Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Des Français partis combattre en Syrie et rentrés sur le territoire ont été relaxés

Des Français partis combattre en Syrie et rentrés sur le territoire ont été relaxés

Délirant :

Ces derniers mois, dans trois dossiers différents, des Français partis combattre en Syrie et rentrés sur le territoire ont été relaxés du chef d’AMT [association de malfaiteurs terroristes], au motif qu’ils n’avaient pas rejoint l’Etat islamique mais deux autres groupes que ni l’ONU ni l’Union européenne ne classent comme terroristes : les Faucons du Sham et Arhar al-Sham, notamment car cette dernière a récemment changé d’alliances et collaboré avec les services américains.

“En droit, nous considérons qu’il y a un certain nombre de critères qui font qu’une organisation est terroriste non pas parce qu’elle est inscrite sur une liste, mais parce que les actes matériels établis en procédure permettent de dire que cette organisation s’est livrée à des actes d’intimidation et de terreur, ce qui est la définition du terrorisme”, estime pourtant Naïma Rudloff, cheffe du département de lutte anti-terroriste au Parquet général de Paris. Anne-Clémentine Larroque, maître de conférence en questions internationales à Sciences Po, abonde, qualifiant Arhar al-Sham d'”organisation salafo-djihadiste”. Fondée en 2011, celle-ci a participé à des opérations conjointes avec Jabhat al-Nosra – affilié à Al-Qaïda jusqu’en 2016-, ainsi qu’aux côtés de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ancêtre de l’EI, jusqu’en 2014. “C’est une organisation combattante et armée qui n’est pas placée sous l’égide d’un État”, mais se livre à des “arrestations arbitraires” et “des prises d’otages”, pointe la chercheuse.

Pour ces raisons, les trois dossiers qui se sont soldés par des relaxes, au moins partielles, seront rejugés en appel, le parquet estimant que la justice doit reconsidérer sa position. “Nous établissons qu’Ahrar al-Sham, à une période de son activité, s’est livrée à des opérations de soutien à des organisations terroristes”, martèle Naïma Rudloff. “Elle a un département religieux, elle a une brigade de suicidaires, c’est-à-dire des candidats aux attentats, elle a un service de renseignement, un service de recrutement, un service de cyberattaques…”, liste la magistrate spécialisée. “Son but n’est pas de libérer le peuple syrien, mais d’instaurer l’État islamique en Syrie, au Liban, en Palestine et en Jordanie.” […]

Une autre décision, concernant elle des individus n’ayant pas quitté le territoire français, est passée totalement inaperçue pour le grand public, mais pas du monde judiciaire. Elle a été rendue à l’issue du très médiatique procès d’Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah. Son co-accusé, Fettah Malki, qui a reconnu avoir vendu des armes et un gilet pare-balles au tueur de Toulouse et de Montauban, a vu sa peine réduite en appel : d’une condamnation à 14 ans de prison pour “AMT”, il est passé à une condamnation à dix ans, pour simple association de malfaiteurs. “Les débats n’ont pas établi que Fettah Malki avait pu avoir connaissance des projets terroristes de Mohamed Merah”, ont estimé les juges de la Cour d’Assises spécialement composée, qui n’ont condamné l’accusé que pour trafic d’armes en état de récidive.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Ben oui, si on reconnait l’organisation comme terroriste, il faudrait inculper le gouvernement français et les juges pour complicité et apologie du terrorisme…

  2. S’ils commettent des attentats les familles des victimes pourront porter plainte contre juges et responsables politiques qui deviendront ipso facto des criminels complices

  3. preuve qu’il faut qu’ils soient jugés sur place, les juges français les relaxent, ils peuvent continuer le combat ici! après s’être refait une santé

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique