Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Congo : les regrettables « regrets » du roi des Belges

Congo : les regrettables « regrets » du roi des Belges

De Bernard Lugan :

Le mardi 30 juin 2020, pliant à son tour sous l’air du temps, le roi des Belges a présenté « ses plus profonds regrets pour les blessures infligées lors de la période coloniale belge au Congo ». Des « regrets » qui n’avaient pas lieu d’être. Pour au moins quatre  raisons principales :

1) En 1885 quand fut internationalement reconnu l’État indépendant du Congo (EIC), les esclavagistes zanzibarites dépeuplaient tout l’est du pays. Ayant largement franchi le fleuve Congo, ils étaient présents le long de la Lualaba, de l’Uélé, dans le bassin de la Lomami, un des affluents majeurs du Congo, et ils avaient quasiment atteint la rivière Mongala. Dans cette immense région, de 1890 à 1896, au péril de leur vie, de courageux belges menèrent la « campagne antiesclavagiste ». Au lieu de lassantes et injustifiables excuses, c’est tout au contraire la mémoire de ces hommes que le roi des Belges devrait célébrer. Parmi eux, les capitaines Francis Dhanis, Oscar Michaux, van Kerckhoven, Pierre Ponthier, Alphonse Jacques, Cyriaque Gillain, Louis Napoléon Chaltin, Nicolas Tobback et bien d’autres. Pour avoir voulu arracher les malheureux noirs aux esclavagistes musulmans venus de Zanzibar et de la péninsule arabe, Arthur Hodister et ses compagnons ainsi que le lieutenant Joseph Lippens et le sergent Henri De Bruyne furent massacrés. Les deux derniers eurent auparavant  les mains et les pieds coupés par les esclavagistes. Leurs statues vont-elles être déboulonnées ? Probablement, tant l’ethno-masochisme des Européens semble être sans limites.

2) Dans le Congo belge les services publics fonctionnaient et des voies de communication avaient été créées à partir du néant, tant pour ce qui était de la navigation fluviale, que des voies ferrées, des aérodromes ou des ports. Quant au réseau routier, il était exceptionnellement dense, des pistes parfaitement entretenues permettant de traverser le pays d’ouest en est et du nord au sud en toutes saisons. Après l’indépendance, ces voies de communication disparurent, littéralement « mangées » par la brousse ou la forêt.

3) La Belgique n’a pas pillé le Congo. Et pourtant, cette colonie fut une de celles dans lesquelles  les profits  furent les plus importants. Mais, à partir de 1908, les impôts payés par les consortiums et les privés furent en totalité investis sur place.  Le Congo belge pouvait donc subvenir à ses besoins, le plan de développement décennal ainsi que les investissements étant financés par les recettes locales tirées de l’impôt des grandes sociétés.

4) Parmi toutes les puissances coloniales, la Belgique fut la seule à avoir défini un plan cohérent de développement de sa colonie en partant d’une constatation qui était que tout devait y être fait à partir du néant. En matière d’éducation, la France et la Grande Bretagne saupoudrèrent leurs colonies d’Afrique sud-saharienne tandis que la Belgique choisit de procéder par étapes et de commencer par bien développer le primaire, puis le secondaire et enfin seulement le supérieur. Mais, pour que ce plan puisse être efficace, il lui fallait encore une certaine durée. Or, il fut interrompu par l’indépendance alors qu’il fallait à la Belgique au moins deux décennies supplémentaires pour le mener à son terme.

Alors, certes, il y eut une période sombre dans l’histoire de la colonisation belge, avec une politique d’exploitation fondée sur le travail forcé et dénoncée en 1899 par Joseph Conrad dans son livre « Au cœur des ténèbres ». Mais ce ne fut qu’une parenthèse de quelques années. A partir de 1908, le Congo rentra en effet dans l’Etat de droit et ses ressources ne servirent plus qu’à sa mise en valeur.

Voilà pourquoi, en plus d’être  regrettables, les « regrets » du roi des Belges sont une insulte à de grandes figures belges et à l’Histoire de son pays.

Partager cet article

6 commentaires

  1. “En matière d’éducation, la France et la Grande Bretagne saupoudrèrent leurs colonies d’Afrique sud-saharienne tandis que la Belgique choisit de procéder par étapes et de commencer par bien développer le primaire, puis le secondaire et enfin seulement le supérieur.” écrit Bernard Lugan.

    En ce qui me concerne, j’ai plutôt rencontré des Africains éduqués en Côte d’Ivoire (ex Française) qu’en Afrique centrale (ex-Britannique) ou qu’à Kinshasa (ex-Belge). Ce n’est pas une démonstration ni une preuve mais Bernard Lugan a parfois le sous-entendu facile… même si l’ensemble de son discours est en général bien documenté.

  2. Voilà comment termine un roi asservi à la démocratie donc à la démagogie, comme une potiche ou un perroquet.

  3. On pourrait simplement résumer en disant que si les Belges n’avaient pas colonisé le pays, ses habitants auraient conservé un niveau de civilisation paléolithique. Ce qui n’exclu évidemment pas l’esclavage, bien au contraire.
    Bien sûr en disant cela on serait assuré de se retrouvé au pilori, d’autant que la chose enchanterait de nombreux écolos (qui n’imaginent pas une seconde se priver eux-mêmes de la modernité).

    • Il y a effectivement des choses regrettables dans cet article qui escamote purement et simplement une période de brutalités sans limites qui a provoqué l’horreur dans tous l’occident, et ce il y a plus d’un siècle.
      De 1885 à 1908 en effet, sous l’appellation de l’Etat indépendant du Congo (reconnu lors de la conférence de Berlin 1884-85), ce territoire fut considéré et administré comme la propriété personnelle du roi des Belges, Léopold II.

      Pendant cette période, les atrocités commises sur les populations locales en vue d’extraire un rendement maximal des ressources (principalement l’ivoire et le caoutchouc) ont suscité l’indignation, avec notamment « l’affaire des mains coupées ». Cette affaire témoignant des mauvais traitements infligés à la population avec son lot de mutilations poussa à la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale en 1904. Son rapport a notamment eu comme conséquence l’annexion du Congo par la Belgique en 1908.
      Il n’y a pas de statistiques officielles sur le nombre de personnes qui ont perdu la vie à cause de l’occupation mais les estimations se situent entre 500000 et 5 millions et jusqu’à 10 millions.

      Et que penser de la solidité de l’argument selon lequel les crimes de masse n’ont duré que quelques années ?

      Bernard Lugan se serait il permis d’utiliser cet argument pour l’Europe du début des années 40 ?

  4. si même les rois d’occidents se mettent à s’autoflageller,

  5. Il y a une confusion terrible dans certains commentaires imputable à l’ignorance.

    Quelqu’un qui aurait pris la peine de se renseigner sur le sujet, c’est à dire les déclarations exactes du roi des Belges et la teneur du discours du président de la République Démocratique du Congo se serait immédiatement rendu compte qu’il s’ agit pour les uns et pour les autres d’établir honnêtement ce que fut le passé afin d’en tourner la page et d’avancer en approfondissant une amitié.

    On voit bien que l’idée d’une repentance masochiste tournant en rond n’a rien à voir avec une démarche de personnes déterminées à aller de l’avant dans le but de construire une amitié solide fondée sur le respect mutuel.

    Quand on est amis on se dit la vérité.

    Quand on a des torts envers un ami on lui en exprime les regrets.

    Simple à comprendre à partir du moment où l’on se renseigne rigoureusement et l’on évite les avis qui ne sont guère que des projections de peurs fondées sur l’ignorance.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services