Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Complot ? Mario Draghi épinglé par le Médiateur européen

Ce n'est ni une fausse nouvelle ni un délire complotiste. Source en vo.

B_1_q_0_p_0Après une enquête d’un an, Mario Draghi, gouverneur de la banque centrale européenne, a été informé mercredi par le Médiateur européen, Emily O’Reilly, que ses relations étroites avec le groupe G30 basé à Washington menaçaient la réputation de la banque, malgré ses assurances contraires.

Les membres de ce club sont choisis par un conseil d’administration anonyme. Seule l’identité du président du conseil d’administration, Jacob A Frenkel, président de JPMorgan Chase International, a été rendue publique. O’Reilly a noté le secret et le manque de transparence du groupe quant au contenu de ses réunions. Elle a également demandé que tous les futurs présidents de la BCE soient interdits d’adhésion au club, qui était auparavant nommé Groupe consultatif pour les affaires économiques et monétaires internationales.

Cette décision faisait suite à une plainte déposée par le Corporate Europe Observatory (CEO), une ONG basée à Bruxelles, qui affirmait que la relation étroite de Draghi avec le G30 était contraire au code d’éthique de la BCE. Au cours de sa présidence de la BCE, M. Draghi, économiste italien qui a précédemment travaillé chez Goldman Sachs, a assisté à quatre réunions du G30, en 2012, en 2013 et à deux reprises en 2015. Mme O’Reilly a déclaré qu’il y avait un danger que l’indépendance de la banque pourrait être perçue comme compromise par l’implication de Draghi dans le groupe, dont les membres comprennent un certain nombre de gouverneurs de banque centrale, des banquiers du secteur privé et des universitaires.

La médiatrice a déclaré :

“La BCE prend des décisions qui affectent directement la vie de millions de citoyens. Au lendemain de la crise financière, et compte tenu des pouvoirs supplémentaires conférés à la BCE ces dernières années pour superviser les banques des États membres dans l’intérêt public, il est important de démontrer à ce public qu’il existe une séparation claire entre la BCE, en tant que superviseur, et le secteur financier qui est affecté par ses décisions.”

Mme O’Reilly a déclaré que toute réunion entre la BCE et le G30 devrait à l’avenir être rendue publique et que des résumés des discussions devraient être fournis.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Marc Luyckx Ghisi, un des pères fondateurs de l’Union Européenne, explique comment l’article 123 voulu par les banques américaines (dont JP Morgan et cie) a asservi les peuples européens. Il interdit aux banques centrales de faire de l’argent. Les obligeant ainsi à demander aux banques d’en faire pour eux pour leur en prêter avec intérêt. Ce qui a donné la crise de la dette. Pour lui par contre, on aurait dû donner à la Grèce l’argent qui lui manquait et non l’endetter encore plus.
    https://www.youtube.com/watch?v=Yg4cV4WYcH0
    Mario Draghi, comme de nombreux financiers européens, viennent de la Goldman Sachs. Il sert les intérêts de ses maîtres et non ceux des habitants européens qui se retrouvent endettés d’au moins plus de 30 000 euros chacun. Ce qui est drôle, ils continuent à vouloir plus d’Europe, donc plus de dettes. A n’y rien comprendre. Heureusement, l’Anglais semble plus intelligent et a su demander son brexit.

  2. Résumé des discussions? Pour en faire quoi?

  3. Il est « épinglé »: ça ne veut pas dire grand chose et ça ne semble dénué de toute valeur juridique. Autrement dit il s’en fout et tous se foutent de nous.

  4. Pour ramener certains banquiers et financiers de haut vol à la raison, je ne vois qu’une solution :
    Lorsque le général Parthe Surena défit Crassus, politique vénal assoiffé d’or, il lui en donna plus que de raison… l’image, qui m’avait beaucoup impressionné dans mon enfançe, se trouve dans un volume de la série Alix, dans l’album « Les Légions perdues » je crois…
    Il est des circonstances hélas, et des personnes où la charité chrétienne n’est d’aucune efficacité !

Publier une réponse