Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : Eglise orthodoxe

Cyrille 1er, un Patriarche d’envergure

K Cyrille Ier, élu hier Patriarche de Moscou, a pour devise «Annoncez de jour en jour le salut de notre Dieu». En 1984, ses prises de positions contre la guerre soviétique en Afghanistan lui ont valu d'être destitué. Il était alors depuis 10 ans recteur du séminaire et de l'académie de théologie de Leningrad, aujourd'hui Saint-Pétersbourg, où il s'était fait remarquer par son souci de traduire des théologiens catholiques et où il avait attiré un nombre croissant d'étudiants. 5 ans plus tard, il est nommé au poste clé de ministre des Affaires étrangères du patriarcat de Moscou, charge qu'il mènera d'une main de maître et sur tous les continents. Ce qui l'amènera à rencontrer un certain Joseph Ratzinger, à 5 reprises – dont 3 fois depuis que Benoît XVI a été élu pape.

Il fut un disciple du métropolite Nicodème, le principal artisan de la lente renaissance de l'Église russe à partir des années 1960. Autre influence décisive, l'enseignement de théologie reçu de l'archiprêtre Livery Voronov, qui a passé dix ans dans les camps staliniens. Celui à qui certaines tendances de l'orthodoxie reprochaient sa trop grande ouverture à l'Occident fustige la «pensée libérale laïque» :

"Nous voyons comment certaines églises protestantes reconnaissent les unions du même sexe, ordonnent aux ministères ecclésiaux des personnes vivant en couple homosexuel et ne condamnent pas l'avortement."

Le lobby gay lui en veut déjà… Il est également très prudent sur les adaptations théologiques et l'abandon du slavon, la langue liturgique (ce qui cautionne cette analyse). Homme de média, il anime une émission de télévision hebdomadaire nationale où il répond en direct aux téléspectateurs et a lancé le site Internet du patriarcat de Moscou. Il a en outre poussé l'Église orthodoxe à formuler un corps de doctrine sociale.

Michel Janva

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Vive l’Europe chrétienne de la pointe du Raz à L’oural! Telle est l’Europe de toujours.

  2. Décidément, la Russie a bien de la chance avec ses chefs de file.
    Bravo!

  3. oui enfin ça dépend quand même des chefs de file…
    Cette élection est une grande joie qui va contribuer, il me semble, au rapprochement des deux poumons de l’Eglise.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services