Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme / Pays : Israël

Des Israéliens francophones défendent Pie XII

Partager cet article

7 commentaires

  1. Il n’y a que l’ignorance et la mauvaise foi qui feraient dire que Pie XII s’est tu face à Hitler.

  2. Merci pour l’article, je l’ai relayé sur Agoravox et vais faire de même sur lepost.fr afin qu’un maximum de personne sachent la vérité sur Pie XII.
    Bien à vous

  3. N’oublions pas quand même la
    LETTRE OUVERTE AUX EVÊQUES DE FRANCE SIGNATAIRES DE LA DECLARATION DE REPENTANCE ENVERS LES JUIFS du même auteur.
    (ici : http://www.terredisrael.com/wordpress/?p=5211 )
    Citations (voir aussi la discussion qui suit sur le site):
    “votre propos ne change en rien la sauvegarde d’une doctrine qui fonde sa légitimité sur l’éloignement, la disparition ou la mort d’Israël es qualité de Peuple Elu…
    Du point de vue de la cohérence théologique votre relation avec les Juifs reste marquée d’une inexorable fatalité dans la mesure où remplaçant l’espérance juive par la Croix, vous ne pouvez éviter de condamner « l’aveuglement de la synagogue »…
    Des Chrétiens… tendirent, au nom de l’Evangile, une main fraternelle aux Juifs dans l’épreuve. Ils confondirent peut être la voix de leur conscience avec celle du Ciel…
    Encourager et défendre le sionisme, rédempteur de la condition juive, démontrerait, par exemple, que le retour d’Israël dans l’histoire n’est pas incompatible avec votre Foi.. ”
    Bref, pour cet intellectuel juif les chrétiens doivent renoncer à l’essentiel de leur doctrine et du message évangélique en réparation de la Shoa.
    Et le pire c’est que ses propos sont une conséquence directe de la déclaration de repentance des évêques français de 1997 puisqu’il en reprend les termes mêmes. Qu’un juif, apparemment aussi modéré et objectif sur Pie XII, puisse l’utiliser ainsi démontre à quel point point elle était mal venue ou mal rédigée.

  4. @ JCM
    Vous écrivez :
    “Bref, pour cet intellectuel juif les chrétiens doivent renoncer à l’essentiel de leur doctrine et du message évangélique en réparation de la Shoa”.
    Il ne demande pas aux chrétiens de renoncer à “l’essentiel de leur doctrine et du message évangélique” qui ne se limite pas à la considération du judaïsme par le christianisme. Sa vision du christianisme sur le sujet est d’ailleurs partielle et incomplète, éloignée de ce que précise Vatican II à la suite de Saint-Paul.
    “Encourager et défendre le sionisme, rédempteur de la condition juive” : si cette question n’est pas du ressort de l’Eglise Catholique (pas plus que les déclarations de Nostra Aetate sur l’Islam), puisque l’Eglise n’a pas à décider à la place des Juifs de ce qu’ils veulent faire,
    en revanche “que démontrerait, par exemple, que le retour d’Israël dans l’histoire n’est pas incompatible avec votre Foi…”, je ne vois pas en quoi cet événement est incompatible avec la foi catholique qui fait la promotion de la “Jérusalem céleste”. Il s’agit d’une décision humaine, temporelle : d’ailleurs, nombre d’Israéliens sont athées.
    Je vois quand même là un honnête homme

  5. Je n’ai mis qu’une rapide selection de citations.
    Il parle bien “d’extirper à sa source le démon de la haine des Juifs” qui nécessite, selon lui d’un “grand nettoyage théologique, pourtant, origine souveraine du contentieux”.
    Puis il joue sur une soit-disant opposition episcopat locaux – magistere de Rome :
    ” Somme toute, votre repentance engage bien plus votre condition de Chrétiens… qu’elle ne présume de la position officielle de l’Eglise romaine” et
    ” Or, loin de s’engager à vos côtés dans la recherche et l’éradication des causes de l’antisémitisme le saint-siège choisit une voie qui renforce les aspects de l’Eglise que vous réprouvez.”
    Ceci-dit j’ai bien dit que c’est un honnête homme, qu’en est-il de l’interpretation du texte des évêques par un moins honnête ?

  6. Historiquement, l’antisémitisme fut beaucoup plus marqué chez les évêques de France qu’au Vatican, avec par exemple le contresens de “juifs perfides” au lieu de “juifs en dehors de la foi” (chrétienne). Mais c’était il y a des siècles !
    L’épiscopat français n’a jamais été doué pour les traductions du latin : il suffit de voir celle actuelle du Pater Noster.
    À mon avis, il ignore le sujet dont il parle, faisant passer des querelles Vaticano/israéliennes avant le magistère, et se fiant un peu trop aux actualités de la presse française : Vatican II est très clair sur le sujet, même si le Concile de Trente disait déjà la position de l’Eglise, contre l’antisémitisme de Luther.
    Comme quoi, le dialogue judéo-chrétien, s’il peut permettre d’éclaircir certaines positions, n’est pas inutile !

  7. @ JCM
    Vous écrivez : “Qu’un juif, apparemment aussi modéré et objectif sur Pie XII, puisse l’utiliser ainsi démontre à quel point point elle était mal venue ou mal rédigée.”
    Oui, effectivement.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services