Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Dessins de Mahomet : revenir à la réalité des faits

Le débat sur les représentations de Mahomet semble de plus en plus déconnecté de la réalité des faits, ce qui conduit à une confusion dans les esprits et les réactions. Pour preuve, le Département d’Etat américain accusant les dessins d’ "inciter à la haine religieuse" ou l’appel du cardinal Barbarin à ne pas "blesser" les musulmans.

1) La publication des dessins par le quotidien danois Jyllands-Posten n’était pas une provocation gratuite, destinée à heurter les musulmans. Elle répondait à une situation choquante : l’auteur pour enfants Kare Bluitgen avait écrit un livre sur Mahomet, dans un style sûrement gentillet si l’on en juge par ses ouvrages précédents. Trois dessinateurs avaient refusé d’illustrer ce livre, par peur de réactions violentes de musulmans, et Bluitgen s’en était ému.

2) Le Jyllands-Posten a alors demandé à 40 dessinateurs danois s’ils acceptaient de publier un dessin de Mahomet, afin de contrer cette auto-censure motivée par la peur. 12 ont répondu – plusieurs soumettant d’ailleurs un dessin attaquant le journal, Bluitgen ou la droite danoise.

3) Certains des dessins représentent Mahomet dans une scène pastorale, d’autres le lient à l’oppression des femmes ou au terrorisme – aucun n’est scabreux, obscène ou ordurier. La fureur islamique n’est cependant pas dirigée contre les seuls dessins critiques, mais contre tous : ce qui choque, ce n’est pas que Mahomet soit attaqué, mais qu’il soit simplement représenté. L’enjeu est d’imposer à l’ensemble des Européens, par la violence ou la menace de la violence, l’interdit islamique sur la représentation de Mahomet.

Discuter de savoir s’il faut éviter de blesser gratuitement les croyants de religions fausses est donc hors-sujet – car, oui, par charité il le faut : ce blog ne serait pas choqué par exemple qu’une régie publicitaire refuse d’afficher des représentations de Mahomet qui auraient un caractère ordurier. Le sujet, c’est de savoir si les non-musulmans européens doivent s’appliquer en Europe des interdits coraniques.

Le conservateur américain William Buckley a la bonne grille de lecture :

Ce que nous avons vu est une intimation de la force d’une communauté musulmane mobilisée. Et il est encore tôt, dans la grande histoire de la montée de la puissance musulmane en Europe […]. Certains Européens […] sont en droit de se demander si dans cinq, dix ans […] des fantaisies telles que celles du Jyllands-Posten seront encore tolérées.

Henri Védas

Partager cet article

2 commentaires

  1. Ces dernières heures la situation est devenue de plus en plus confuse à cause des diverses interventions que vous citez ci-dessus. Certaines m’ont profondément étonnée dont celle de l’administration américaine d’une part, et celle de Mgr Barbarin d’autre part. Je crois que l’on peut expliquer la tendance « politiquement correcte » que l’on perçoit ici où là par le désir de protéger les intérêtes financiers des pays occidentaux (dont le pétrole !)et la paix civile ; quant à la tendance « charitable » on peut l’expliquer par la volonté de protéger les chrétiens qui vivent dans les pays musulmans et – c’est moins glorieux – par un certain « esprit de corps ». Dans les 2 cas, je perçois une forte pente vers la dhimmitude. J’espère me tromper.
    En tout cas, merci pour votre explication très claire qui recadre parfaitement le débat.

  2. Une poetite précision pour mieux comprendre le commentaire d’Agnès
    http://mypage.bluewin.ch/ameland/ArticleF1.html

Publier une réponse