Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Des écoles hors contrat que dans les beaux quartiers ? Faux

Le blog de la Liberté scolaire bât en brèche les idées de ceux qui croient que les écoles indépendantes ne se créent que dans les beaux quartiers, en donnant la parole à Sourour Pivion, jeune femme d’origine maghrébine, qui a créé des écoles en Seine-Saint-Denis :

« La décision de créer une école Montessori faisait partie de mon projet de vie. L’ensemble de mon activité a été tourné constamment vers ce but. Les divers emplois que j’ai occupés avant d’entrer dans la vie éducative n’étaient que des moyens afin de pouvoir obtenir l’argent nécessaire pour passer mes diplômes, d’abord celui d’institutrice, puis mes diplômes internationaux d’éducatrice Montessori à l’issue d’un parcours d’études à Perugia en Italie auprès de Maria Antonietta Paolini, élève de Maria Montessori. Quand j’ai travaillé en milieu Montessori, j’ai commencé à ramasser dans les rues, les caves, tous les rebuts qui pouvaient s’intégrer demain dans un projet d’école. C’est en 1998 que l’opportunité de faire aboutir mon projet d’école s’est présentée. Dans une cité populaire de la ville de Romainville, les locaux professionnels de rez-de-chaussée d’HLM ne trouvaient pas preneur. C’est là que j’ai ouvert ma première école

Sourour Pivion a créé, après sa première école ouverte à Romainville en 1999, une seconde école au Pré Saint-Gervais en 2001 puis une troisième à Montreuil en 2007. Depuis 2008, elle enseigne à l’IRTS (Institut régional de travail social) à Neuilly-sur-Marne, au sein du département des sciences de l’éducation. Elle a aussi créé un cabinet d’audit et de formation pédagogique en 2008, Primascola, qui accompagne professionnellement des porteurs de projet d’école Montessori en France et à l’étranger, notamment au Maghreb. Elle a accompagné ainsi des créations de structures Montessori en Martinique et en Guadeloupe. Dans le cadre de la structure Kenzi, elle travaille au développement dela pédagogie Montessori dans le monde arabe.

Partager cet article

3 commentaires

  1. De toutes façons si on veut vraiment des écoles hors contrats pour toutes les populations, il suffit ce qui ne coute rien à l’état et lui en fera gagner, de légaliser le chèque éducation.

  2. “Il suffit…” Cela ne suffit peut-être pas. Parce que si l’on se contente de légaliser le chèque éducation, dans certains quartiers c’est surtout des écoles coraniques qu’il va financer.

  3. Les écoles coraniques ne m’ennuient pas si on a vdraiment le choix de son école.
    De ces écoles sortiront des petits abrutis par la récitation du coran. Tant pis pour eux. Nos enfants au moins seront bien instruits.
    Puisque tout le monde aura le choix, ce sera vraiment la liberté et si certains préfèrent que leurs enfants soient des petits abrutis, on n’aura pas à le déplorer, à nous sentir coupables et à leur payer des cours de soutien et tutti quanti comme maintenant.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services