Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

CPE : mise au point du Front National

La Délégation Nationale aux études et argumentaires du Front National, dirigée par Thibaut de La Tocnaye, a rédigé un argumentaire assez complet sur le CPE. Extraits :

"Fondamentalement, la “précarité” (!) de l’emploi -pour employer la terminologie subversive de l’adversaire- n’est pas liée aux conditions d’embauche des salariés mais bien évidemment à la situation économique déplorable de la France ! C’est donc l’environnement-même de l’entreprise qui doit être réformé et non pas un mécanisme mineur de recrutement. (…)

Les promoteurs et les détracteurs du CPE obéissent à des conceptions idéologiques du travail dépassées : (…) Villepin, rendant l’entreprise seule responsable et garante de la pérennité de l’emploi des jeunes pendant toute la durée du CPE, accentue encore plus la logique ultra-libérale (…). D’autre part, les Socialistes, aiguillonés par l’extrême-gauche, suivent une logique collectiviste (bientôt unique en Europe) où l’Etat serait seul apte à résoudre le problème de l’emploi."

L’argumentaire tire les enseignements du conflits :

"Selon un processus parfaitement huilé, les syndicats officiels totalement minoritaires, et relayés par des medias aquis à la dialectique marxiste, manipulent l’opinion publique en utilisant (…) les bataillons de tous les inactifs (chômeurs, syndicalistes professionnels et immigrés) et d’une partie des fonctionnaires (…).

"Tant que des syndicats libres (de toute idéologie et de tout lien avec un parti politique) et réellement représentatifs (plus de 50% des salariés français adhérents à une organisation professionnelle et non pas… 6%) n’auront pas supplanté les syndicats-dinosaures privilégiés et corrompus du système instauré depuis 1945, aucune réforme de grande ampleur ne sera possible dans ce pays.

(…) La France est devenue une société (…) où la grève est devenue l’élément fondamental du dialogue social (…). Et c’est bien la politisation de l’Etat à tous ses échelons, destructeur du droit et des corps intermédiaires, associé au terrorisme idéologique de la Gauche qui permet à des minorités révolutionnaires (syndicales, médiatiques et “intellectuelles”) d’imposer l’anarchie à la majorité de la population."

Una réforme de l’Etat doit donc commencer par :

"Restaurer l’autorité de l’Etat et dépolitiser son Administration et ses rouages. Permettre aux majorités -condamnées au silence forcé- de s’exprimer aux plans local, professionnel, médiatique et national."

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Très bon ce Thibault de la Tocnaye…un Centralien de renom dont les qualités pédagogiques ne se démentent jamais.
    Auteur d’un excellent ouvrage sur “délocalisations? ce n’est pas une fatalité” (Ed. Godeffroy de Bouillon)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]