Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras

Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras

Après la polémique d’Emmanuel Macron sur le maréchal Pétain, cela devient de plus en plus amusant :

Charles Maurras, partisan du nationalisme intégral tant décrié par Emmanuel Macron et les mondialistes, écrivait dans Enquête sur la monarchie en 1900 :

«Le pays officiel et légal, qui s’identifie au gouvernement parce qu’il en retire l’aliment de sa vie, ce petit pays constitutionnel commence néanmoins à voir et à entendre l’émotion qui gagne le pays vrai, le pays qui travaille et qui ne politique pas. […] Nous venons d’assister à des élections dites “républicaines” qui n’ont été que des coalitions d’intérêts organisées par de petits fonctionnaires inquiets. […] Ce sont […] 20.000 à 30.000 [citoyens] qui, aux jours d’élection, à la faveur d’occasions fortuites, font embrigader tout le reste. Par rapport à ce clan actif et politiquant, tout le reste des quarante millions d’habitants du pays est passif et politique, naît, vit, meurt, comme s’il était le sujet de ce souverain épars en 20.000 ou 30.000 membres».

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. mais que connaît ce grivaux-là de l’histoire de son pays, d’ailleurs il s’en moque comme de sa première chemise. Quand on voit Marion Maréchal à côté de cet olibrius, on ne pense qu’à une chose qu’il dégage et au plus vite pour laisser la place à des gens normaux

  2. Évidemment personne n aura repris Mr Grivaux dans cette radio, pensez donc ! Par ignorance ou pour taire le nom de Charles Maurras ( mieux vaut une erreur que ce nom terrrrrriiiiible , alors on fait canard ) .

  3. et certains traitent Ch. Mauras de collaborationnisme! (avec toutefois nationaliste, en plus…)

  4. Ah ah ah! Ce pauvre inculte ferait mieux de citer Oui-Oui d’Enid Blyton, sans doute ses dernières lectures!

  5. Le fait que le journaliste qui interrogeait Griveaux ne l’ait pas repris démontre qu’il est tout aussi inculte que lui.

  6. Il ne faut pas parler du réel Monsieur GRIVEAUX, c’est très méchant car ce n’est pas bien ! Le « réel », c’est pour l’imaginaire des populiste, ça n’existe pas et ce mot a été utilisé par d’affreux personnages.

    Quand on est en marche, on ne voit pas le réel, mais seulement un paysage qui défile. Vous devez suivre le premier de cordée Monsieur GRIVEAUX et ne pas regarder en arrière, car même si c’est beau, c’est illégal !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique