Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Communes de France

Deux articles de la Croix sont à mettre en perspective : l'un traite de la métropole Aix-Marseille-Provence, l'autre de 1500 communes de France en sérieuse difficulté financière.

Le premier article montre que l'Etat investira en  2016 à Aix-Marseille Provence 30 millions d’euros par an au titre de la "péréquation en sus des 50 millions d’euros de dotation de l’État", dans une optique de "reconquête du territoire" (Manuel Valls).

Le deuxième montre 1500 communes à qui le gouvernement refuse une inflexion de l’effort d’économies demandées aux collectivités locales (les baisses de dotations budgétaires aux collectivités locales sont fixées à 11 milliards sur trois ans), et qui de ce fait connaissent déjà des difficultés pour boucler leur budget et pourraient passer sous la tutelle de l’État d’ici à la fin de l’année.

Ce que l'Etat accorde au titre de la "reconquête du territoire" (et comment s'est-il donc perdu, ce territoire ?), il le refuse aux communes "lambda", qui ne font pas de bruit, ne se réclament pas de la "diversité", ne sont pas soumises aux comportements mafieux, n'ont pas de "quartier nord" à "reconquérir". Gabegie rime avec socialie.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Plus que jamais dans ce pays certains sont plus égaux que d’autres.

  2. Le but est de faire en sorte que les petites communes ne puissent se suffire, et donc à terme de les regrouper de gré ou de force.
    Un tyran est toujours gêné par la multitude des petites communes ; il est plus à l’aise en regroupant les gens dans de plus grands ensembles.

  3. l’article se trompe d’adversaire.
    Depuis des siècles la ville de Paris engloutit des crédits divers (à propos de la culture, à propos des transports à propos d’opérations d’urbanisme, etc) au détriment de la France entière et à son seul profit.
    Dans l’affaire, Marseille n’a jamais été très favorisée par l’état centrale alors pour une fois que les Marseillais ont droit à quelques attentions —-
    J’ajoute que Marseille ne se résume pas à quelques quartiers nord !

  4. La socialie est un vrai cancer politique, une maladie républicaine, un miasme.
    Tout pays atteint par ce régime marche à l’agonie.
    Valls et Hollande en sont les plus sinistres et nauséabonds représentants.

  5. Le deuxième article laisse entendre que, pour éviter d’augmenter les impôts locaux (ce qui est sage) les municipalités en sont réduites à baisser les subventions (c’est certainement pertinent), réduire les horaires d’ouverture des “services publics” (piscines, bibliothèques…): cela semble le début de la sagesse, les collectivités locales ayant embauché à tout va depuis quelques années.
    À quand une loi interdisant toute subvention sur fonds publics à tout type d’institution quelle qu’elle soit? Pourquoi ne pas élargir aux impôts locaux le principe de subsidiarité qui permet de “défiscaliser” partiellement des “dons aux œuvres”: on pourrait ainsi constater que certains “services” seraient sans doute mieux alimentés que d’autres…

  6. Ça sent le sapin pour mariane

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.