Coût moyen de la PMA : 1 500 000€ [Erratum : 5000€]

Du Docteur Yvon Kuhn, Gynécologue-Accoucheur, dans Les 4 vérités :

"Coût moyen en France d’une Procréation Médicale Assistée
(PMA) : environ 500000 €, par tentative
. Nombre moyen de
tentatives pour obtenir une grossesse allant à terme : 3. Coût
moyen par nouveau-né obtenu par PMA : 1500000 €, pris en
charge à 100 % par la Sécurité sociale
.
Actuellement, seuls les couples « légitimes » pouvant prouver
une stérilité réelle sont pris en charge par la collectivité. Les
célibataires et les couples homosexuels bénéficiant d’une PMA
à l’étranger payent cette prestation de leurs deniers propres,
tout en trichant en se faisant prescrire les médicaments et les
investigations (laboratoire, radios, échographies) par leur
médecin en France – investigations et traitements pris alors en
charge par notre Sécurité sociale.
On comprend ainsi l’intérêt qu’il y a pour les couples homosexuels
à demander une « égalité des droits » (au mariage et à
la PMA). Coût supplémentaire pour la Sécurité sociale :
quelques milliards d’euros par an. En a-t-elle les moyens ?
Sans parler de l’allongement des délais d’attente dans les centres
de PMA, qui sont déjà de 6 mois à un an…"

Précision des 4 Vérités :

"Dans le n° 872, nous avons
publié un courrier du Dr
Yvon Kuhn, avec une erreur :
le coût d’une PMA n’est pas
de 500000 , mais de 5 000."

17 réflexions au sujet de « Coût moyen de la PMA : 1 500 000€ [Erratum : 5000€] »

  1. Denis Merlin

    La “Sécurité sociale” n’est pas qu’une assurance maladie, elle est un organisme de prise en charge totalitaire de pratiques contraires à la raison, elle est un instrument de vols. La prise en charge de la “procréation médicalement acceptée” à des coûts astronomiques pour tuer des enfants (beaucoup d'”éliminations” d’embryons et la procréation dans des conditions immorales d’enfants souvent tarés, est une des causes des coûts des cotisations, donc de la crise économique.
    Nous payons très cher pour l’idéologie maçonnique, hédoniste, relativiste. Pendant ce temps là nous subissons la crise du logement, les gens dans la rue et les “médecins” de PMA se remplissent les poches à nos frais.
    La crise économique bien plus que dans des mesures fiscales ou du même genre réside dans ces pratiques de vols et crimes financées par les cotisations.
    Une seule solution : le Christ-Roi !

  2. Etienne

    La question du coût est loin d’être fondamentale : ce qui est essentiel c’est les dérives de la PMA en elle-même.
    Les soins palliatifs coûtent très cher mais ils sont essentiels.
    Si vous vous engouffrez dans la polémique du coûts, on vous répondra que l’euthanasie est nécessaire…

  3. Thibaud

    Bonne nouvelle alors, la PMA ne pourra pas être adopté par voie d’amendement parlementaire. En effet, depuis 1958, aucune disposition législative parlementaire d’origine parlementaire (proposition de loi ou amendement parlementaire) ne peut conduire à la diminution d’une ressource publique ou à l’aggravation d’une charge publique (article 41 de la Constitution, Loi organique relative aux lois de finances de 2001 et jurisprudence du Conseil constitutionnel qui est flexible sur la diminution d’une ressource publique mais intraitable sur l’aggravation d’une charge publique). Il faudrait donc que la PMA soit adoptée par le projet gouvernemental ou par un amendement gouvernemental mais le Conseil constitutionnel censurerait un amendement d’origine parlementaire.

  4. Pierrot

    C’est absurde: d’un côté des personnes prétextant des conditions financières insuffisantes tuent leurs enfants, avec notre argent, de l’autre des personnes ne pouvant pas en avoir vont les créer, avec notre argent également…

  5. Denis Merlin

    15 000 * 2 000 = 30 000 000 € + frais de salle d’opération + hospitalisation + avortements + contraception + maladies induites (dont alcoolisme, drogue) + baisse générale de la moralité + baisse de la population + tout ce que j’oublie et qui ne sont pas des soins. La différence avec les autres soins qui sont des soins, c’est que ces opérations immorales et coûteuses directement et indirectement ne sont pas des soins et ne font que coûter.
    Je ne pense pas que les soins palliatifs soient si coûteux, puisque l’on lutte contre la douleur, contre l’angoisse et qu’il n’y a ni opérations, ni séquelles. De plus seraient-ils coûteux, c’est une obligation morale de s’occuper des mourants, c’est l’humanité qui qui nous le commande. Tout se règle intellectuellement et en définitive par la destinée transcendante de l’homme. Cette destinée transcendante fonde sa dignité (l’être humain ne peut jamais être envisagé comme utile à un autre humain ; son travail oui peut être utile, mais son être, jamais ne peut être envisagé comme utile). Son être est créé par Dieu et Dieu le veut pour Lui en raison de son intelligence avec laquelle Dieu entre en conversation. Dieu est un Dieu jaloux. C’est une vérité universelle que la raison universelle peut saisir et qui fonde les droits universels de l’homme.
    Cette vérité (puisée, sauf erreur, dans le Compendium) est la clé de la société, des problèmes de société.

  6. lamarf

    @Altaica et @PE : je dirais ça dépend du pays. Mes 2 premiers viennent de Chine, le prix d’une twingo chacun, le 3ème vient d’Haïti (merci les missionnaires de la Charité) : pas un kopek (il faut dire qu’on a bénéficié du rapatriement sanitaire post séisme, avec Nadine Morano dans l’avion de retour, Ahahah, grand moment).

Laisser un commentaire