efforts pour améliorer la situation des plus jeunes qui sont pourtant l’avenir du pays.

La situation qui vous empêche de vivre librement s’éternisant, l’énervement monte, et même si vous aimez bien votre grand-mère, vous finissez par avoir la conviction qu’on a choisi de sacrifier les plus jeunes pour sauver les plus âgés.

Au sein de votre classe d’âge, avec l’anxiété face à l’avenir grandit la tentation de briser le statu quo, le désaveu du champ politique tel qu’il fonctionne, l’hostilité envers les élites et l’envie de faire table rase.

« En quoi Marine Le Pen serait-elle pire ? » : vous devenez de plus en plus réceptif à ce que dit son parti. Adhérer à ses positions est un moyen d’exprimer votre exaspération lors des élections à venir. Si un duel devait y opposer un candidat dit républicain et un représentant de la droite extrême, la nécessité de faire barrage à ce dernier n’a pour vous plus rien d’évident.

Au sein de la jeunesse, le tabou anti-RN semble de fait avoir en grande partie disparu comme le montrent les analyses du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. De plus en plus de jeunes semblent séduits par la ligne patriote que défend ce parti et par son projet d’aider « les Français d’abord » (…) Le RN est devenu le premier parti au sein d’un groupe d’âge dont les membres sont capables de se mobiliser fortement et qui se déplacent pour voter (…)

La seule issue, outre une campagne massive et rapide de vaccination, est de restaurer le plus vite possible les libertés fondamentales en abandonnant toute idée de retour en arrière. Il est impératif de mettre fin à ce mouvement de stop and go qui empêche de se projeter dans l’avenir. En cas de nouvelle dégradation, la liberté de la jeunesse doit donc être sanctuarisée, il ne faut plus rien décider qui puisse la pénaliser.

Pour le reste, la ligne directrice devrait être de récompenser les moins de 35 ans après leur avoir donné le sentiment qu’ils ont été punis. Cela passe par toute une série d’incitations pour stimuler la création d’emplois en mettant entre parenthèses les règles, charges et taxes qui pénalisent les jeunes actifs sur le marché du travail. Il faudrait aussi favoriser les dons intrafamiliaux dans une situation où manifestement les ménages ont beaucoup épargné et inciter énergiquement à la reprise d’une vie universitaire normale en poussant les établissements d’enseignement supérieur à sortir rapidement de leur léthargie (…)”

Partager cet article

26 commentaires

  1. « vous finissez par avoir la conviction qu’on a choisi de sacrifier les plus jeunes pour sauver les plus âgés. »… mais « en même temps » ils font tous ce qu’ils peuvent pour légaliser et banaliser l’euthanasie… Allez comprendre…

  2. J’occupe, sans discussion possible, le haut de la pyramide des âges sans pour autant détenir l’un des plus gros patrimoine.
    Si une partie des baby-boomers peut s’assumer sans recourir à des aides diverses parce qu’elle a travaillé de longues années (43 années en ce qui me concerne, et plus de 40 heures par semaine ) et ainsi n’être pas à la charge des jeunes actifs, la plus grande partie de ces retraités a souvent tout juste ce qu’il faut pour ne pas mourir de faim. La jeunesse actuelle veut tout, tout de suite. C’est ça son malheur.
    A lire ce document j’ai le sentiment que les personnes âgées gênent et qu’une loi sur l’euthanasie serait la bienvenue pour beaucoup.

    • Je pense que le COVID a donné envie a beaucoup de jeunes que l’euthanasie soit legalisée, oui c’est degeulasse mais la gestion du gouvernement y a grandement participé.
      Pour le reste, les jeunes aujourd’hui ne veulent pas tout tout de suite (pas tous en tout cas), ils ont un niveau de vie bien inferieur a leurs parents. Je fais partie de cette generation ou on nous explique que malgré deux emplois d’ingenieurs avec 10 ans et 7 ans d’experience (a 39 heures par semaines et responsabilités) on ne peut pas s’acheter une maison car l’immobilier est tellement elevé qu’en mettant meme un gros apport le pret ne serait pas accordé, meme pour une maison 3 chambres a proximité d’une petite ville de province. Je suis de cette generation où quand on a le malheur de gagner a peine plus que le SMIC on se retouve a galerer car on a aucune aide la alors qu’en parallele tout est donné en bequée tout cuit a ceux qui ne bossent pas (oui il y en a je ne le nie pas). Je suis de cette generation ou il me faudrait 8 fois mon salaire pour acheter la maison de mes parents, ou celle de mes grands parents, ou celle des amis de mes parents…. De cette generation ou la moitié du salaire passe dans le loyer.
      Oui il y a des retraités qui galèrent, souvent ceux sont ceux qui se sont usé a l’usine et n’ont pas etudié (et ils ont eu bien du courage). Le malheur de notre generation et sa révolte c’est que ceux qui ont fait des etudes galèrent en ayant un train de vie simple, ceux qui n’ont pas fait d’etudes arrivent a peine a survivre et ceux qui foutent rien de leur journée se font payer une ferrari par le travail des autres. Je suis aussi de cette generation qui n’espere meme plus avoir de retraite car a force de reformes et de surtaxes on nous expliquera qu’il faut bien payée la dette accumulée par les decisions prises par ceux qui avaient le pouvoir quand nous avons travaillé et ou nous aurions mieux vecu a nous la couler douce si au final c’est pour ne rien avoir et ne meme pas pu se contituer de patrimoine. Resultat, vu que le système nous y pousse et incite, pourquoi s’user à la tache? Nous aurons rien sauf peut etre un peu d’heritage (si d’ici la heriter n’est pas interdit).
      Je vous demande pardon d’etre un peu cinique mais j’ai eu l’impression que vous sous entendez que nous sommes une generation d’enfants gatés, il y en a mais ce n’est pas une majorité. Je persiste à dire que la plupart des ingenieurs que je connais (en province) gagnent moins de 2000 euros par mois meme avec de l’experience, quand on voit le cout de la vie, je ne pense pas que c’est mener une vie de chateau que dire que les temps sont durs. Que penser de ceux qui gagnent le smic? Certes il y a quelques aides mais quand à deux on gagne 2700 euros qu’on doit payer 1700 de loyer et charges pour loger ses enfants qu’on ajoute 300 pour les deux voitures, les frais de garde pour la nounou 700, les vetements…. Ah stop il faut en garder pour manger quand meme… Comment faire?

  3. Ce ne sont pas les “baby boomers” qui occupent le pouvoir, mais de bourgeois de gauche nantis.
    En stigmatisant les vieux vous faites le jeu du pouvoir.
    N’oubliez pas que beaucoup de “vieux” aident financièrement leurs enfants.
    Stop aux caricatures

  4. Pas du tout d’accord, mais alors pas du tout, avec cet article, intellectuellement scandaleux.

    Tout d’abord, les mesures prises par le gouvernement ne sont pas prise par des boomers, mais par des “jeunes” (Macron 43 ans, Attal 32 ans, etc). Même si ces dirigeants peuvent être soumis à des injonctions externes occultes, ce n’est pas l’âge qui caractérise ces injonctions, mais la puissance financière et politique dont ils émanent.

    Ensuite parce que l’article instille l’idée que même si vous “aimez bien votre grand-mère”, il est juste qu’elle meure pour que vous viviez. Or le problème ne se pose pas du tout comme cela, la mort des vieux n’apportant pas de solution à cette crise (même si la mort des vieux est plus “normale” que la mort des jeunes). Il crée une division mortifère entre jeunes et vieux.

    Même l’idée que “les jeunes sont l’avenir du pays” est bébête et démagogique : un jeune n’est pas grand chose, s’il ne peut s’appuyer sur les vieux, pour savoir qui il est est où il peut aller.

    Décrire les boomers comme des pollueurs invétérés, alors que les jeunes ne le seraient pas, est une pure foutaise. De même que dire que les jeunes auraient payé un tribut supérieur à la gestion catastrophique de la crise. Que je sache, le confinement s’applique à tous, et les vieux souffrent autant que les jeunes de l’isolement : on lui en parle, à Pierre Robert, de tous ces vieux seuls plus ou moins piqués dans les EPAHDs ?

    L’idée de présenter l’acceptabilité croissante des thèse de Marine Le Pen comme une conséquence de la crise ne tient pas debout non plus. Telle qu’elle est présentée, c’est faire de Marine une alternative au Choléra, mais toujours la présenter comme une peste. Idée mainstream que rien ne vient démontrer.

    La seule solution de sortie de crise envisagée par Pierre Robert est une campagne “massive et rapide”. Encore une idée mainstream, cependant battue en brèche par de nombreux experts (cf concept d’échappée immunitaire), par les résultats inattendus dans les pays vaccinés, par l’examen de la mortalité effective de la maladie, et par le bon sens : pourquoi interdire les soins aux malades ?

    Enfin, l’idée de donner une récompense au moins de 35 ans (pourquoi pas 36 ?) est particulièrement absurde. Ils ne sont plus en CM2 et n’ont pas besoin de bons points, d’une part, et d’autre part le talent, la volonté de travailler et le sens de l’engagement sont les plus sûr moyens pour tout jeune ou moins jeune de trouver un travail, pas besoin d’incitations (payées avec l’argent public) pour cela.

    @philippeCarhon : je ne comprend absolument pas votre choix.

  5. Tant mieux si tout le monde en a marre et que chacun commence à se rendre compte qu’il n’a plus rien à perdre.
    On va peut être pouvoir sortir tous les malfaisants qui pourrissent ce pays depuis des lustres !

  6. Moi, j’attends effectivement avec impatience que mes congénères prennent conscience que nous sommes au bord du gouffre.
    Malheureusement, comme je le dis sur un autre fil de discussion, le fait d’avoir “encore” la messe (encadrée par des mesures sanitaires dont on rigolera peut-être un jour) ôte à beaucoup toute volonté de manifester ouvertement et fermement son opposition… ailleurs que dans les goûters en ville.
    Personne ne semble vouloir comprendre qu’au moindre foyer épidémique suspecté dans une église, ce sont toutes les églises qui fermeront.
    Il ne faut donc pas se battre pour sauver la messe dans sa paroisse mais pour vivre normalement, combat qui englobe tous les autres!

    • En prenant du recul, on s’aperçoit le combat est non seulement pour pouvoir vivre normalement, mais pour pouvoir éviter la dictature mondialiste souhaitée ouvertement par Attali, Rockefeller, le WEF, ID2020, etc. Au programme : passeport “sanitaire” pour nous tracer, revenu universel, suppression de l’argent liquide et faillite de l’économie pour nous rendre dépendants et imposer le “great reset” , c’est-à-dire une régime à la chinoise, avec décroissance voire dépopulation à marche forcée

  7. Il ne faudrait pas perdre de vue que les “vieux” de plus de 80 ans sont nés avant la guerre 39-45 et l’occupation et ont donc connu un “confinement” autrement plus sévère et durable que celui en cours. Ils n’en sont pas morts et n’ont jamais eu l’idée de se présenter comme des victimes!

    • Très bien vu car j’en suis. J’approuve aussi votre commentaire plus haut…C’est curieux moi aussi j’ai travaillé activement pendant presque 50 ans avant de me reconvertir dans des activités non lucratives telles que le chant grégorien (en paroisse ce qui n’est pas une mince affaire!). Ayant eu une carrière internationale, on m’a plusieurs fois demandé comment la France quasiment écrasée et passablement détruite en 1945 a pu se redresser aussi vite (les 30 glorieuses) malgré les problèmes politiques divers de la 4ème république; la seule réponse intelligente qui corresponde à la réalité que j’aie trouvée était: chacun s’est retroussé les manches et a travaillé comme un fou. Quant au “confinement” sévère de 4 ans auquel vous
      faites allusion et dont nous avons souffert dans notre jeunesse, il nous a obligés à sortir de nous mêmes pour n’en être pas victimes et ce “demerden sie sich” nous a accompagnés toute notre vie. Salut!

  8. Article complètement vain et stérile, bien dans la ligne du très macronien Institut Sapiens dont l’auteur est membre avec le chroniqueur économique du média mainstream LCI, chroniqueur dont j’ai oublié le nom. Pourquoi vain et stérile à mon sens ? Parce qu’il prétend stupidement distinguer les générations en fonction des souffrances et déboires qu’elles connaîtraient ou auraient connues, selon une idéologie victimaire. Un autre économiste du même acabit ne manque pas d’évoquer cette thématique de la « génération sacrifiée » (sic) : Jean-Hervé Lorenzi, un grand adepte de la pensée unique et du politiquement correct.

  9. Effectivement je ne suis nullement d’accord avec les élucubrations de ce monsieur, j’ai 75 ans mes parents étaient pauvres on avait juste de quoi manger à la maison. Quand on était jeune on attendait une seule chose ne plus être à la charge de nos parents et d’aller au travail le plus vite possible. Je ne prétends pas être un pollueur pour au moins deux raisons: on nous avait appris la propreté et à ne pas jeter les papiers par terre, or aujourd’hui où que vous alliez c’est sale à un point et la deuxième à 45 ans j’ai changé de travail pour divulguer l’agriculture biologique. Quant à la retraite je travaille encore je ne suis pas sûr qu’à mon âge ce Pierre Robert ait besoin de travailler parce qu’il fera partie des nantis. Enfin comme disait quelqu’un plus haut ce ne sont pas les babyboomers avec des semaines de 68 heures (cétait mon cas quand j’ai commencé à travailler) qui ont réduit les jeunes “en esclavage” mais bien les “saloperies” (il n’y a pas d’autres mots pour les désigner)au pouvoir qui nous ont mis dans cette situation pour instaurer le mondialisme et faire mourir le plus de gens possible tel que l’a prêché attali en 1981 dans l’avenir de la vie (entretien avec Michel Salomon collection Les visages de l’avenir editions Seghers) les personnes de 60 et 65 ans il faut les euthanasier parce qu’elles ne servent plus à rien( mais cette crevure ne se l’applique même pas à lui alors que ce type n’a jamais rien fait de sa vie et donc un véritable parasite de la société) et bill gates et autres soros qui veulent faire disparaître une foultitude de gens et ont mis en place des vaccins tueurs, alors chacun réfléchit à cela

  10. « Si le pays a été mis sous cloche, et vous avec, c’est pour freiner la circulation d’un virus »
    Tout faux. Il y a des traitements adaptés… qui ont été interdits. Le gouvernement a d’autres projets: détruire le pays, à tous les niveaux: familial, associatif, scolaire, économique, etc. Sous prétexte sanitaire.
    Quant à Le Pen… elle s’est pliée au politiquement correct depuis un moment: pro-vaccin, pro-islam, pro-mariage pour tous, pro-avortement…
    Pour redresser le pays, il ne faut pas compter sur elle.

    Seul JF Poisson propose un programme complètement cohérent avec la doctrine sociale de l’Eglise.

    Tout catholique qui se respecte devrait adhérer à VIA.

  11. S’il est vrai que les raisons officielles de ces assignations à résidence, pertes de liberté fondamentales, destruction de l’économie réelle, prises par ce “pouvoir” (soi dit en passant, un des plus jeunes connu par la France, …) l’ont été soi-disant pour sauver des “vieux”, premièrement ce n’est qu’un prétexte démagogique, secundo, on n’a pas demandé leur avis à ces derniers, …
    Remarquons qu’il y a beaucoup de plus de 65 ans qui refusent carrément le confinement, les masques etc …
    Et beaucoup de jeunes, qui eux sont très “dociles” , au delà du rationnel …
    Quant aux délateurs collabos, ils sont un peu partout. Mais les résistants aussi.

    • Exactement. Que l’on soit vieux ou jeune, on n’a rien demandé de tout cela.
      Ce sont des choix qui ont été faits à notre place et on ne nous a pas demandé notre avis.

  12. https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-la-situation-est-tres-grave-en-bretagne-explique-le-chef-du-service-de-reanimation-a-1618207343

    Citation :
    Contrairement à ce qu’on croît, ces patients graves ne sont pas seulement des personnes âgées venues d’autres régions : “On a eu des transferts sanitaires, mais il y a aussi des locaux et beaucoup de jeunes, des personnes entre 40 et 50 ans. Des patients _sans comorbidités_, si ce n’est un léger surpoids”.

  13. Ce monsieur se trompe et trompe les jeunes futurs électeurs : Marine Le Pen a été la première à demander une vaccination obligatoire pour tout le monde ! Bonjour les dégâts !

  14. Cela est très vrai. Et qu’on arrête de nous bassiner avec le fait que MLP serait incompétente (ce qui reste à prouver, contrairement à la pitoyable équipe macronesque, pour laquelle c’est tout vu). Je plains les jeunes générations, mais qu’ils se bougent pour enfin virer toute cette bande de malfaisants !

  15. Je suis d’accord avec cet article en de nombreux points seulement je n’aime pas cette façon d’opposer les vieux et les jeunes. Je fais partie des boomers mais je n’ai jamais voulu ce confinement.
    Même si matériellement, je suis privilégiée par rapport à certains, je subis ce confinement qui m’exaspère.

    Je suis boomer, mais je n’ai jamais rien demandé de tout cela. Ce sont des choix qui ont été faits à notre place et ne sont pas les nôtres. Je n’ai jamais désiré que les jeunes se sacrifient pour moi.

  16. La génération issue de l’après-guerre a sacrifié ses enfants
    Il est clair que cette pandémie exacerbe les différences et les tensions.
    La génération de l’après-guerre dont les rangs s’éclaircissent à vue d’œil, est une génération bénie des dieux. Beaucoup n’ont pas vécu la guerre ou l’ont vu de très loin, dans la jeunesse de leur âge, et gardent, malgré cette période trouble, de très bon souvenir de leur jeunesse. Cette génération et leurs parents ont inauguré la retraite qui n’existait pas encore. Elle a eu la chance de connaitre le plein emploi, de pouvoir rentrer par la petite porte des grandes entreprises et d’en sortir par la grande, en y faisant toute sa carrière. Elle a connu la liberté sexuelle sans entraves grâce à l’invention de la pilule et la médicalisation de l’avortement. Elle a créé la consommation de masse en nous inondant de plastiques.
    Cette course effrénée pour le choix de la consommation de masse s’est faite à crédit. Un crédit qui repose sur les épaules des générations suivantes, aussi bien en termes financiers qu’en empreinte sur la nature.
    La génération suivante récolte les fruits de ces coups de gouvernails successifs qui nous mènent à ce que nous connaissons aujourd’hui.
    De nos jours, Il est très rare de pouvoir effectuer sa carrière dans la même entreprise, à moins de rentrer dans le fonctionnariat. Même diplômés, vous n’êtes pas à l’abri de périodes de chômage, le plein emploi est devenu un doux rêve.
    Le sida a mis un coup d’arrêt au papillonnage libertaire. Les familles ont explosées. Nos enfants côtoient, dans nos écoles catholiques, presque plus d’enfants issus de familles décomposées et recomposées que de familles « tout court ».
    La consommation de masse a tué la spiritualité en nous rendant artificiellement plus vivant par l’achat et l’accumulation. Nos églises sont maintenant vides.
    L’éthique a remplacé la morale chrétienne, le bon père de famille s’efface du code civil, nos élites et gouvernants sont maintenant devenus des carriéristes de la politique. Et maintenant nous marchons sur la tête. Nous bloquons le pays tout entier pour un taux de mortalité dérisoire de la tranche d’âge de 0 à 45 ans :(il y a de très fortes chances qu’il y ait plus de mort par suicide que du Covid).
    (Je précise que j’aime mes parents et mes aïeux, qu il s’agit d’un point de vue et je ne suis pas détenteur de la Vérité).
    Le bonjour à ceux qui nous lisent.

  17. ce qu’ils ne supportent pas c’est que des gens soient heureux !
    à la Réunion, le volcan s’est réveillé vendredi, des gens sont bien sur allé voir le spectacle, ,des jeunes ont monté leur tente pour voir les jets et coulées de lave de nuit car la pluie tombe le matin et les nuages l’après midi.
    eh bien savez vous que dès le lendemain le préfet a interdit les bivouacs !
    les tentes ne sont admises que place de la république si elles sont montées par des migrants !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]