Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Derrière l’avortement, l’hypocrisie

Dans un article ignoble, Le Monde fait l’apologie de l’avortement "à domicile", par médicament. Derrière l’hypocrisie de l’article, on s’aperçoit que le drame est bien présent. Et qu’outre l’enfant, les femmes sont aussi victimes de l’avortement :

"Elle n’avait pas envie, dit-elle, que "tout le monde le sache". Elle appréhendait le moment où il lui faudrait téléphoner à l’hôpital, affronter le secrétariat, raconter son histoire à un médecin, une infirmière, une aide-soignante."

Après la prise du médicament qui va expulser l’embryon :

"Heureusement, mon compagnon était avec moi. On était tristes, un peu angoissés, mais on était tranquilles. J’étais rassurée de le savoir là. […] Là, en avortant à la maison, j’avais plus d’appréhension. J’avais peur qu’il y ait des complications, et surtout, j’avais peur de discerner l’oeuf. J’ai déjà eu un bébé et ça m’aurait vraiment fait un coup."

Il y a tout de même des consultations, avant et après l’avortement :

"Mais ces consultations sont souvent longues, car je [le médecin] prends le temps de parler avec la patiente. Il faut qu’elle ait eu le temps de réfléchir, qu’elle soit prête à arrêter sa grossesse, qu’elle n’ait pas trop de regrets. Pendant la prise du comprimé, j’ai toujours des mouchoirs à portée de main, car beaucoup de femmes pleurent. C’est souvent une étape difficile."

Pendant ces consultations, le docteur Chadrin s’attarde toujours longuement sur le moment le plus difficile à vivre de ce long processus : l’expulsion de l’oeuf. […] "Je leur dis toujours qu’il vaut mieux que quelqu’un soit à leurs côtés : le compagnon, une amie, une parente. Je leur dis aussi de prendre des antidouleur, car on n’expulse pas mieux en souffrant. Et je les rassure : un avortement, c’est toujours dur psychiquement, mais ça n’a jamais empêché une femme d’avoir plus tard un bébé."

De fait : si avorter c’est provoquer un traumatisme chez la mère, c’est qu’il sagit vraiment de tuer un être humain sans défense. Sinon, pourquoi serait-ce si dur "psychiquement" ?

Michel Janva

Partager cet article

11 commentaires

  1. Mais c’est ignoble!
    Il faut être tombé vraiment bien bas pour accepter de telles ignomités.

  2. moi ce que j’aime c’est les médecins qui réconfortent! pauvres femmes…

  3. Le massacre de 250.000 bébés par an dans ce pays est un Crime contre l’Humanité, qui a ses théoriciens et ses propagandistes;
    Mais il faut bien voir que l’avortement produit souvent 2 victimes : L’enfant réduit en bouillie et jeté ensuite avec les déchets et sa mére, conduite à un acte aussi desespéré par la dureté de coeur des hommes.
    Le primate qui bat à mort un petit singe afin que sa mére soit plus vite en chaleur est moins coupable que nous, qui pouvons juger du bien et du mal.
    Notre société, au fur et à mesure qu’elle se détache du Christ, se refonde à nouveaux sur les sacrifices humains, comme les sociétés primitives.
    Et, bien sur, elle massacre les plus faibles, dans un silence complice.

  4. Bien vu, M. Janva, continuez et attirez de grâce des lecteurs non préalablement convaincus !

  5. L’avortement spontané est déjà une souffrance pour une mère.L’avortement provoqué est encore plus douloureux et laisse des blessures durables dans l’inconscient autant que dans la conscience;Cette souffrance a droit à notre compassion comme toutes les souffrances.Ne jugeons pas trop vite, mais faisons ce que nous pouvons pour secourir ceux et celles qui se débattent dans des “galères pas possibles”.Le recours à l’Ivg n’est jamais la “bonne solution”.Le combat pour la Vie se fait dans tous les domaines et tous les jours.Ne soyons pas “procureurs” de jugements , mais “procurateurs d’information et d’aide.

  6. A Rédigé par: | Sep 8, 2006 8:55:15 PM
    Je souscris complètement à votre proposition, qui est la voix et la voie du bon sens et de la charité bien appréhendée.
    J’essaie de développer cette approche, ce qui n’a rien d’évident, sur mon blog http://francelatine.over-blog.com

  7. La femme qui avorte est le plus souvent une pauvre victime, qui mérite notre compassion.
    Par contre luttons contre les avorteurs, assassins immondes qui tuent des victimes innocentes et incapables de se défendre.
    Ne soyons pas comme eux, n’employons jamais la violence.
    Vous savez tous quelle est la meilleure arme.
    Alors prions.

  8. Abomination des abominations qu’un “médecin” puisse tenir un langage semblable.
    Cela glace le sang de lire cela.
    Quel cynisme glacial…

  9. Un mensonge parmi d’autres : un avortement “ça n’a jamais empêché une femme d’avoir plus tard un bébé.”
    Alors ça, c’est un gros, un très gros mensonge, on ne compte plus les stérilité après avortements ! C’est même très fréquent.
    Des femmes sont timides et quasi-contraintes,et ont droit à une certaine compassion, mais pas toutes.
    Que la femme soit toujours une victime, je ne le crois pas. Beaucoup de femmes sont de véritables furies, des monstres !

  10. Jean François.Ce zèle “furieux” de certaines militantes dont vous parlez vient souvent de la profondeur de leur âme où le reproche ,le remords revient à la surface.C’est le “retour du refoulé”,le ressentiment qui se fait agressivité.Certains divorcé(e)s,par exemple, deviennent des zélateurs du divorce,comme pour effacer leur échec.Certains anticléricaux’ (Staline, Combes etc) très virulents sont souvent d’anciens séminaristes “virés” par leur hiérarchie et qui se vengent.Cela peut prendre un caractère “monstrueux”,excessif, mais il faut tenter de démonter les mécanismes de ces états;Comprendre n’est pas absoudre, ni approuver, mais permet de ne pas être injuste,ou maladroit.Merci.Sigmund F…

  11. Les 250.000 avortements annuels dans ce pays sont des assassinats mécanisés, et même, pourrait on dire, industriels au vu de leurs nombres.
    Le coût humain, économique et spirituel est gigantesque; il passe l’imagination.
    Le coût humain s’applique à tous ceux qui broyés dans le ventre de leurs méres, n’arriveront jamais sur cette planéte malgré un début d’existence que personne ne peut contester; le coût humain s’applique aussi à toutes les victimes de la propagande incessante du pouvoir en faveur de l’avortement; elles ont cru à ces mensonges lancinants et ont commis en réalité un acte monstrueux, qui est d’immoler le plus faible devant l’autel des idoles nommées : Egoîsme, confort, luxure, ambition, envie, etc
    Le coût économique à ma connaissance n’a pas été calculé. Pourtant, les sommes en jeu se chiffrent en milliards d’euros : Les infrastructures, les associations, les personnels “soignants” (!!??) , etc mais surtout les vides humains, les générations creuses qui font que ce pays se vide peu à peu de sa substances et où les “tombeaux l’emportent sur les berceaux” !
    Le coût spirituel est immense pour l’Humanité, et s’inscrit dans ce qu’il est convenu d’appeler “la prolifération du Mal”; le mal que je fais , à mon corps, à mon enfant a des effets concentriques sur les autres, et pas seulement par l’imitation.
    J’ajoute que l’objectif n’est pas d’arriver à 600.000.000.000 de terriens; l’objectif est que cessent les sacrifices humains, et que régne l’Amour véritable sur cette petite planéte solitaire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services