Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Angleterre

Des demandeurs d’asile se seraient convertis au christianisme afin d’éviter d’être expulsés

Des demandeurs d’asile se seraient convertis au christianisme afin d’éviter d’être expulsés

Un chauffeur de taxi héroïque a sauvé de nombreuses vies après avoir enfermé un terroriste à l’intérieur de son taxi quelques instants avant que le véhicule n’explose à l’extérieur d’un hôpital, le Liverpool Women’s Hospital. Le passager, qui avait demandé à se rendre à la cérémonie du souvenir organisée à la cathédrale anglicane de Liverpool, à moins d’un kilomètre de là, où 1 200 militaires, anciens combattants et familles de soldats morts au combat s’étaient rassemblés, a été la seule personne tuée.

Ce terroriste était demandeur d’asile syrien, converti au christianisme. Enzo Almeni, 32 ans, aurait souffert de problèmes de santé mentale et a été interné vers 2014 après avoir été arrêté pour avoir brandi un couteau dans le centre de Liverpool.

Il était soutenu par des bénévoles chrétiens d’un réseau qui aident les demandeurs d’asile. Le nom de naissance d’Almeni est Emad Jamil Al-Swealmeen et il aurait passé une grande partie de sa vie en Irak, d’où sa mère était originaire. Enzo Almeni s’est converti au christianisme dans la cathédrale anglicane de Liverpool en mars 2017, l’endroit même où il a demandé à M. Perry de le conduire, et que l’on soupçonne d’être sa cible initiale. Mais la circulation et les fermetures de routes ont fait qu’Almeni n’a pas pu se rendre à la cathédrale.

Quatre hommes âgés de 20, 21, 26 et 29 ans ont été interpellés dans le cadre de cette enquête.

L’Église anglicane d’Angleterre a fait l’objet de critiques, y compris de la part du ministère de l’Intérieur, à la suite d’informations selon lesquelles des demandeurs d’asile se seraient convertis au christianisme afin d’éviter d’être expulsés. Le ministère de l’Intérieur estime que la conversion est une “pratique courante” parmi ceux qui tentent de contourner et d’exploiter les règles de l’asile. Faire partie de la communauté chrétienne permet à un demandeur d’asile de se dire persécuté s’il devait retourner dans son pays d’origine. Sam Ashworth-Hayes, directeur d’études à la Henry Jackson Society, basée à Londres, a ajouté :

“Nous savons que les gens sont prêts à mentir pour obtenir l’asile, jusqu’à simuler des conversions religieuses. (…) Alors que le ministère de l’Intérieur doit débusquer les faux convertis qui demandent l’asile, l’Église d’Angleterre a fait preuve d’une naïveté désespérante en acceptant tant de convertis issus de l’immigration et en leur offrant si facilement un soutien dans leurs demandes d’asile.”

Partager cet article

4 commentaires

  1. Crier, lors d’un acte terroriste, “Allah akbar” = être déséquilibré.
    Se dire “Chrétien” = éviter une expulsion. Et pourtant ce sont bien les chrétiens qui ont le plus de difficulté à obtenir un asile politique quand ils sont persécutés dans leur propre pays.

  2. Quelle tristesse, ce type est un traitre de la pire espèce…. Prions pour des vrais conversions!

  3. « Il était soutenu par des bénévoles chrétiens d’un réseau qui aident les demandeurs d’asile ». Bénévole, bénévole ! Pas si bénévole que cela. Certains ‘aidants’ sont des salariés de l’Eglise ou d’ONG. Ces ‘bonnes’ gens, citoyens du monde, ‘humanistes’ déboussolés ne savent pas encore qu’ils font partie des ‘collabos’, situation fréquente et confortable avec le badge ‘charité’ ou ‘emploi charitable’ ancré dans la tête pour aider à l’invasion civilisationnelle. Qui paie ces bonnes âmes ? Il nous faut flécher le denier du culte ou donner en espèces en se moquant du reçu fiscal.

Publier une réponse