Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / Valeurs chrétiennes : Education

Des enseignants refusent un spectacle de Noël vulgaire

GLa ville de Guéret voulait offrir un spectacle de Noël à ses écoliers. Mais les élèves n'iront pas. Intitulée La Petite fille hamster qui rêvait d'être une girafe, cette pièce de théâtre jeune public écrite, mise en scène et programmée par Filip Forgeau à La Fabrique, à Guéret, a été jugée inadaptée pour des élèves d'école élémentaire. Raison invoquée : « Le texte comprend trop de gros mots ». Morceaux choisis

« Dans ma tête, il y a une petite girafe qui aurait préféré être un garçon. Un petit girafon. Avec un zizi et des couilles… Et le petit girafon se les gèlerait sur la banquise en se demandant ce qu’il fout là (…) Elles vont me recouvrir, les neiges du Kilimandjaro ? C’est trop con, c’est trop con ».

Un enseignant explique aux débiles qui ont pondu ce texte :

« Il y a plus de gros mots dans ce texte que de trous dans un emmental. Alors c'est sûr, les enfants connaissent des gros mots, en disent mais notre devoir c'est quand même de les protéger de la vulgarité ».

Au-delà de la vulgarité, c'est un texte reprenant l'idéologie du genre : La petite fille hamster traite de la différence, de l'identité sexuelle, de l'exclusion, du chômage, de la concupiscence, de la schizophrénie …

Bravo aux enseignants.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

11 commentaires

  1. Curieux toutes ces associations (subventionnées ?) qui gravitent autour des enfants… noyautées par des militants libertaires et libertariens (anarchistes et /ou de gauche), néo marxisants reconvertis à l’idéologie du genre (qui n’existe pas).
    Une manière d’approcher les enfants comme le loup déguisé en grand mère voulait donner le change au petit chaperon rouge.
    Cette volonté d’emprise est extrêmement suspecte. Contrôler les esprits en vue d’une emprise sur les corps ?

  2. C’est qui le maire de cette ville. Il a des enfants ? Des petits enfants? Ou se plaît il a diffuser la mentalité sexuelle des hierarques socialistes et autres libertaires?

  3. Ces pauvres types sont aussi obsédés que des possédés.

  4. Bon!
    D’abord un coup de chapeau à ces enseignants, comme quoi il ne faut pas désespérer du corps enseignant!
    Ensuite il me semble urgent de se préparer à une mobilisation pour les défendre car voir des enseignants s’opposer à la diffusion d’inepties associées à la propagation de l’idéologie du genre, cela ne devrait pas du tout être apprécié par l’inspection académique!!!

  5. les c….qui ont pondu ce genre d’inepties relèvent de l’asile psychiatrique avec camisole si possible. Ce n’est pas possible d’avoir des cerveaux aussi malades

  6. Finalement, heureusement que c’est bourré de gros mots, combattre la vulgarité est une excuse qui peut être défendue dans le « politiquement correct » alors que la protection des enfants contre la doctrine et l’embrigadement Idéologique aurait eu plus de mal à passer et les enseignants ( si toutefois ils avaient repéré et voulu agir contre cela) seraient passés pour des facho réactionnaires refusant l’escalade «  valeurs de la ripoublique »

  7. Et puis, ensuite lorsque l’enfant est devenue une petite jeune fille de 14 ans, on la détourne du droit chemin et un “enseignant” détruit sa future vie de femme en disant :
    – ce n’est pas de ma responsabilité, c’est elle qui m’a séduite…
    On nous prend pour des “billes”, n’Est-ce-pas?!
    On commence par l’école maternelle maintenant et ensuite on accélère à mesure que l’on passe au cycle supérieur.
    Je me souviens lorsque mon époux était de ce monde, en classe de SVT et en tant que technicien, il recherchait du matériel pédagogique dans différentes directions pour avertir les ados ; à propos de la consommation d’alcool, des manipulations affectives et des attouchements des adultes prédateurs, etc. Il avait trouvé des supports venant du Québec et ils en discutaient avec ma sœur ; du fait que ma sœur était professeur des Ecoles et évidemment, s’intéressait aussi à tout ce qui pouvait éveiller et aider les enfants qu’elle avait sous sa responsabilité.
    Mais, c’était avant l’an 2000 et je me rends bien compte, avec le temps et le recul que c’est déjà loin tout çà.
    La situation générale et la dégénérescence spirituelle s’est vraiment dégradée et de plus en plus vite ; c’est alarmant.
    En tous cas, là les enseignants de cette ville, ont aussi été à la hauteur.
    Bravo!
    C’est bien de le souligner car ce n’est pas facile de travailler, en respectant sa conscience et la dignité des enfants, dans le cadre de l’EN… surtout pour les enseignants et les personnes qui ont une réelle vocation et ne veulent pas se plier aux directives de la hiérarchie.
    Ma sœur me disait qu’elle ne les lisait jamais les circulaires… et je vous assure que ses élèves savaient lire et écrire et que les parents étaient satisfaits et se souvenaient d’elle dans le temps.
    J’ai bien observé tout çà et maintenant je témoigne du fait que je suis sortie de l’enfer des banlieues et autres lieux de relégation où l’on voulait m’y maintenir parce que je n’étais pas “productive” et veuve, donc. pensaient-ils sans défense… Erreur! erreur! Je suis vivante, hors de danger immédiat et je témoigne en pleine conscience.
    Je n’y suis pas née dans ces banlieues et je n’avais rien à y faire, sauf peut-être voir et entendre pour ensuite plus tard… une fois sortie de ce lieu d’enfermement rendre compte, en esprit et en vérité, de tout ce dont j’ai été témoin.
    Haut les cœurs! Nous vaincrons avec l’aide du Bon Dieu, il ne faut jamais en douter… car je l’affirme : j’en suis une preuve vivante et consciente. Tant pis pour ces gens qui nous méprisent et veulent faire de nous des esclaves consentants.
    Je n’ai qu’un Seul Maître, Notre Seigneur Jésus-Christ.
    Il ne faut pas avoir peur… il suffit de savoir tenir dans le temps : l’Espérance. Et concrètement : la prière, le silence, et la méditation. C’est vrai aussi que je pratique une technique de méditation depuis plusieurs décennies et que cela m’a bien aidé dans ma vie sur le plan physiologique et aussi du mental… Mais, l’Essentiel c’est de ne jamais perdre de vue Le Bon Dieu, Notre Seigneur Jésus et l’Esprit Saint qui est le meilleur des guides dans les difficultés.
    – “Un cœur qui écoute…”

  8. L’article mentionne “toutes les écoles de Guéret” et “les professeurs des différentes écoles de la ville” ; les écoles publiques sont donc implicitement partie prenante ; voilà une réaction d’enseignants du public qui est encourageante.

  9. Ce refus m’étonne, les enseignants ont tellement si souvent dit AMEN à ce qu’il fallait refuser d’enseigner. Pour une fois je les félicite en les applaudissant debout !

  10. Cette courageuse et saine réaction est peut-être annonciatrice d’autres réactions ? Bravo à ces enseignants qui ont su agir avec bon sens !
    J’ai discuté une fois avec des intermittents du spectacle, ils sont pour beaucoup d’entre eux dans leurs têtes des gens navigant complètement dans le brouillard, tous feux éteints, sans homme de barre bien sûr… et absolument incapables de voir le moindre mal dans leur attitude ou leur mentalité

  11. Une question me vient immédiatement à l’esprit après sa lecture : à quel niveau de QI sont ceux qui ont pondu ce texte pauvre en vocabulaire et ponctué à chaque phrase de gros mots, qui plus est ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services