Conseils pour la manifestation du 24 mars

Catherine Rouvier, docteur
d’Etat en Droit public et en Sciences politiques de l’Université Paris
II, a publié une thèse d’histoire des idées politiques sur Gustave Le Bon, l'auteur de la Psychologie des foules, paru en
1895. Elle déclare au R&N :

Bonjour
Madame, qu’a pensé la spécialiste de la psychologie des foules que vous
êtes des manifestations contre le « mariage pour tous » ?

RLe déroulement de la manifestation ; la nature même des mots d’ordre et
des chants ; la couleur rose apaisante et inoffensive des panneaux, des
tee-shirts, des écharpes ; la scission des cortèges, venus de trois
endroits différents, ce qui diluait l’effet de masse ; le caractère très
lent de la marche, souvent stoppée par de longues minutes passées dans
le froid, ce qui minimisait l’échauffement des corps mais aussi des
esprits ; tout était fait pour que ne se produise pas de phénomène de
foule, c’est-à-dire la fusion des individualités en un « moi collectif »
animé d’une pensée commune, et parcouru de sentiments contagieux comme
la colère ou l’enthousiasme. Or, seule la puissance invincible
d’une véritable "foule" au sens psychosociologique du terme peut faire
peur à un gouvernement jusqu’à le faire plier, comme ce fut le cas en
1984.

Que faudrait-il, le 24 mars, pour que les gentils manifestants se changent en foule ?

En priorité, il faut deux choses : des mots d’ordres et un chef. […] Le message, pour générer l’action, doit être simple, clair, univoque.
On ne peut pas faire dire à une foule qu’on souhaite mobiliser vraiment
deux choses à la fois
, surtout si elles sont presque exclusives l’une
de l’autre. Sinon le message est brouillé, donc inefficace. Ainsi, en
l’espèce, on ne pouvait pas, d’un côté, refuser d’appeler « mariage » la
légalisation de la vie commune de deux hommes ou de deux femmes et
refuser que cette union ait les mêmes conséquences que celle d’un homme
et d’une femme ; et, d’un autre coté, reprendre à son compte le terme
même qui justifie ces revendications : la lutte contre l’homophobie.
Donc mettre sur les tracts appelant à manifester, sous le mot d’ordre
principal, « manif’ pour tous » (qui était déjà un clin d’œil amical à
l’appellation fallacieuse de « mariage pour tous » des adversaires – ce
qui n’est pas très bon), un second mot d’ordre : « lutter contre
l’homophobie », lequel brouillait le message.

G[…] Virginie Telenne, alias Frigide Barjot, s’est attirée à juste titre la
sympathie et la reconnaissance des catholiques en soutenant le pape
Benoît XVI dans les médias à une époque où ceux-ci ne faisaient que
relayer les critiques de toutes sortes et les attaques les plus
violentes contre le « pape allemand ». Mais elle l’a fait en utilisant
le personnage de parodiste, forgé pour elle par son mari Basile de Koch
alias Bruno Telenne (qui, lui, reste dans la dérision dans sa
manifestation « le mariage pour personne » en marge de la manifestation
officielle). Or, ce surnom a une connotation positive, puisqu’il évoque
Brigitte Bardot, gloire nationale, très belle actrice, femme
attachante, passionnée de la cause animale. Mais dans le même temps, il a
la connotation péjorative à cause de deux adjectifs peu valorisants :
« frigide » et « barjot ». Or le sujet est grave et comme le notait déjà La Bruyère : « Le caractère des Français demande du sérieux dans le souverain ». Un chef doit être « auréolé de prestige » , ce que la dérision exclut de facto. Il n’est pas là pour plaire, et il ne doit pas craindre d’être accusé de ne pas être « gentil ».

[…] Jean-François Copé a
manifesté, mais interviewé par les journalistes pendant la
manifestation, il a dit que ce qui le gênait surtout, c’était la GPA et
la PMA, plus que le texte lui-même : message non clair, là encore.
Monsieur Guaino a fait un beau témoignage, émouvant, sur sa propre
difficulté à avoir vécu une enfance sans père. Mais il a atténué
considérablement l’effet produit en protestant lui aussi longuement
contre l’« homophobie » comme s’il était accusé et non accusant.
François Fillon a été le plus clair, parlant lui aussi d’abrogation,
mais brièvement, dans une intervention liminaire au vote à l’Assemblée,
non médiatisée. Quand aux centristes, entre ceux qui « se sont trompés
de bouton » et « ceux qui étaient sortis au moment du vote » (zut, pas
de chance, c’est déjà voté !), on ne les voit pas en leaders sur ce sujet !

Quelles sont les autres conditions du succès ?

Changer de style.
Le souci de satisfaire une mode « festive » et son métier, le
spectacle, ont conduit Frigide à organiser une sorte de parodie de gay pride
avec chars, chants, musique disco et techno, « tubes » de l’été… La
scène dressée sur le Champ-de-Mars évoquait un theâtre, une émission de
télé-divertissement, pas un meeting politique. Seul le jeune Xavier
Bongibault a eu un mot politique. Il a comparé Hollande à Hitler parce
qu’il veut « enfermer les homos dans une définition dictée par leurs
choix sexuels ». Mais pour cette remarque, à l’efficacité médiatique
immédiate, il s’est fait tancer par Frigide, et s’est tout de suite
excusé. Ce choix du festif et du non-politique n’est pas mobilisateur,
car il maintient les manifestants dans le bien-être des retrouvailles de
ceux-qui-pensent-comme-eux, et les bercent de la certitude fallacieuse
d’une opinion largement répandue. Se réunir devient alors le but de la réunion
.
Par ailleurs, à cette foule qui attendait des mots d’ordre parce
qu’elle avait reçu un choc – celui d’un projet de loi ouvrant le mariage
à deux hommes entre eux ou à deux femmes entre elles – la réponse
apportée par Frigide Barjot a été de dire que c’était pas vrai, qu’à un
enfant il faut un papa et une maman, que les enfants naissent d’un homme
et d’une femme. Et la foule a récité ou chanté cela un peu comme une
litanie ou une comptine apaisante et auto-convaincante. Mais on ne lui a
pas demandé (et on le lui a même interdit – les mots d’ordre et chants
étant limités et imposés) de dire que ce n’est pas bien. Pour obtenir un résultat politique, il faut mener la foule vers une action politique.

[…] Alors oui, on peut en effet imaginer qu’une foule immense réunie à nouveau le 24 Mars, sans flons flons, en un immense ruban compact comme en 1984
– et non divisée en trois cortèges, avec des slogans, banderoles et
chants non pas imposés par le rose bonbon mais décidés par des chefs
d’établissements scolaires, des religieux, des paroissiens, des chefs de
syndicats et de partis, qui défileront suivis de leurs adhérents ou
ouailles, dans une gravité et une colère véritable contre la dénaturation de notre modèle sociétal. Ceux qui l’imposent pourraient faire changer le cours des choses.

[…] Autre modification nécessaire : il ne faudra pas isoler par un « cordon sanitaire » les manifestants du reste de la rue comme çela a été fait le 13 janvier.
Pour que la foule agisse, qu’elle remporte le combat qu’elle livre, il
faut que la rue puisse la rejoindre, la suivre, s’y agréger, il faut que
la rue réagisse. Pour et contre, pourquoi pas ? La manifestation de
Civitas du 18 novembre a été portée à la connaissance du monde entier en
moins de 2 heures par les médias à cause de l’attaque des Femen. Il ne
s’agit pas de provoquer les incidents, mais il faut laisser les
adversaires montrer ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent. La présence de
la police doit suffire à éviter les débordements.

[…] Dans
le cas présent, des milliers d’officiers municipaux sont opposés à ce
projet. Devront-ils se démettre de leurs fonctions, renoncer à leur
mandat parce qu’ils se seront mis en infraction en refusant d’appliquer
cette loi et donc de « marier » des hommes entre eux ou des femmes entre
elles ? Un joli but politique serait alors atteint pour l’actuelle
majorité : démission garantie de tous les maires catholiques de droite,
et des élus « réfractaires » de gauche ! Ne vaudrait-il pas
mieux prendre les devants, et que les maires disent comme Mirabeau
qu’ils sont dans leur mairie « par la volonté du peuple et qu’ils n’en
sortiront que par la force des baïonnettes », mais qu’on ne les forcera
pas à faire cet acte contraire à leur conscience ? […]"

106 réflexions au sujet de « Conseils pour la manifestation du 24 mars »

  1. Denis Merlin

    Ouf ! On reçoit cela comme un coup salutaire. Bravo et merci, madame, pour nous aider par la profondeur et la clarté de votre pensée. Je suis entièrement d’accord avec vous.
    L’homophobie n’existe pas, c’est un concept anti-droits de l’homme qui fragmente la société. Ce n’est pas parce que M. Chirac l’a introduit dans la loi qu’il doit être repris, c’est un terme condamnable. En matière de droits fondamentaux je ne connais pas d’orientation sexuelle, ni de sexe, ni de riches, ni de pauvres, ni de malades, ni de bien portants (etc.), je ne connais que des êtres humains.

  2. Paulin

    En effet cette universaire démontre bien les contradictions de la manifestation du 13 janvier. Il semble nécesaire de proposer quelque chose de “nouveau” afin de mobiliser pour le regroupement du 24. Certaines personnes commencent à renoncer…

  3. zz

    désolé, mais une manif menée selon les directives de cet article aurait sans doute rassemblé moins de 10 000 personnes… et le message politique n’aurait eu aucun impact. On peut chosiir de rester “pur” mais sacrifier l’efficacité à la pureté, c’est dommage

  4. Pablo Delahousse

    Merci pour cette analyse plus que pertinente quant à la nécessaire évolution de la stratégie de com’ de la Manif pour tous. Elle rejoint d’ailleurs certains commentaires de contributeurs du SB.
    J’espère que ce texte sera lu par les organisateurs du collectif “la manif pour tous” afin qu’ils se l’approprient et le mettent en pratique !
    En effet, « la France bien élevée » doit maintenant montrer sa force, de par le nombre de ses participants, en faisant corps dans un seul cortège, et aussi par sa vindicte quant à l’autisme de ce gouvernement et de ses différents soutiens.
    Des slogans plus musclés, plus politiques, sont également à réfléchir pour une manif qui ne doit pas qu’être une réunion festive de « bisounours ».
    Je suis convaincu que ce gouvernement a tout intérêt à se méfier de « la « France bien élevée ».

  5. LUC+

    Ne plus vouloir ètre à tout prix gentil pour plaire !Oui Madame vous avez raison . Il faut ètre fermes et déterminés dans ses convictions .Les agressions envers notre foi et nos lieux de culte comme l’ont planifié les FEMEN a l’encontre des familles de Civitas et à Notre Dame de Paris en accord avec une presse complice , ainsi que la non poursuite par les autorités de notre gouvernement , démontrent bien la gravité de la situation que les Chrétiens de France encaissent depuis maintenant depuis plusieurs mois
    .Cette loi pour le mariage entre personnes du mème sexe tout comme la PMA ,tout comme la GPA , tout comme les salles de shoot , tout comme l’euthanasie etc , NE SONT PAS SEULEMENT rejetées par les catholiques mais aussi par un grand nombre de français de confessions différentes ainsi que par des non croyants !

  6. dissident

    Oui il faut des mots d’ordre simples et fédérateurs
    Oui il faut arrêter de jouer les bisounours
    Non il ne faut pas craindre la politisation, car le problème EST politique. Et il l’est sur un point majeur, FONDAMENTAL, nous ne sommes PLUS en démocratie. Et nous n’avons plus non plus la liberté de nous exprimer. Le courageux maire du Chesnais a comparé le mouvement actuel à 68: en 68 nous étions (encore) en démocratie. Et si ce mouvement était plutôt précurseur d’un nouveau 1789 ?

  7. Yorgos

    Oui, il est temps de changer de registre.
    Il faut répéter jusqu’à devenir enragés:
    Taubira, ta loi – on n’en veut pas !!!
    Et juste avant de devenir vraiment fous de colère on passera, pour décompresser, à :
    Taubira, dégage !
    Hollande, fais attention…
    In fine c’est eux, ou nous : la France ou l’anti-France.

  8. aleks

    Cette analyse est intéressante mais un peu injuste.
    Sans le combat de F. Barjot beaucoup d’entre nous resteraient assis sur le canapé, devant les infos de 20h00 de TF1, irrités de devoir gober la propagande sans RIEN faire. Je pense que son action, qui peut paraître mièvre, vise à déjouer les pièges des médias et à améliorer l’image que l’on veut nous donner (homophobe, vieux catho réac – jupe plissée et cerceau sur la tête ou encore très agressif à l’encontre des femen presque martyrs…). Oui, nous sommes en guerre sans pitié de la communication et ça, F. Barjot a bien compris. Par ailleurs, grâce à ce message qui peut nous paraître un peu “dilué”, d’autres personnes qui sont contre cette loi et qui ne sont pas catholiques, peuvent se reconnaître facilement.
    De plus, je pense qu’au contraire, le BUT est clairement identifié : bye bye la loi Taubira!!!

  9. Florence

    Oui, pas de doute, il faut passer à la vitesse supérieure.
    Tout ce qu’on a fait est très bien mais c’est beaucoup trop gentil.
    Le rapport de force, il n’y a que cela qui marche. c’est dommage mais c’est comme ça.

  10. Exupéry

    Excellente analyse.
    On ne fait pas fléchir les tyrans, en marchant derrière des clowns et en adoptant leur style.
    Même si je ne suis pas d’accord avec toutes les prises de positions de Civitas, je dois reconnaître que que Alain Escada a une autre allure que cette brave “Brigitte Fardeau” dont les motivations et slogans sont largement contradictoires.

  11. NACORMANEILLE

    Oui, merci madame, le sujet est grave, la dérision ne suffit pas, il faut un chef, un Verbe, un charisme.
    Ce chef est là ; son heure arrive…mais il ne s’agit donc surtout pas d’un politicien socialiste évidemment, ni messieurs Sarkozy, Fillon et Coppé car ces trois derniers se sont disqualifiés.
    Ensuite, le Président Monsieur François Hollande est allé trop loin dans la dictature et le déni d’humanité.
    Donc, le but du 24 mars est maintenant politique et clair :
    SA DÉMISSION IMMÉDIATE pour trahison envers la France, envers l’Homme, mensonge d’Etat, pratiques dictatoriales, méprise de la dignité de l’enfant… par l’usage détourné du bien des instruments de la démocratie, DÉMISSION d’un fondamentaliste socialiste, d’un diviseur et d’un incapable qui abandonne les Français à leur sort, au mauvais sort de la tragédie économique en cours qu’il laisse filer et dont il cache les enjeux…
    Le 24 mars, 3 millions d’hommes seront présents, pour sauver le mariage, fait d’un homme et d’une femme dont il est leur exclusivité fondée sur la nature humaine bisexuée. En conséquence de quoi étant donné le processus actuel visant l’imposition brutale d’une loi inhumaine, c’est la DEMISSION de Monsieur François Hollande qui s’impose, que nous voulons et qui sera obtenue pour que soit sauf en notre pays la dignité humaine, celle de l’enfant et la protection du creuset de la Cité que constitue le couple homme, femme !
    Nous assistons au passage, fort, majestueux et non violent, de la V° à la VI° République !
    Très cordialement,

  12. pmc

    Les organisateurs du 13 janvier ont été paralysés par l’adversaire. Ils avaient en effet une peur bleue d’être taxés d’homophobie et sont ainsi tombés dans le piège.
    Il n’y avait nul besoin de se déterminer par rapport à cette question.
    Un seul mot d’ordre aurait dû être retenu : La demande du retrait pur et simple du projet de loi.

  13. L de M

    Cette explication pédagogique m’évoque les JMJ, qu’on a vu évoluer de la fête à l’approfondissement par la catéchèse & l’adoration.
    Il y a un temps pour sentir le nombre & l’ambiance famille, c’était le 13 Janvier, & un temps pour se recentrer sur le message & l’efficacité.

  14. Pierre-Edouard

    Dans l’interview complète, Catherine Rouvier parle de Marine Le Pen. Oui mais la patronne du FN n’était pas à la manif du 13 janvier.
    La psychologue des foules dit aussi que “le chef peut-être ressenti comme prestigieux à cause d’un titre”.
    Là il n’y a que Louis, duc d’Anjou.
    Il a du échappé à Catherine Rouvier que François Fillon a les mêmes défauts que Jean-François Copé,il a prôné lui aussi une Union Civile: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/mariage-pour-tous-cope-et-fillon-accusent-le-gouvernement-d-avancer-en-catimini-vers-la-gpa_1215348.html

  15. luc777

    Très bon article et bravo à Mme. ROUVIER pour son analyse: il faut en effet arrêter de jouer aux bisounours. Tant que la majorité des dits défenseurs de la famille chercheront à “plaire” au gouvernement et aux médias aux ordres et, plus encore, à tomber dans le piège de la GUERRE DES MOTS (avec notamment le concept fallacieux de “lutte contre l’homophobie”), le diable continuera à rire sous sa cape !!
    Mais les cadres de “la manif pour tous” peuvent-ils comprendre ces choses là ? Se rendent-ils compte au moins qu’en acceptant les “règles” de l’adversaire, les dés ne pourront qu’être pipés d’avance?

  16. Gisèle

    Nous avons un mois pour la préparer en toute sécurité , avec juste ce qu’il faut de fermeté et de malice , avec détermination et confiance en gardant en tête que nous marchons pour une même cause juste et essentielle .

  17. LAROCHE

    Bonjour à Tou(te)s,
    En lisant ce topic et ses 36 commentaires, je note qu’il y a une distorsion de réalité sociétale : vous restez stricto sensu en vase clos, dans un monde un peu (re-)fermé sur lui-même avec un classement assez facile à définir.
    Alors ma question est simple : dans le paysage politico-social qui est le nôtre, il y a quantité d’allogènes assimilés de fait sinon de droit que vous ne mobilisez pas (asiates, africains, maghrébins, etc). Et parmi tous ces gens : boudhistes, animistes, chrétiens, musulmans, etc il y a 90% de gens “normaux” comme vous qui ne supportent pas cette chienlit gouvernementale.
    Vous voulez être entendu du Pouvoir ?? Simple : ne laissez pas Mechancon et ses sbires les manipuler, exposez-leur (notamment à leurs leaders, d’égal à égal, avec ce geste d’humanité et de dignité qu’avait un Charles de Foucauld avec eux tous, dans l’Orient d’alors) l’ENJEU majeur du combat moral et politique… et mobilisez-les avec vous !
    Là vous obtiendrez une puissante manifestation politique que le petit peuple de la gauche caviar et libertaire aura du mal à contenir ! Si le 24/03 c’était le flop, pour avoir – entre autres – ignoré et la réalité décrite par cette analyste, et la réalité des populations existantes dans notre Pays, alors vous auriez réellement perdu et il faudrait penser à regarder ailleurs.
    A contrario… une promenade dans les jardins de l’Elysée ou/et sur les bancs de l’Assemblée-Nationale n’est pas à exclure, le nombre (et il serait massif !) faisant la Force, non seulement le 24/03, mais le 01/05 si le Pouvoir reste sourd à la Volonté générale !

  18. Xavier

    Ce 13 janvier était magique et restera historique(…jusqu’au 24 mars). Pour cela merci à toi Virginie et le collectif “la Manif pour tous”. Mais c’est clair aussi que nous avons été insultés avec ce chiffre 340000 jamais repris. Donc là j’ai envie dire les JMJ c’est fini!

  19. Solange

    Ce texte reflète exactement ce que la majorité pense, majorité trop longtemps prise en otage par Birgit Fardeau.
    Le “festivisme” (tare des sociétés décadentes selon Philippe Murray) n’a que trop sévi : soyons POLITIQUES ! Passons à la vitesse supérieure, arrêtons de nous excuser d’exister, exigeons ce que nous voulons, imposons-nous !

  20. Gilles Eldée

    Prêtre en paroisse, je n’ai pu trouver la possibilité de m’échapper pour la manifestation du 13 Janvier, mais je n’ai pas forcé en vue de son expresion menée par Virginie Telenne. Après avoir lu attentivement l’expression plein de bon sens, de lucidité et de compétence, je ferai tout mon possible pour participer à celle du 24 Mars

  21. Jacques NICOLAS

    Je vois en les lisant de biens tristes sires. De ceux qui dans le secret de leurs cabinets regagnent des années après les guerres que leurs anciens ont perdu.
    Qui d’entre vous peut se vanter d’avoir mis dans la rue un million de personnes ? Certes Frigide Barjot est un peu trop ceci où pas assez cela. Mais c’est sûr, à sa manière avec son style elle sert avec courage une bien noble cause. D’autres femmes auraient pu se montrer, plus médiatiques, plus politiques mais elles ont préféré rester cachés pour ne pas décevoir leurs conseillers et chercher une place honorable dans la vie politique.
    Certes Frigide Barjot n’est pas tradi. Elle n’a pas le look coquin des robes longues et des mantilles. Seulement elle a accepté de se mettre au service d’une cause qui se construit et qui fera, si Dieu le veut, peut-être bouger les choses. En un jour dans la rue, il y avait plus de vingt fois Civitas. En quelques semaines plus de 700 000 signatures.
    Ah, mes amis ! Qu’on a plaisir dans nos rangs à perdre les combats en expliquant pourquoi et comment on aurait pu gagner, …..si et seulement si.
    Alors, pour terminer il faut bien vous le dire : secouez la poussière qui recouvre vos idées et vos banderoles et venez, avec nous, combattre cette loi folle.

  22. catherine

    Excellente, excellente analyse!
    Les organisateurs de la manif ménagent la chèvre et le chou.
    Ils sont pour l’homosexualité et sa reconnaissance.
    Bien qu’étant à Paris le 24 je ne suis pas sûre d’aller à cette manif.,pour manque de motivation par rapport au message, alors que j’ ai été aux autres.

  23. Arthur

    Cette analyse est bien sûr intéressante, mais elle suppose que l’adversaire et l’opinion publique ne réagissent que par réflexe et à court terme.
    Ce qui est en très grande partie FAUX.
    En réalité la clique “franc” maçonne qui nous gouverne n’est pas bête et sait parfaitement compter les manifestants et mesurer leur détermination.
    Quant aux journalistes qui sont à peu près tous de religion “franc”-maçonne, ils n’hésiteraient pas à tenter de retourner l’opinion contre d’horribles cathos (réacs, fachos, etc) si la manifestation prenait un tour moins bon enfant.

  24. G

    Interview à faire parvenir de toute urgence au Comité La manif pour tous.
    Mais il y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    On ne peut pas à la fois refuser le projet de mariage homosexuel et défendre ces mêmes homes au nom de la pseudo homophobie.
    Avec Barjot et consorts, Hollande peut dormir tranquille même le 24 mars !

  25. ESTHER

    OUI il faut réellement que “les portes parole” soient toujours notre reflet au risque sinon de nier eux aussi la démocratie, ce qui ne leur ressemble guère, et à présent changent le ton. Nous ne monterons pas de Province le 24 mars si c’est encore pour être des gentils toutous roses et blonds car le gouvernement s’en fout et se moque de nous.

  26. G

    @ Victoire
    La plupart des monarchies européennes ont adopté le mariage homosexuel. Seules 3 républiques (Islande, Portugal et bientôt France) ont suivi ce qui a été fait dans ces pays monarchiques.
    La république de Pologne a refusé de voter le Pacs. En république hongroise, l’interdiction du mariage homo est inscrite dans la Constitution. Etc.
    Vous dites “Louis XX” ; je vous réplique : vive le premier ministre hongrois, Viktor Orban, si critiqué par l’Union européenne et les médias de l’oligarchie.

  27. zz

    Comme l’a relevé un commentaire, cette analyse est bien juste.
    Avec ces directives, la manif du 13 janvier rassemblait 10 000 personnes au plus et le message ne passait pas.
    Mme Rouvier choisit la pureté idéologique de préférence à l’efficacité : or il s’agit d’un combat politique, il s’agit de convaincre le plus de monde possible, et non de rester entre soi.

  28. Excalibur

    Parfaitement d’accord ! Pendant la manif du 13 janvier, le responsable de la sono répétait sans arrêt de montrer que c’était une manifestation “joyeuse” et que nous venions pour “fêter la famille”. Non ! Le peuple français est en colère et ce n’est pas en jouant aux bisounours qu’il a une chance de faire fléchir le gouvernement !

  29. Cazabelmo

    Superbe analyse ! Les vivats aux homos et l’homophobie, on en a vraiment plus qu’assez! Cela dit, il est vrai que si Frigide Barjot n’avait pas fédéré ce mouvement,la manif pour tous aurait été ridiculement insignifiante, donc bravo et respect à cette infatigable battante. On ne voit pas bien qui pourrait être “chef” dans ce combat qui n’est autre que le Combat contre le Démon qui s’ingénue à détruire l’Oeuvre de Création Divine…Continuons donc à prier l’Esprit Saint d’ici le 24 mars !

  30. DB2

    Je pense que le le style festif et bisounours à été vraiment fédérateur et mobilisateur. Grand merci aux organisateurs de la manif pour tous. Cette foule de manifestants s’est mobilisée pour dire au gouvernement ” Attention, nous n’allons pas avaler ces couleuvres sans rien dire ni faire” . Un million de manifestants aurait pu suffire à faire réfléchir et infléchir les politiques mais nous sommes tombés sur des dogmatiques libertaires, sans foi mais faisant la loi.
    En effet la colère gronde et les Bisounours deviennent des ours polaires affamés de respect, de bon sens, de dignité dans leur représentation. Mais la colère n’est pas bonne conseillère. Jouons plutôt finement avec les cartes que nous avons déjà en mains: élections municipales bientôt, voyons comment labéliser des candidats, créer des listes… Plutôt que nous jeter dans des combats hasardeux. Et restons joyeux et fiers de nous être retrouvés!

  31. Benjamin

    Je suis soulagé de lire cette analyse. Mon épouse s’est occupée d’organiser des bus sur le département ou nous vivons, au départ sous l’étiquette des AFC. Rapidement, nous avons du nous déclarer auprès de l’organisation de la Manif pour Tous, qui au demeurant était bien structurée et nous a aussi apporté du soutien. Par contre nous avons reçu un gros formatage de leur part, jusqu’à recevoir des textes sur ce qu’il fallait dire et ne pas dire. Suite a un article dans la presse locale, ou mon épouse a été interviewée, on nous a même reproché d’avoir parlé de nos valeurs chrétiennes.
    Au final quatre bus sont partis (toujours sous l’étiquette AFC), 1 prêtre par bus afin de gérer des temps de priére. Évidemment, nous avons aussi emmener des personnes qui s’étaient inscrites auprès de Manif pour tous, ce qui a eu pour effet dans certain bus de ne pas prier.
    Arrivé sur place, il a fallu se disputer avec les pauvres jeunes bénévoles pour pouvoir conserver certain de nos panneaux, ainsi que les croix que d.autres portaient a leur cou (par habitude et pas pour la manif). en conclusion, un des prêtres nous a dit que,la prochaine fois il partirait avec Civitas.
    Il est vrai qu’il n’est pas évident de rassembler largement, mais chacun doit pouvoir exprimer selon sa liberté de conscience, qui a mon sens était muselée ce dimanche de la manif.
    Bien sur, nous restons mobilisé quand même….

  32. GéGé

    Pas du tout d’accord avec le fond de l’article. La psychologie des foules, selon Gustave le Bon, tend à faire perdre son bon sens, sa responsabilité, sa personnalité au profit d’une masse qui ne se contrôle plus. Et qui peut faire et dire n’importe quoi. Gardons au contraire notre libre arbitre dans une ambiance fraternelle et non fusionnelle. C’est une attitude beaucoup plus en accord avec les valeurs chrétiennes.
    D’autre part, Catherine Rouvier semble ignorer, comme beaucoup et même moi-même jusqu’à récemment, le véritable parcours de Frigide Barjot, plus diplômée et expérimentée en droit qu’on ne l’imagine. A voir sur son blog : http://www.frigidebarjot.com/category/biographie/

  33. Nicou

    Bien sûr il faut informer les organisateurs de la “Manif pour tous” de l’article de Catherine Rouvier. C’est la raison pour laquelle je leur ai envoyé un copié/collé du début avec renvoi au “Salon beige” pour la suite.
    La plupart connaissent certainement mais… s’ils sont débordés ils ne l’auront peut-être pas vu…

  34. catherine

    « Quand le Mal a toutes les audaces, le Bien doit avoir tous les courages. »Beaumarchais
    Article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
    Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droitset le plus indispensable des devoirs.

  35. Morlez

    Il y a des étapes dans l’action.
    Ne critiquons pas la manif du 13 janvier et ses organisateurs car sans cet évènement, qui se serait mis en mouvement, comment 1 000 000 de personnes se seraient rassemblées?
    Maintenant, oui il faut faire faire trembler, sans offenser. Et dire sur quoi porte le refus de tous.
    Ce qui à quoi personne ne souscrit, même les parlementaires – c’est qu’un enfant naisse à condition d’être privé de sa filiation véritable. LE FONDS DU REFUS, C’EST L’ADOPTION PLENIERE. Si l’on focalise sur cet aspect, toute la logique de la loi tombe.

  36. ML

    Je pense que beaucoup ont été frustrés du ton de la 1ère manif. Il n’y a pas de longs discours à préparer….seulement demander le retrait du projet de loi avec détermination, sans avoir à se justifier, sans cacher ce qu’on est (Merci Frigide pour le “nous ne sommes pas des cathos de droite réacs” prononcé au Champs de Mars, et bien si quand il s’agit des valeurs concernant la famille!!!) ni avoir peur du lobby homosexuel qui ne représente qu’une petite poignée de personnes. Alors yn peu moins d’hypocrisie sur le profil des personnes qui manifestaient et ce sera parfait!

  37. marmotte

    Pas du tout d’accord avec le fond de l’article. La manipulation des foules aboutit à une perte de contrôle et donc des objectifs qui étaient les nôtres : une manifestation sans débordements (sans débordements dans les mots, sans débordements dans les actions etc.).

  38. aleks

    Je suis entièrement d’accord avec Arthur.
    A Catherine : bien sûr, tu fais ce que tu veux mais grâce à des personnes qui s’abstiennent (de participer, de voter…) aux moments-clés de l’Histoire de la France, tous les Hollande, les Taubiras, les Belacacem et autres Duflots sévissent dans ce pays avec les dégâts que l’on connait!

  39. Lucie

    @Catherine: Pourvu que ceux, dont je fais partie, qui ont pu trouver le mouvement du 13 janvier criticable, ne fassent pas comme vous dites ici, sinon il n’y aura personne le 24 mars; pourvu que nous sachions tirer des leçons des succès et des échecs du 13 janvier pour obtenir le retrait du projet de loi le 24 mars; et pourvu que vous-mêmes vous joigniez à la mobilisation comme chacun. Restons mobilisés et unis. Cet article est intéressant et pertinent pour que nous réfléchissions à la manière de réussir au mieux la manifestation du 24 mars, mais par pour semer la division! Qu’il y ait des moyens de s’améliorer, certes, qu’y réfléchir dissuade certains de venir le 24 mars, non; il faudrait être fou pour ne pas venir le 24 mars car cela ferait pleinement le jeu du gouvernement. Car, le million qui était réuni le 13 janvier n’était peut-être pas suffisant mais il était nécessaire, tout comme 2 millions de personnes sont nécessaires le 24 mars pour faire reculer le gouvernement comme en 1984 (il y avait plus de deux fois plus de monde à Paris le 24 juin 1984 qu’à Versailles le 4 mars 1984). Alors, nous avons un mois pour mobiliser le nombre et la qualité. Un des moyens: s’investir dans la Manif pour tous en tant que volontaire au niveau local; on est ainsi plus crédible et on peut faire des propositions (c’est ce que je fais). Il faut être clair: quand on reste chez soi, on cautionne le gouvernement, alors qui préfère-t-on cautionner? Je ne sais pas quelle est la solution mais il faut savoir aussi qu’en 1984, il n’y avait pas le piège de l’homophobie. Dans toutes les manifestations de la manif pour tous, j’ai vu de nombreuses personnes qui affichaient leur identité et leurs propres panneaux et les organisateurs de la manif pour tous ne disaient rien; personne ne nous oblige à porter le panneau rose bonbon.
    Frigide Barjot n’est pas parfaite, mais personne n’est parfait. Et personnellement, je n’ai pas de talents pour être chef. Si parmi les adeptes des “faut qu’on” il y en a qui en ont, qu’ils mettent leurs talents au service de la manif pour tous avec plaisir!
    Je nous souhaite à tous une saine colère pour le 24 mars: une colère avant tout mobilisatrice et fédératrice autour d’un objectif commun: demander le reatrait pur et simple du projet de loi.

  40. Jean Theis

    Je suis de ces personnes qui se démobilisent. A l’émission du Dr Diclès de radio espérance (Radio Courtoisie) aujourd’hui, un intervenant a clairement dit que toutes ces manifs ne servaient à rien, et la preuve en est qu’on n’a rien obtenu du tout.
    Le Dr Diclès n’est pas en cause, ce n’est pas lui qui a prononcé ces paroles guillotine, mais un intervenant, un journaliste je crois, dont je n’ai pas retenu le nom, prenant toujours l’émission en retard (cause: la messe !)

  41. esprit libre

    Attention : si beaucoup de commentateurs sur ce fil approuvent soit l’analyse donnée soit certaines remarques, ce n’est pas pour autant qu’ils rejettent l’action menée par l’équipe nationale de LMPT et ne reconnaissent pas l’énergie déployée très tôt par Frigide Barjot !
    … Mais ils peuvent avoir leurs préférences et leurs regrets… et certains ont des brevets d’engagements réels et dans la durée et donc ne sont pas des commentateurs au chaud derrière leur écran !
    Il vaut mieux s’interroger maintenant, certes sans esprit de démolition ni de division. Mais on ne peut, sous prétexte que l’équipe de LMPT s’est engagée tôt et de manière tenace, récuser toute critique des perruques, des chars techno, du rose bonbon ou de la reprise aberrante du terme “homophobie” – qui ne veut rien dire étymologiquement et qui n’a été inventé que pour nous faire taire.

  42. Pablo Delahousse

    De l’entretien de Madame Ravier et des commentaires de ce post, il se dégage, peu ou prou, que :
    – “il y a des étapes dans l’action” (@Morlez : merci de ce rappel :))
    – le succès de la Manif du 13/01, incontestable et porteur d’espérance, doit être un tremplin pour une nouvelle action, compte tenu du mépris persistant affiché par le gouvernement. Le point d’orgue des actions en cours sera donc la Manif du 24/03 ;
    – Il était nécessaire lors de la Manif du 13 janvier d’apparaître tels que nous sommes : joyeux d’être ensemble, mais déterminés ; bienveillants, mais pas “bonasses” pour autant … ; unis derrière des slogans simples, clairs et non agressifs ;
    – la Manif du 24/03 ne pourra être une redite de celle de janvier, afin d’éviter le risque d’essoufflement, et pour ne plus apparaître “que” comme des “bisounours” auprès de nos “élites” ; elle devra aussi être plus politique dans son ton – et toujours maîtrisée dans son action ;
    – Nous devons maintenir la pression sur les élus/candidats, qui pensent le plus souvent d’abord à leur maroquin au détriment de l’intérêt collectif… ;
    – L’idée de témoignages d’adultes élevés par deux hommes ou deux femmes, dans la méconnaissance totale de leur autre géniteur, serait à creuser, même si elle peut générer de la crispation, de la douleur, et la critique de “voyeurisme” ; ce type de témoignage pourrait permettre la prise de conscience chez certains de l’injustice portée par ce projet de loi, sans pour autant stigmatiser les personnes ;
    – L’absence de leader indentifiable peut apparaître préjudiciable car le gouvernement a beau jeu de nous prendre pour des “lambdas”.
    L’existence d’un leader ne serait pas incompatible avec le “collectif la manif pour tous”, qui a l’atout de rassembler largement (cathos, protestants, juifs, musulmans, athées, personnalités de gauche comme de droite, hétéros et homos, Français “de souche”, comme d’origine étrangère) et permet également à des personnes très différentes de se retrouver autour du même dénominateur commun : celui du refus de la “filiation-fiction” porté par le projet Taubira.
    L’idée du “chef” évoquée par l’auteur de cette analyse n’est pas aisée à mettre en pratique.
    Frigide Barjot, indépendamment de ses talents d’organisatrice, ne peut incarner ce leader.
    Pas plus qu’un dignitaire religieux, catho ou juif, car les partisans du mariage H/F rassemblent au-delà des croyants.
    Quant aux hommes politiques, il n’est pas souhaitable que l’un d’entre eux prenne la tête du mouvement, pour éviter tant la récupération politique que la “désertion” de ceux qui ne se reconnaîtraient pas en lui. Et de toutes façons, aucun homme ou femme politique n’a envie de représenter ce chef.
    Le duc d’Anjou a écrit de manière limpide, avec une belle hauteur de vue et sans passion, au sujet du projet de loi Taubira.
    Il a par ailleurs toujours indiqué être disponible pour tous les Français, dans la mesure où ces derniers l’appelleraient.
    Ne serait-il pas dès lors temps de le solliciter pour remplir ce rôle, au-delà de tout esprit partisan et de toute obédience religieuse… ? Je me pose la question !

  43. Yorgos

    @ catherine et @ Arthur et à quelques autres :
    Frigide et ses associés ont fait un excellent boulot, mais ce qu’on leur demande maintenant c’est de passer à la vitesse supérieure.
    A eux de se dépasser, de dépasser leur concept de base pour se porter au niveau du défi actuel : le déni d’un pouvoir tyrannique, et méprisant, et à tout prendre illégitime parce qu’il est contre le peuple, la majorité du peuple.
    A eux peut-être de nous aider à accoucher d’un chef, d’un vrai chef, prestigieux et légitime, lui, et surtout capable, visionnaire, organisateur éprouvé, et politique…
    Et si la manif perdait son côté bon enfant c’est le pouvoir, au premier chef, qui en serait responsable. Et déjà, qu’il garde ses “femens” au chenil…
    Quant aux journalistes la manif ne leur doit rien, et elle leur montre que l’on se passe d’eux, que l’on s’organise sans eux, et qu’ils risquent seulement d’avoir de moins en moins de lecteurs, par exemple, qui, électeurs, apprécieront de moins en moins que l’on subventionne à tout va des gens qui ont fait leur métier de mentir encore et encore…

  44. depassage

    Je trouve cette page extrêmement dangereuse : beaucoup de gens opposés au”mariage”homo sont déjà trop révoltés du silence dont sciemment on les entoure pour qu’une pétroleuse vienne agiter ici le chiffon rouge devant leur nez au nom de belles (?) analyses sorties tout droit de son bureau de thèse de sorbonnagre.
    La seule chose qu’on n’ait pas pu reprocher à la manif du 13 janvier était bien son calme et sa dignité. Ce qui s’était passé avec les Femen et Civitas nous vaut encore sur des blogs ordinaires (allez y un peu voir !) des allusions à “la haine” inscrite sur le visage de ceux qui, de fait, avaient été ignoblement agressés et s’étaient un peu défendus..
    Hollande-Taubira et Cie n’attendent que cela : du muscle, de la rancœur, des slogans provocateurs. On imagine ce que les medias aux aguets en tireraient !!
    Restons calmes et défilons de plus en plus nombreux, voilà une élémentaire sagesse, qui concorde mieux à nos idéaux que les théories.

  45. Jack

    Je suis tout à fait d’accord avec Paulin : “désolé, mais une manif menée selon les directives de cet article aurait sans doute rassemblé moins de 10 000 personnes”.
    La manifestation que Mme Rouvier décrit, c’est celle de Civitas, et on voit bien qu’elle n’a pas réussi à fédérer. Avoir une foule ne sert à rien si elle n’est pas grosse.
    De plus, est-ce que le phénomène de “foule” est vraiment souhaitable ? Mme Rouvier : “Or, seule la puissance invincible d’une véritable “foule” au sens psychosociologique du terme peut faire peur à un gouvernement jusqu’à le faire plier”. Si c’est la peur physique qui peut effrayer un gouvernement, elle effraye aussi les Français !

  46. Olivier M

    C’est une analyse très juste, fine et argumentée.
    Bien sûr que le rose bobon n’est pas crédible.
    Evidemment que “Frigide Barjot” ne peut pas être le leader de ce mouvement.
    C’est clair que le message de la manif doit avoir une portée et un message POLITIQUES.
    Et enfin il coule de source que Civitas ne doit pas être “exclue” de la manif par je ne sais quel cordon sanitaire détestable et qui rappellerait trop notre adversaire commun.
    L’Etat bolchévique ne nous fera jamais de cadeaux; alors cessons de croire qu’il faut s’afficher “contre l’homophobie” pour être crédibles…
    Pour être crédibles, il faut afficher ses convictions. Sans craintes et avec fierté.

  47. Flynnlejeune

    “La loi se réfère à un rapport de force. C’est le point de vue marxiste de la loi”
    Rien que ces propos justifient de descendre dans la rue.
    Il faut rappeler à JP Michel le nombre de fois ou la loi se référant à un rapport de force a conduit le monde au bord de l’abime.

  48. Jean Theis

    Je pense que si la manif demande avec trop d’insistance la démission de Hollande ou fait mine de trop s’approcher de l’Elysée, la police n’hésitera pas à tirer.
    Nous ne sommes pas dans une gentille démocratie, mais sous une dictature très dure où non seulement nous ne pouvons plus parler, mais où on prétend lire dans nos pensées.

  49. Dom

    On peut critiquer sans détruire. Il n’est pas question de cracher sur le travail qui a été fait par le collectif “La Manif pour Tous” jusqu’à présent, sans lequel la grosse mobilisation du 13 janvier ainsi que les multiples initiatives locales n’auraient probablement pas eu lieu.
    Mais il s’agit aussi d’être lucides. Le gouvernement ne nous craint pas pour l’instant. Les CRS le long de nos cortèges c’est pour nous protéger, pas par peur d’actions fortes de notre part. Il faut passer à la vitesse supérieure, dans la légalité et le respect de nos valeurs chrétiennes. Etre forts dans nos convictions. Qu’ils nous traitent d’homophobes, on le prendra pour un compliment de leur part !
    Montrons notre détermination. En ordre.

  50. Lucie

    @Jean Theis: ressaisissez-vous! Tirons les meilleurs conseils de cet article, comme ont su le faire certains lecteurs, pour que le mouvement du 24 mars soit un succès!
    Ce n’est pas en se démobilisant qu’il le sera.
    Le Salon Beige a très bien intitulé cet article: “conseils pour la manifestation du 24 mars”, et non “raisons de se démobiliser”.
    Il est faux que nous n’avons rien obtenu jusqu’à présent; sans la manif pour tous, la loi serait peut-être déjà passée.
    Maintenant, passons à la vitesse supérieure; merci à ceux qui ont relayé cet article à la manif pour tous. Je viendrai le 24 mars assurément, en colère!
    Le gouvernement mise sur notre essoufflement, sachons ne pas faire son jeu!

  51. Damien

    Soyons objectifs, nous avons été 1 million dans la rue (et non pas 30.000 comme aux marches pour la vie ou évènements semblables), parce que le collectif de la manif pour tous a affiché une ligne suffisamment “light” pour mobiliser une certaine France qui a des valeurs solides, mais subit la tyrannie médiatique et redoute plus que tout de se faire traité de ringard, réac, homophobe…
    Je le déplore mais c’est comme ça…
    Néanmoins ces bisounoursades du 13 janvier nous ont montré à nous mêmes que nous pouvions être un million dans la rue.
    Et de plus, depuis le 13 janvier, le pouvoir en place (j’entends depuis 40 ans, pas seulement 9 mois) a continué de montrer un peu plus son vrai visage
    L’heure est au discours offensif, clair et assumé !

  52. LAROCHE

    En fait le noeud du problème est qu’au delà de la chose politique, cela atteint la Religion en son coeur même !
    En effet la Loi insolente de cet Etat de circonstance atteint le Décalogue : ” tes père et mère honoreras afin de vivre longuement ! ” et, le Décalogue est commun aux trois grandes Religions monothéistes : Christianisme, Judaïsme, Islamisme !
    Dès lors il faut aller chercher les Evêques, les Rabbins et les Imams et les mettre au premier rang, et tout le monde les suivra soudés entre eux… contre l’Athéisme et ses turpitudes.
    Ce sera le combat de GOG et MAGOG ! Les croyants, craignant (au sens positif du terme) DIEU, et les incroyants et autres mécréants ! Là, la donne changera sûrement ! Faut-il encore le vouloir ! Faut-il encore mobiliser les Chefs religieux naturels des uns et des autres !
    Faut-il encore le vouloir ensemble ! Mais je suis quasi sûr que si les chrétiens demandent aux musulmans de s’unir pour lutter contre cette ignominie, l’Union se fera sûrement car l’Enjeu l’est autant pour eux, que pour nous ! Et là, pas de lézards, la Rue fera abolir la Loi : vox Populi = vox Dei !
    A quelque chose malheur est bon, les athées auront par leur obstination et leur aveuglement soudé la Société tout entière (contre eux !) sans l’avoir voulu… et le Diable se prendra les pieds dans le tapis ! 😆

  53. Lug

    Et même plus,on ne peut plus reculer : si avec plus d’un million de gentils manifestants, le pouvoir socialiste peut se contenter de nous pisser dessus et même d’en rajouter (PMA, GPA, euthanasie, mariage étranger, etc), pourquoi se gêneraient-ils pour aller encore plus loin ? Il faut une mobilisation et des actions qui fassent politiquement mal, même à deux fois moins. Si pas de Marine, pourquoi pas Gollnisch ?

  54. Henri Peter

    Excellente analyse sur des faiblesses qui empêchent d’arriver au but. Ne pas d’égailler dans la nature, ce que déjà Bernanos avait analysé pour les cathos. .
    Concretement il faut trouver un ou une chef, où à défaut une âme pour se concentrer sur un seul trajet et rester après, être têtu et arrêter de s’excuser d’être pour ce qui est évident pour qui réfléchit, sans différentiation nous sommes tous morts, mortelle entropie. De plus il faut laisser les autres se découvrir et ne pas s’isoler du coeur vivant de Paris
    Catherine Rouvier au charbon. Merci encore à elle.

  55. carmel gindre

    Un peu tard pour réagir : défaut d’internet qui laisse place à la réactivité mais peu à l’approfondissement :
    Notre force est dans notre faiblesse ; nous sommes une foule de personnes libres, pour la plupart fidèles d’une religion basée sur la liberté et non une foule, un agrégat, une masse d’individus enrégimentés par un chef charismatique ou fascinés par un gourou… La force de Frigide Barjot c’est son autodérision, c’est aussi sa faculté de mettre en avant Tugdual Derville son parfait complément et aussi son contraire !
    Il ne faut pas confondre la France bien-élevée et rose bisounours mais capable de faire descendre un million de personnes dans la rue et la CGT rouge sang, pro de la manif et incapable de réunir autant de monde. Imaginez juste ce qu’aurait fait la CGT avec nos militants : un bain de sang !!!
    Notre force est dans notre faiblesse (ça doit vous rappeler quelque chose non ?)
    Carmel Gindre
    mère de 7 enfants dont le dernier est trisomique :c’est pour cela que je m’y connais en faiblesse 😉

  56. VdR

    Frigide Barjot a beaucoup de mérite, et s’est démenée avec une immense énergie, c’est certain.
    Mais qu’on cesse de dire que c’est uniquement grâce à elle qu’un million de personnes étaient dans la rue. C’est aussi – et grandement – grâce à d’autres porte-parole ; grâce à tous ceux qui se sont démenés en région (et pas forcément sous l’étiquette LMPT ; beaucoup n’ont d’ailleurs pas attendu que cette LMPT émerge pour amorcer des actions) ; grâce, tout simplement, à tous les français et les petites gens qui trépignaient, se démenaient avec leurs actions propres, et ont petit à petit rejoint le courant.
    D’ailleurs, beaucoup sont venus… malgré Frigide Barjot, et ça a aussi été un exercice de motiver ces gens-là.
    Ceci dit, une fois encore, je lui reconnais un certain mérite.

  57. Judith

    Les allogènes ne sont pas mobilisés pour d’autres raisons que celles que vous invoquez et ce n’est pas à nous de les convaincre mais c’est à eux de se décider. Ils sont parfaitement au courant de cette loi et de sa folie mais ils ont voté pour le gouvernement et contre la France ; je ne dis pas tous, mais beaucoup et c’est la raison de leur silence. Un Charles de Foucauld ? Certainement. Mais nous ne sommes plus en Algérie au début du 20 ème siècle mais en France en 2013 et vous nous dites -en décodé- que nous sommes virtuellement morts ? Ils vivent en France, ils habitent en France, ils usent de la France, mais ils ne l’aiment pas. Les dégâts terribles de cette loi ne les touchent pas pour cette raison : ils ne sont pas héritiers de la France, de son âme, de son essence, de son histoire.

  58. Judith

    Ayant beaucoup réfléchi, médité, étudié sur cette question, j’ai une réponse à ce comportement des allogènes. Ils sont venus à cause des plaies de leurs pays, mais ils n’ont pas de reconnaissance pour ce qu’ils reçoivent en France et qui ne sort pas du mur, mais du travail, des souffrances, du sang et des larmes des générations et des générations de nos prédécesseurs. Ils ne portent pas en eux cette conscience de la France et ce n’est pas ce qu’on leur raconte en France depuis 60 ans qui peut leur faire aimer et connaitre la France.

  59. Borago

    Excellente analyse de Madame Rouvier. Mais au vu des tous récents revirements, je crains que le cours que vous nous avez donné n’ait pas été compris. Je redoute de nous retrouver le 24 mars dans le même cas de figure que celui que vous dénoncez si justement.

Laisser un commentaire