Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Décès in utero et hypocrisie

Le ministre de la Santé, Marisol Touraine, a
demandé
une enquête exceptionnelle suite à
la mort d'un bébé in utero à Paris, faute de place, selon les parents, dans la maternité où devait avoir
lieu l'accouchement.

"J'ai demandé
une enquête exceptionnelle, à la fois administrative et médicale, qui
sera lancée dès lundi pour faire toute la lumière sur les circonstances
de ce drame
".

Précisons lui qu'il y  achaque année 220 000 enfants qui meurent in utero. C'est légal et même remboursé par la Sécurité sociale. Cela s'appelle l'avortement.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Vous oubliez les bouts de chou qui meurent in utero par la contraception …

  2. oui, mais dans le cas de ce drame, il est probable que les parents voulaient cet enfant. On met alors en place ce qu’il faut pour ce que l’on veut ou ce que l’on ne veut pas. Selon notre bon vouloir …
    En d’autres termes , c’est s’approprier le droit de vie ou de mort …

  3. En novembre 2011,elle soutient le projet de loi interdisant les dépassements d’honoraires dans le corps médical,plus tu travailles moins tu gagnes.
    Y a t’il une cause à effet.

  4. On n’est pas à une contradiction près chez ces gens là !

  5. Quelqu’un sait-il quel était l’âge de cet enfant ? [Euh ? devrais-je écrire de ce foetus ??]
    UdP

  6. C’est le nombre d’avortements effectué ce jour là, dans cet hôpital là, qu’il faudrait peut être comptabiliser pour comprendre le manque de disponibilité du personnel médical…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.