Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences / Valeurs chrétiennes : Famille

De nombreuses épouses se plaignent que l’usage de la contraception a conduit leurs époux à les traiter comme des objets sexuels

De nombreuses épouses se plaignent que l’usage de la contraception a conduit leurs époux à les traiter comme des objets sexuels

Extrait d’un article de L’Homme Nouveau sur la contraception :

En tant que psychiatre catholique ayant travaillé quarante ans avec des milliers de couples mariés, de familles et de jeunes, Rick Fitzgibbons, directeur de l’Institut de thérapie conjugale à l’extérieur de Philadelphie, rejoint aussi à son niveau scientifique Marianne Durano et Paul VI dans Humanæ Vitæ, lorsqu’il avertit :

« De nombreuses épouses se plaignent que l’usage de la contraception a conduit leurs époux à les traiter comme des objets sexuels. (…) La maltraitance silencieuse des épouses a contribué, selon le résultat des recherches [d’une importante étude de l’Université de Minnesota], à ce que 70 % des divorces soient initiés par des épouses, et de façon surprenante, dans des mariages présentant un faible niveau de conflits ouverts… ».

Le prétendu « sexe sûr », par le moyen de la contraception, est un cheval de Troie dans la citadelle civilisationnelle du mariage et de la famille. Il aboutit à la perte de la vérité sur soi-même, sur le couple et sur la famille, et par conséquent à la perte de l’amour lui-même.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Scripsit: “70 % des divorces sont initiés par des épouses, dans des mariages présentant un faible niveau de conflits ouverts”
    Comme quoi le divorce facile est un divorce pour caprice.

  2. la pilule profite surtout aux hommes, les femmes par facilité et égoïsme la prennent sans réfléchir aux conséquences!!!!!

    personnellement je suis choqué par la façon dont les hommes parlent aux femmes, je n’ai jamais entendu mon père parler ainsi à sa femme, les relations n’étaient pas toujours facile, ou à sa mère!!!!!!

  3. La contraception n’a pas d’autre but que de rendre le corps de la femme disponible à la concupiscence masculine avec pour devise : « jouir sans entraves », l’entrave étant l’enfant bien sûr. Si l’entrave apparaît, le désir de meurtre apparaît aussi, qui conduit à envisager l’avortement.
    La concupiscence aboutit donc à l’homicide, de péché mortel en péché mortel jusqu’à l’impénitence.
    Évidemment le véritable amour passe en pertes et profits dans ce mode de vie qui en réalité se nourrit de la culture de mort.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services