Bannière Salon Beige

Partager cet article

Environnement

De la « transition écologique » au chaos

De la « transition écologique » au chaos

Réflexion de Stéphanie Bignon :

La vraie transition écologique est linéaire et permanente. Elle correspond à la capacité de l’homme à s’adapter à son milieu, ce qu’il a toujours dû et su faire. Depuis le début de l’ère quaternaire, il y a 2.6 millions d’années, les scientifiques reconnaissent que les cycles de réchauffement-glaciation sont fréquents et réguliers. C’est aussi l’ère de l’extinction des grands mammifères et de notre développement.

La vraie transition écologique implique donc de s’adapter à des conditions toujours changeantes. Une des missions de la politique, libérée des « lobbies », devrait être de l’accompagner et non pas de la rendre impossible en étouffant toute initiative par des taxes, impôts et règlements excessifs. Elle implique de laisser vivre et s’exprimer le génie humain partout, des petites aux grandes entreprises. Elle implique que nous investissions dans la Recherche et le Développement, or les budgets de R & D sont presque tous en bernes, victimes de la course à la rentabilité immédiate. Alors, comment s’adapter dans ces conditions ?

La « transition écologique » promue comme nouvelle religion de l’apocalypse, ne s’inscrit pas dans la durée mais dans la rupture. Les nouveaux « grands prêtres et scribes » contraignent, précipitent, tordent le cours du temps et des usages, mais dans quel but ? Finalement, la transition vers le « tout pétrole » fut la première « transition écologique ». Elle nécessita deux guerres mondiales et le chaos qui s’ensuivit. En moins de 70 ans notre façon de vivre a radicalement changé, nous sommes passés du bon sens à la dépendance aux produits pétroliers. Les « hommes d’affaires » de Rockefeller, Rothschild et compagnie attachés à leur pétrole et à leurs banques firent, avec la complicité des gouvernements, leur fortune, en éliminant soigneusement toute alternative et en s’imposant comme incontournables pour la reconstruction de l’Europe de l’après-guerre.

Par exemple aux Etats Unis en 1936, General Motors, Firestone et la Standard Oïl de John D Rockefeller créent la société de transport collectif, la National City line. En 1947, ils sont accusés de complot contre le service public et sont condamnés à …5000$ d’amende pour la destruction des réseaux de trams électriques municipaux au profit de leurs bus à pneus et à pétrole ! En 1953, le président Eisenhower nomme à son gouvernement, le président de General Motors, Charles Erwin Wilson. En conséquence, en 1955, 90% du réseau de tram a disparu. Les autoroutes seront aussi favorisées contre le rail et de 1945 à 1964 aux USA, le rail baisse de 84 % pendant que le transport routier augmente de 300%… !

Aujourd’hui les mêmes nous expliquent, toujours via leurs valets à la tête des états, qu’il est « vilain pas beau » de consommer ce même pétrole. Les impasses provoquées par leur avidité sont toujours malicieusement transformées en nouvelles sources de profit et tout comme l’alchimiste transforme le plomb en or, le « tout pétrole » devient l’escroquerie de la « taxe carbone » ! La sidération des populations étant nécessaire à leur tour de passe-passe, la régénération de leur système ne s’opère que dans la violence et l’anarchie dont ils nous font porter la responsabilité dans une inversion accusatoire toujours moins subtile et toujours plus visible…

Ce qu’ils appellent transition écologique devrait en réalité s’appeler : « stratégie en faveur des monopoles » et leur ministre de l’écologie porterait le nom de ministre de la « protection des monopoles ». Les mots auraient enfin un sens ce qui serait une première mesure contre le chaos !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. Merci très belle analyse d ici quelques années, il y aura un nouveau rockfeller et un nouveau trust des dites énergies vertes renouvelables, peut être les mêmes reconvertis….

  2. Enfin une analyse lucide, courte et compréhensible. Il est vrai que son auteur est en tous points remarquable, notamment par son honnêteté intellectuelle qui lui permet d’aborder des questions qu’elle connaît techniquement bien-le pétrole – avec une indépendance d’esprit totale et de l’humour puis qu’elle s’est pastichée elle-même en intitulant cet article : de la “transition écologique” au chaos. Merci Stéphanie Bignon.

  3. je ne saisis pas très bien en fonction de quels intérêts financiers se déploie la fameuse transition écologique qu’on nous serine tous les jours : est-ce en faveur des éoliennes allemandes ou du photovoltaique chinois , ou des fabriquants de batteries de voitures électriques ??? En tous cas ce n’est pas favorable aux puissants intérêts pétroliers . Je ne comprends plus rien !?!?!?

    • éolien et photovoltaïque ne concurrencent pas vraiment le pétrole : il faut beaucoup de pétrole pour fabriquer et mettre en place ces équipements, lesquels n’offrent qu’un rendement énergétique modeste. Les taxes étiquetées “transition énergétique” servent d’abord à équilibrer les comptes, et sans doute à acheter une bonne conscience. La seule “transition énergétique” pertinente consisterait à organiser la décroissance avec des conséquences qu’aucun gouvernement n’accepterait d’assumer (interdiction par exemple des intérêts financiers, lesquels ne sont possibles que s’il y a par ailleurs pillage des ressources naturelles, interdiction des engrais et phytosanitaires gros consommateurs d’énergie et tueurs de sols, etc.) car elle aboutirait au démantèlement pur et simple du techno-libéralisme.

  4. Les libéraux sont optimistes à leur habitude. Ils pensent qu’il leur suffira de se parer du cache sexe de la « transition écologique » ou de la « croissance verte » pour résoudre les problèmes qu’ils ont créés. Quant aux nouvelles taxes, il est établi qu’elles ont vu le jour uniquement pour équilibrer les comptes de la gabegie gouvernementale.
    La crise est consubstantielle au libéralisme comme à toute entreprise ordonnée à l’enrichissement. Elle est la fille naturelle des monopoles et de ceux qui acceptent leurs règles, y compris artisans et agriculteurs modestes. Aujourd’hui, la crise ressemble à celle connue par toutes les grandes civilisations lors de leur déclin. Les dérèglements climatiques n’en sont qu’un des aspects. Il y a aussi l’épuisement des ressources, l’appauvrissement des terres (en France aussi !), la disparition des écosystèmes et les déséquilibres sociaux et démographiques, liés tant à l’injuste répartition des richesses qu’à l’irrespect accordé à la vie. Toutes les plaies qui nous menacent sont interdépendantes car tout est lié. Je peux m’engager dans la défense de la culture ou de la vie humaine, mais si au même moment j’apporte dans mon champ un fongicide ou de la perlurée ou même un coup de charrue, lesquels détruisent 90% des mycorhizes, alors mes combats sont vains du fait de mon incohérence. Comme les civilisations disparues, notre société techno-libérale développe un interventionnisme profitable et ciblé, mais qui ignore la complexité de la nature. L’innovation bouleverse les lois de la vie et apporte la mort. La seule nouveauté qu’apportera le libéralisme sera le fracas inédit de son propre effondrement. Ce dernier interviendra d’ici 30 ans lorsqu’il n’y aura plus de ressources naturelles à piller.
    Il est sans doute trop tard pour éviter la fin douloureuse. La priorité est-elle à l’affliction face aux gesticulations du monstre à l’agonie, ou bien à l’aménagement des oasis où la vie sera protégée comme elle le fut sur l’Arche de Noé lors du Déluge ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services