Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Dénaturation du mariage : le PS y croit-il encore ?

De Guillaume Tabard dans Les Echos :

"Le PS a lancé hier une pétition en faveur du mariage pour tous. Est-ce un signe d’inquiétude ou de mobilisation de la part du parti au pouvoir ? Cette pétition, tardive, et la participation à la manifestation
organisée par l’association LGBT – lesbiennnes, gays, bi et transsexuels
– dimanche à Paris traduisent une réelle inquiétude de la gauche, qui
constate un glissement progressif de l’opinion.
[…] Dans un sondage OpinionWay publié par Métro, le mariage pour tous
arrive en tête – devant la hausse de la TVA ! – dans la liste des
mesures que le gouvernement ne devrait pas mettre en œuvre.
[…] Il y a une dynamique
du côté des opposants alors que, à gauche, depuis un mois, on a surtout
retenu l’embarras de François Hollande qui l’a conduit au cafouillage sur la « liberté de conscience » des maires,
la virulence des parlementaires qui ont auditionné les responsables
religieux, ou encore le doute et les réserves de plusieurs élus
socialistes.
[…]

Par ces initiatives, le PS peut-il reprendre la main sur cette
question du mariage homosexuel ? Le gouvernement a toujours une majorité
confortable à l’Assemblée et au Sénat pour faire voter son texte. Mais
s’il est tranquille au Parlement, il prend des risques sur le terrain de
la mobilisation citoyenne.

Il prend d’abord le risque de la comparaison. Après les 100.000
personnes à Paris et autant en province en novembre et samedi dernier,
et avant la grande manifestation nationale des opposants au mariage gay,
le dimanche 13 janvier à Paris, combien seront-ils ce dimanche à
défiler pour le mariage pour tous ? On le sait, il est toujours plus facile de faire descendre dans la rue contre un texte que pour ce texte.

Il prend ensuite le risque de la politisation. Il sera désormais plus
dur à la gauche de dénoncer la collusion entre les partis de droite et
les associations familiales à partir du moment où le PS, les Verts et
tous les partis de gauche font la même chose avec l’inter-LGBT.

Il prend, enfin, le risque de la radicalisation. Beaucoup de
dirigeants de la droite étaient au départ prudents, réticents ou mal à
l’aise à critiquer le projet. On a vu leur détermination indexée sur la
mobilisation des opposants au mariage. Plus le débat se politise, et
plus il va se transformer en confrontation classique gauche-droite dans
un contexte où la majorité est en difficulté dans l’opinion. Et plus il
sera difficile à François Hollande de prétendre apaiser la société. Dans
le Figaro, Jean-Christophe Cambadelis donne le coup pied de l’âne à Harlem
Désir
en disant à propos du mariage : « Il faut rassembler plutôt que
cliver. Je veux croire que la pétition va dans ce sens
 ». Autant dire
qu’il n’y croit pas
."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un gouvernement en place appeler à manifester et faire une pétition pour une réforme, qui plus est dans une situation où ils ont la majorité à l’Assemblée Nationale.
    Je pense sérieusement qu’on n’est pas à l’abri d’une surprise si la manif du 13 janvier contre ce projet de loi fait un tabac. Le gouvernement ne pourra pas l’ignorer. S’ils réussissent malgré tout à imposer cette loi par la force je pense qu’elle sera fortement retoquée.

  2. à moins que cela soit un moyen de mobiliser les députés socialistes afin d’éviter des défections au moment du vote….

  3. Très juste remarque de Cédric, J’irai même plus loin en disant que le vent à tourné le 17 novembre et qu’ils ont été saisi d’effroi devant l’ampleur du mouvement et désarçonnés. Si nous continuons sur cette lancée et en amplifiant le mouvement, cette loi sera soit repoussée aux calendes grecques soit annulée. A mon avis, mr Hollande doit déjà réfléchir au moyens possibles pour s’en sortir la tête haute.
    De plus, en tout état de cause et même si cette loi été votée, le mouvement qui à été lancé n’est pas prêt de s’arrêter et est bien plus général qu’une seule contestation de cette loi.
    La mobilisation continuera jusqu’au rejet de toutes les lois iniques, du moins je le pense, car ce qui à été fait peut être défait.
    Ce gouvernement d’idéologues et de pervers, gouvernement mal élu et fantoche, n’a fait que faire passer le point de non-retour à ce que pouvez supporter le peuple: Évêques, laïques et gens de bonne volonté. Il à aussi réveillé la majorité silencieuse.
    Comme le souligne très judicieusement Cédric, on à jamais vu un gouvernement appeler à manifester et signer une pétition, Il se pourrait bien qu’il soit aussi le premier à s’effondrer, président compris, avant la fin de son quinquennat.
    En tout cas, ne relâchons pas nos efforts, pourquoi ne pas leurs faire parvenir “nos meilleurs veux” de Noël et de bonne année pendant les vacances?

  4. Pour ajouter à ce que tu dis Michel Ange, Hollande n’est pas sans savoir que Zappatero qui a mis en place cette loi qui divise n’a pas été reconduit, que les législatives partielles ont été une véritable claque pour le PS, et que le dernier sondage métro révèle que le mariage homo est la première réforme que les Français veulent voir abandonnée.
    Le PS a réussi l’exploit de monter contre lui la quasi-totalité des croyants, de l’UMP, mais aussi plus généralement des personnes qui ont suffisamment de bon sens pour penser qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère.
    De cette réforme se jouera probablement son quiquénnat et toutes les échéances électorales intermédiaires. Les Français n’oublient pas.

  5. Ils ne doivent pas trop craindre le risque de la comparaison avec les media… Les chiffres de la manifestation seront exagérés.

  6. Hollande et le P.S. obéissent aux injonctions de la L.G.B.T., Taubira obéit à celles du M.R.A.P., etc.

  7. “Les Français n’oublient pas.”
    Perso, comme disait le poète, je pense qu’au contraire ils ont la mémoire courte.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.