Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

Confinement

Confinement

Thomas Flichy de La Neuville, agrégé d’histoire, titulaire de la chaire de géopolitique de Rennes Schooi of Business, professeur invité aux Universités d’Oxford, de Saint-Petersbourg ainsi qu’à l’académie diplomatique de Vienne, publie un petit ouvrage sur L’Enfermement ou l’humanité sous cocon, dans lequel il revient sur la symbolique du confinement. L’enfermement du corps et du visage comporte une dimension symbolique primitive de premier ordre : cette mise au tombeau se présente en effet comme la résurgence d’un rite archaïque d’une grande puissance présidant à la naissance d’une cité nouvelle et à la purification de ses habitants. Pour naître à nouveau, un fantasme primitif suggère en effet qu’il faille retourner dans le sein de sa mère. Toutes les mises en scènes de séduction publicitaire ne sont que les déclinaisons à l’infini du fantasme de retour dans le ventre maternel. Cette régression n’est toutefois possible qu’à l’occasion d’un choc traumatique, tel l’irruption d’une épidémie. Or ce danger n’est pas perçu de la même manière par les élites et les masses. Lors de l’épidémie de choléra en 1832, les gens des classes supérieures s’alarmèrent les premiers. Quant au peuple, il buvait à la santé du choléra, le prétendait inventé par le gouvernement afin de détourner les regards de la politique et placardait en lettres rouges : on empoisonne dans les hôpitaux.

L’auteur souligne ainsi que les épidémies traumatisent d’abord les élites avant de faire paniquer les masses.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Excusez-moi, mais ce M. est un bon rationaliste en raisonnant ainsi; et marqué par le freudisme…

  2. Bonsoir à vous. Je ne sais pas quel est le but de l’auteur qui est agrégé d’histoire.
    C’est ‘normal’ que les classes dites supérieures s’alarment en premier. Elles se croient mieux informées et elles le sont souvent.
    Et pourtant, Jésus, l’homme parfait, bien informé, Dieu tout amour, côtoie le lépreux.
    La question devrait être : les élites d’une société païenne sont-elles facilement sujettes à la superstition, superstition qu’elle impose aux classes populaires afin de maintenir une distance afin de gouverner, souvent par la peur distillée et instillée (masque, vaccin-messie) ?
    Quand Mgr. Aupetit, médecin, sort avec de nombreux évêques ‘masqués’ sur le parvis de Montmartre en 2020, que dit-il au pouvoir en place et aux fidèles avec cet accoutrement ? Quand le médecin Aupetit parle de la bave que les fidèles déposent sur ses mains lors de la seule licite communion dans la bouche, que veut-il transmettre aux auditeurs de RND ?
    Nos élites actuelles sont déboussolées, sans cap, dépourvues de l’humble humilité liée à la vérité en marche. Vous ne pouvez pas imaginer l’immense espoir que suscite en moi cette errance manifeste, criante, aberrante, des élites et des chefs. En effet, ce sera aisé de redonner le sel aux humbles fidèles croyants, égarés par de faux bergers. Si Biden est interdit de communion aux USA, même contre l’avis de François, les membres catholiques de la Cour Suprême vont devoir aiguiser à nouveaux frais leur conscience. Et par répercussion médiatique, c’est l’ensemble du monde occidental qui va voir que l’Eglise a encore du jus de vie, du sperme de vie pour remettre l’homme debout et vivant en le sortant du nihilisme suicidaire actuel. En un ou deux ou dix ans, vous verrez même que la communion dans la main, sans bave de crapaud, ne sera plus pratiquée car le retour aux mains consacrées du prêtre catholique refondera la belle frontière : laïcs/clercs. Et après ce sera le dogmatisme de la contraception qui s’effondrera. L’Espérance est en Marche.

  3. Moi, je ne sens pas les élites traumatisées…combien de masques, de poignées de mains…au G7 ? Elles savent que le covid c’est pipot et qui souffle dans ce pipot.

  4. Veuillez m’excuser (à nouveau !), mais j’ai été piégé par votre texte, un mauvais pillage de la 4° de couverture de l’ouvrage…

    Je vous conseille l’émission de TVL Perles de Culture n°302 dans laquelle l’auteur est reçu, ce qui donne une toute autre idée. Sans doute un homme trop discret à l’oral sous forme d’interview – je concède qu’il doit être très difficile d’être interrogé par une femme telle qu’Anne Brassié – et parce que vrai chercheur, je veux dire penseur libre.

    Surement un auteur à travailler (cf les opuscules présentés sur TVL, les livres et articles divers) et je présente à nouveau mes plus plates excuses…

    Au-delà des réactions bien compréhensibles du Vivant et de Zong, revenir au titre de l’ouvrage : l’Enfermement ou l’humanité sous cocon. Il faut sans doute aller lire ‘Les loups sont de retour’ (2017) pour comprendre.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]