Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Crise chez les maires. Qui les remplacera ?

Crise chez les maires. Qui les remplacera ?

Selon une étude du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof) auprès des 35 357 maires du pays, la moitié d’entre eux ne souhaite pas se représenter en 2020. En 2014, lors des dernières élections municipales, 60 % des maires sortants ont été réélus. Parmi les raisons, les maires invoquent les difficultés à satisfaire les demandes des administrés, le manque de moyens, le sentiment d’être inutile…

À la question de savoir si les maires ont d’ores-et-déjà pris une décision vis-à-vis du renouvellement de leur candidature, un maire sur deux (50 %) indique vouloir abandonner son mandat de maire. Cette proportion atteint 55 % pour les maires des communes de moins de 500 habitants contre 28 % pour les communes de 5 à 10 000 habitants et 9 % pour les communes de plus de 30 000 habitants.

Plus le maire d’une petite commune est âgé, plus le souhait de ne pas se représenter augmente. Mais la taille de la commune n’explique pas tout. Par exemple, les maires de plus de 70 ans sont près de 70 % à vouloir passer la main en 2020 contre 38 % des maires de moins de 57 ans dans les mêmes petites communes (moins de 500 hab.). Quoi qu’il en soit, pour l’ensemble des maires de communes de plus de 10 000 habitants, et quel que soit l’âge, la proportion moyenne d’abandons exprimés passe sous le seuil moyen de 49 % pour s’établir à 17 %. […]

Au 1er janvier 2018, 35 294 communes étaient regroupées dans 1 263 ensembles intercommunaux. Mouvement engagé depuis 1999 et accéléré par l’application de la réforme des collectivités territoriales de décembre 2010, le regroupement intercommunal suscite un grand nombre d’interrogations chez les maires qui s’inquiètent de la réduction de leur marge de manœuvre et de leur capacité d’action. En particulier, plusieurs d’entre eux font part d’un sentiment de «dépossession» politique et administrative. C’est le cas, par exemple, de ce maire d’une commune de moins de 1 500 habitants dans l’Eure qui déclare, à l’instar d’autres élus, que « les communes perdent de plus en plusde compétences au profit des intercommunalités, ce qui va nous laisser dans un rôle de figurant sans pouvoir ».

La France jacobine donne l’impression aux maires d’être dépossédés de leurs fonctions. Les maires perçoivent de plus en plus une décentralisation fonctionnelle qui les conduit à devenir des exécutants, des agents de mise en œuvre de politiques définies au plan national.

Les tensions actuelles entre l’exécutif national et les collectivités territoriales font écho aux traumatismes vécus par plusieurs maires en matière de recentralisation financière mais aussi en termes d’effets de réformes précédemment adoptées ou d’annonces autour de la suppression de la taxe d’habitation.

En matière de réformes institutionnelles, la réorganisation des services déconcentrés de l’État est vécue de manière négative par 68 % des maires, ce chiffre étant plus faible pour les communes de plus de 10 000 habitants. Dans la même perspective, les effets de la loi NOTRe sont encore jugés plus sévèrement par les maires puisque 75 % d’entre eux (chiffre constant quelle que soit la strate de population) considèrent qu’elle a eu des effets négatifs sur leur mandat.

En matière de finances locales, la diminution constatée depuis plusieurs années des transferts financiers de l’État vers les communes conduit aujourd’hui les maires à y remédier en privilégiant soit le report d’investissement (46 %), soit la réduction des services publics rendus (17 %) ou l’augmentation des impôts (13 %).

C’est dans ce contexte de crise qu’Emmanuel Macron ne se rendra pas au Congrès des maires de France le 22 novembre pour préférer s’exprimer la veille confortablement depuis l’Elysée devant le bureau de l’AMF. Ce qui devrait lui permettre d’éviter de se faire siffler. Alors que le chef de l’Etat avait promis l’an dernier de venir chaque année «rendre compte des engagements» du gouvernement devant le Congrès de l’Association des Maires de France, c’est le Premier ministre Edouard Philippe qui affrontera la colère. Lors de l’édition 2017, une partie des maires avait hué et sifflé Emmanuel Macron à son arrivée. Ce dernier avait alors lancé en défi :

«Je m’engage à une chose, si vous l’acceptez, c’est venir chaque année rendre compte des engagements que je viens de prendre parce que c’est cela l’esprit de responsabilité dans la République».

Nous savons donc qu’Emmanuel Macron est un irresponsable.

Mais puisque la moitié des maires des petites communes ne souhaite pas se représenter, ne laissons pas la place vide et reprenons en main nos territoires. Nous vous proposons de rejoindre les Elus Catholiques dans la Cité. Ce n’est pas un parti politique, mais une association organisée en un maillage de réseaux d’amitié militante catholique au service du Bien commun. Cette association a pour but d’aider ces catholiques engagés dans l’action municipale, d’une part à promouvoir leurs convictions, d’autre part à mettre en œuvre dans l’exercice de leurs fonctions municipales des mesures conformes (le plus souvent implicitement) à l’ordre voulu par Dieu dans la société. Sa démarche vise avant tout à mettre en rapport les nouveaux élus avec des personnes expérimentées pouvant leur faire partager leur savoir, leur expérience, leurs idées. Elus catholiques dans la Cité travaille de façon décentralisée au moyen de réseaux régionaux.

Cette œuvre s’adresse en priorité aux élus municipaux (commune et communauté de communes) et aux membres des associations qui ont un lien fonctionnel affirmé avec les diverses collectivités territoriales.

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

6 commentaires

  1. ça sent comme un vent de colère sourde enfouie depuis bien longtemps…
    Qui sème le mépris récolte la défiance.
    Si l’on y ajoute l’actuelle jacquerie anti-racket fiscal… Gare :
    ON A COUPE DES TETES POUR MOINS QUE CA

    Rappelons que nous sommes taxés aujourd’hui à hauteur de 65 % !
    On était largement en dessous de 40 % au Moyen Age…

  2. Comme je les comprends. C’est la raison pour laquelle j’ai jeté l’éponge en tant que professeur. On s’imagine rendre service plus qu’exercer un métier rémunérateur. On voudrait chercher des solutions innovantes, faire progresser les gens, leur donner de bons moyens d’être bons et heureux, et on se rend compte que “au-dessus”, l’administration attend de nous que nous ne fassions pas de vagues, que nous ne proposions aucune innovation (il y a des comités pour cela), que nous fassions uniquement ce qui est demandé, en temps et heure, sans d’ailleurs d’obligation de réussite (ce qui serait motivant malgré le reste, malgré l’espionnage, le fichage, le lâchage). C’est très déprimant. Cette impression d’être dans les mains d’une sorte de grosse pieuvre administrative qui vous emmènera où elle voudra – tout en faisant semblant de vous demander votre opinion sur tel ou tel sujet.
    Dans l’enseignement aussi, privé notamment, la mode est aux regroupements, aux énormes structures. Le diocèse est à la barre, personne n’a les capacités de s’y opposer réellement. On forme d’énormes entités soi-disant pour faire des économies d’échelle. Aucune réflexion sur l’enseignement, le savoir, ou – on peut rêver – la propagation de la foi. Les racines sont perdues, ni l’architecture de nouveaux bâtiments, ni les noms des nouvelles entités, ne rattachent l’élève au passé. Sans parler du contenu des cours.
    Idem pour ces regroupements de communes. Des villages qui existent sous un nom depuis des siècles se voient imposer un autre nom. Personne ne peut rien faire!!! C’est décidé d’en haut. Une histoire de sous, de soi-disant meilleure gestion. On sait que ça ne marche jamais comme ça. Mais on veut encore nous le faire croire.
    Il faut dire que l’enseignement du français est à ce point moribond que peu de gens comprennent l’importance vitale d’un nom, d’un mot, pour préserver l’histoire – et donc notre être collectif ainsi que nos êtres intérieurs.
    On est donc régulièrement violés dans nos identités (identités d’un établissement portant le même nom depuis un siècle et soudain abandonné, remplacé par un cube de béton; identité d’un village, où sont enterrés les ancêtres de ceux qui y vivent) et on s’étonne que tout cela ne suscite pas d’enthousiasme ou d’adhésion? Il faut croire que les gens de la haute n’ont aucune idée de ce qui fait vivre un homme – de ce qui lui donne le courage de vivre.
    C’est vrai qu’on retire leur pouvoir de décision et d’action aux maires et que personne (personne de qualité j’entends) n’apprécie de ne pas avoir d’autonomie dans son travail. Toutes les études montrent que plus l’autonomie grandit mieux le travail est fait et plus est grande son efficacité. Mais bon…. les poules auront des dents le jour où les hommes qui sont aux manettes actuellement comprendront cela, puisqu’ils sont eux-mêmes nommés pour leur transparence absolue à toute volonté d’innovation, de changement, et au contraire pour leur capacité à ressembler aux autres employés.

  3. Très bon commentaire Cosaque ! J’ajouterai une chose, la disparition des maires et des communes est programmée par l’Europe, tout comme la disparition des départements et les régions. Il faut faire place aux euro-régions, et aux inter-communes.,et donc faire grossir les anciennes communes et les anciennes régions. C’est une demande de Bruxelles. L’UPR irait peut -être jusqu’à dire que c’est une demande de Washington via Bruxelles. Mais c’est un fait! La méthode utilisée est semblable à celle utilisée en entreprise pour virer quelqu’un. On vide de substance son poste, pour qu’il s’ennuie puis ait le choix entre déprimer et quitter son poste. S’il part, c’est gagné, s’il reste, on continuera à lui pourrir de plus en plus la vie et si nécessaire on le virera pour incompétence. Cela peut être considéré comme une stratégie de harcèlement. Et il me semble que cette stratégie soit appliquée à présent à la fonction de maire, pour que les euro régions remplacent les régions.

    • Oui cela est programmé ! Ils veulent juste un maire par intercommunalité…
      C’est ce que réclame la dictature mondiale qu’ils veulent mettre en place.

  4. N’oublions tout de même pas ces maires, chefs de village, motivés par la spéculation foncière : ils avaient le pouvoir de multiplier par mille la valeur du terrain de leurs amis en le rendant constructible.
    D’où la disparition de milliers d’hectares de terres agricoles et viticoles.

  5. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque de l’instauration du mariage homosexuel en 2015 les gouvernants de l’époque, Hollande et Valls menaçaient de sanctions les Maires qui affichaient leurs refus de procéder à ces parodies de mariage. Pour un candidat à l’élection dans une petite ville ce peut être un cas de conscience. Espèrer qu’au cours de son mandat ne se présenteront pas deux abrutis masculins leurs demandant de les “unir” ou risquer des sanctions en cas de refus, malgré son engagement par ailleurs pour le bien de sa localité!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services