Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Des parents demandent comment faire un procès à l’échographe parce qu’il n’a pas vu qu’il manquait une main à leur enfant

Des parents demandent comment faire un procès à l’échographe parce qu’il n’a pas vu qu’il manquait une main à leur enfant

Gregory Cuilleron, à qui il manque un avant bras, publie un livre sur le handicap. Il a été interrogé sur France Info :

Gregory Cuilleron, vous publiez La vie à pleines mains chez Albin Michel. Vous êtes chef cuisinier français, vous avez été découvert par le grand public à travers le petit écran dans deux émissions sur M6, Un dîner presque parfait et Top Chef. Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce livre ?

L’idée, c’est d’aborder des thématiques inhérentes au handicap. C’est parti de ma propre expérience. L’idée m’est venue à la suite d’un échange sur les réseaux sociaux entre enfants agénésiques, c’est-à-dire des enfants à qui, comme moi, il manque un bout de bras et des parents d’enfants agénésiques.  Quelque chose m’a beaucoup énervé : des parents qui demandaient comment faire pour faire un procès à l’échographe parce qu’il n’avait pas vu qu’il manquait une main à leur gamin. En soi, je comprends le deuil de l’enfant parfait. Mais ça m’a gonflé, parce que, techniquement, il n’y a pas eu d’erreur médicale. Il n’a juste pas vu. Mais on estime qu’il y a un dommage parce que, “Mon chéri, tu comprends, si tu n’as qu’une main, tu n’es quand même pas ultra viable !” Passé l’énervement, je me suis dit, il va falloir faire preuve de pédagogie. Le handicap, c’est normal que ça fasse peur. Parce qu’on a peur de ce qui est différent. Il est normal d’être triste quand on a un enfant handicapé. Mais après, on arrête, on rebondit, on avance ! Et on verra que le gamin pourra tout faire dans sa vie, tout simplement. […]

 

Partager cet article

3 commentaires

  1. Ce n’est pas une attitude très chrétienne, mais je ne peux m’empêcher de me dire que certains adultes ne devraient pas faire d’enfant…

    Admettons que le médecin ait vu la malformation et leur en ait fait part… Quelle aurait été la suite ? Si les parents envisagent aujourd’hui d’intenter un procès, sur quelle base comptent-il le faire ? Le fait d’avoir à l’époque fait le choix d’un avortement, et que dès lors ce choix leur a été retiré ? Le fait de demander des dommages en vue d’indemniser un choc moral au moment de la naissance ?!!! Où autre chose encore ?

    Bref, je me demande si ce n’est pas l’enfant en question qui devrait faire un procès à ses parents…

  2. Je suis d’accord avec ce que dit Pierrot, parce qu’en filigrane, ce sont bien les questions de l’eugénisme et de l’avortement qui sont en jeu.

  3. En fait, cette famille demande un coup de main, si j’ose dire !…
    🙌 🙌 🙌

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]