Comment protéger la planète ? En supprimant vos enfants !

Voici ce que rapporte Jeanne Smits :

S "«Le Protocole de Copenhague doit explicitement établir la relation entre le fait de réduire “humainement” le nombre d’êtres humains et l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre »,

indique Sustainable Population Australia, une organisation non gouvernementale, dans une communication aux Nations unies. […] Le texte est consultable en ligne […]. Il a été présenté jeudi soir à Bonn, en marge des négociations du futur accord climatique qui doit être adopté en décembre à Copenhague. […] L’organisation australienne, qui avance que «41% des naissances dans le monde sont non désirées», demande (exige ?) que celles-ci soient réduites :

«S’assurer que chaque enfant qui naît est un enfant attendu est le moyen le plus rapide et le plus efficace de réduire l’impact humain sur l’environnement, y compris sur les émissions de gaz à effet de serre.»

En clair : «les chefs d’Etat doivent soutenir» les programmes de planning familial qui doivent être financés par des contributions internationales accrues (Obama s’y emploie…) ; «le maillage des lieux d’offre de planification familiale doit être dense» ; «les contraceptifs doivent être délivrés sans ordonnance» (tiens, en France, le gouvernement Sarkozy s’y emploie…) ; «l’avortement doit être légalisé». Le tout s’accompagnant d’un matraquage de l’opinion, notamment dans les écoles (les manuels scolaires français répondent déjà à cette exigence). […]

«tout examen dépassionné du niveau actuel de l’impasse environnementale humaine présente montre que le taux et la croissance de la population ne sont pas “soutenables” et ne peuvent être ignorés. Sans réaction, les pires scénarios seront presque certainement inévitables»."

Quand Vaclav Klaus parle de l'environnementalisme comme d'une utopie de type marxiste, il est loin d'avoir tort.

19 réflexions au sujet de « Comment protéger la planète ? En supprimant vos enfants ! »

  1. Sancenay

    Ce n’est somme toute qu’un des fameux “points communs avec la Chine” chers à notre fameux champion national du Lundi-de-Pentecôte!…
    Face à une telle étroitesse d’esprit, on serait tenté d’ entonner dans un élan rabelaisien : bolzons, bolzons, qu’un vent impur réchauffe la planète !

  2. AML

    Alors on devrait se réjouir du sida qui fait des ravages en Afrique et en Asie ! Ajoutons la grippe porcine et quelques fléaux naturels du style grandes inondations, éruptions volcaniques, tremblements de terre, cyclone et cie, et le tour est joué !
    Mais alors si on est toujours encore trop nombreux, et qu’il n’y a rien à faire, pourquoi et pour qui sauver la planète ?
    Profitons des bonnes choses avant qu’il n’y en ait plus !
    Un bon petit virus médiato-écolo-politiquo-mondialiste qui nous délivrerait de tous ces imbéciles qui jouent à Mme Soleil en voulant à toute fin tronquer les cartes nous rendrait bien service….

  3. senex

    Ce protocole est horrible.C’est “Mein Kamf” revu et corrigé à l’échelle planétaire.Doivent “disparaître” les enfants non attendus, les indésirables, et ensuite ceux qui ne sont plus désirés : les vieux,les handicapés(CF Rapport AT…)
    “Non serviam”Mon désir est roi”
    Vade retro…

  4. Soutenons le Pape

    Hahahahaha !!!
    Hem. Bon, fini de jouer. Tout le monde en classe. Les enfants, laissez donc votre petit camarade mourir tranquille ! Il veut protéger la planète, c’est un geste citoyen courageux [oxymore]. Vous devriez tous l’imiter !
    On nage en pleine idéologie nazie, là. Non, je ne fais pas de réduction ad hitlerium.
    Les nazis faisaient l’apologie d’un retour à la nature, des qualités naturelles de l’homme, de la fortification du sang de la race en éradiquant toutes ses impuretés (homosexuels, handicapés mentaux, Juifs, Slaves, etc.), d’une population supérieure maîtrisant le vaste territoire nécessaire à son épanouissement (autre version de la “sustainable population”). Il ne s’agissait pas de faire beaucoup d’enfants, mais de les faire bien.
    Dans leur grand retour païen à la nature, ils avaient même voté des lois pour la protection des animaux !
    Quand on détrône l’homme de son piédestal et qu’on élève l’animal…
    Nos contemporains se sont tellement focalisés sur la marionette ridicule du moustachu-hystérique-qui-a-tué-les-juifs qu’ils ont oublié en quoi consistait l’idéologie nazie.
    Méfiez-vous, les cathos. Votre idéologie mortifère (hein, les croisades, l’Inquisition, tout ça…) subordonne l’homme à Dieu et l’animal à l’homme. Avec vos théories sur la vie humaine, vous vous opposez à la survie de la planète : vous êtes des ennemis de l’humanité, que dis-je, de la Nature ! (hihi ! jusqu’où va l’absurdité ?)
    Allez, un peu de radicalisation par dessus, et on va bientôt s’amuser. Vous voulez quoi comme martyre ?

  5. taz

    Ne nous inquiétons pas, nos états va certainement trouver un moyen de remédier à cette pollution. Peut-etre une éco-taxe pour les femmes qui ont des enfants, ou alors un éco-bonus à ceux qui se font stériliser.
    Mais patience, il faut “préparer” l’opinion, rendez vous dans 5 ans si tout va bien…

  6. hermani

    en étant très franc c’est la théorie malthusienne ni plus ni moins…
    ça fait combien de temps qu’ils en parlent?
    cette théorie a toujurs été approuvé dans certains milieux “écologistes” ce n’ai en rien un fait nouveau.
    de toute façon cela ne sera jamais appliqué regardez en Chine les couples préférent payer pour pouvoir avir leurs “enfants supplementaires” plutôt qu’en être privé!
    et en ce qui concerne les ressources fallait penser avant à ne pas créer le gaspillage!! quand on voit que que des particuliers, des entreprises, des cantines, etc… jettent les restes car la DLV ou DLC est passée ou car une tartine de pain dans une corbeille plus d’une journée n’est pas hygienique!!
    je pense sincerement qu’un africain, un indien, et bien d’autres (même en France) seraient bien content d’en voir la couleur!

  7. Oktavius

    Tribune a été publiée dans Libération.
    >
    http://www.agriculture-environnement.fr/
    « Home » ou l’opportunisme vu du ciel
    Demain va déferler sur les écrans un film de propagande aux dimensions inouïes. Véritable char d’assaut écolo, Home sera projeté simultanément dans 130 pays, sur les écrans géants du Champ-de-Mars et de Central Park, sur YouTube, France 2, Al-Jezira, etc. Gratuitement bien sûr,
    comme tout bon lavage de cerveau.
    (…)
    Demain, il sera impossible d’échapper aux images forcément « sublimes »,pas plus que l’on ne pourra ignorer le message du film, aussi lourdingue que les poches de Pinault, sponsor du projet : l’homme serait une blatte nocive pour la planète. Perché sur l’hélico, observant son monde avec bonté et paternalisme, Yann-Dieu assène prophéties glaçantes et déclarations dégoulinantes de sensiblerie. « Tout ce que tu vois n’est
    pas seulement un paysage, c’est le visage aimé de notre Terre. » Le tutoiement de la voix off cloue le bec et impose sa liturgie. On communie ad nauseam devant la beauté bio, écolo-guimauve d’un atoll en
    forme de cœur. La transe est accentuée par la musique, onirique à souhait, toute en trémolos vocaux et arrangements planants.
    Yann-Dieu égrène sa vision binaire : homme – mauvais, Terre – jolie. Homme – parasite, Terre – richesse. Terre – notre maman adorée, homme-blatte. Pire que blatte – une blatte Sapiens sapiens. Vu d’en haut, c’est imparable : la blatte se démène dans les villes surchargées, aux fumées nauséabondes, accumulant les déchets, suçant l’eau, cultivant intensivement le sol. 200 000 ans que la blatte détruit ce que dame Nature a patiemment tissé en 4 milliards d’années. Cela ne peut plus continuer. Encore veut-on bien tolérer la blatte africaine ou inuite
    quand on la voit ramper dans le désert mauritanien ou polaire, traînant péniblement son barda. Brave petite blatte, économe de ses besoins, si belle dans son dénuement ! Touchantes images du making of où l’on voit Yann-Dieu, littéralement descendu du ciel, telle la bouteille de Coca-Cola dans Les Dieux sont tombés sur la tête, prendre un bain de foule parmi les indigènes. Blattes des pays pauvres, votre mode de vie est tellement tendance ! Il en va autrement de la blatte occidentale.
    Franchement, on a envie de l’écraser, cette blatte-là ! Lui faire bouffer les stations de pompage, les plates-formes off-shore, les usines qui puent, les aérodromes !
    Quand il entend le mot culture, Yann sort son hélicoptère. Produit par Luc Besson, grand pourvoyeur de finesse devant l’Eternel, il nous assène quelques vérités grosses comme Las Vegas. Imagine-t-on combien il a fallu gaspiller de ressources fossiles pour construire cette ville inutile ? Terrifiantes images de mégalopoles : la bande-son devient angoissante, tendue. Los Angeles – quelle horreur ! New York, Dubaï – monstrueux ! Ne dirait-on pas des monolithes extraterrestres, de vilaines colonies venues de l’espace ? Et l’île de Pâques ? Ses habitants auraient mieux fait de s’occuper de leur forêt en péril plutôt que de perdre du temps avec de stupides statues. Regardez comme leur caillou est invivable maintenant !
    Tous les Homère, Newton, Brunelleschi du monde ne sont rien à côté de la beauté sauvage d’une chute d’eau. La civilisation peut aller se rhabiller devant un éléphant gabonais galopant dans la brousse. « Les
    jeunes sont en quête de sens », dit le réalisateur, émerveillé par tant de cerveaux vierges à conquérir. « Il faut donner du sens à nos affaires», précise sans ciller François-Henri Pinault. Quel meilleur choix que de surfer sur l’hystérie collective du réchauffement climatique ?
    (…) Après-demain, le char d’assaut sera dans les écoles. On va l’y envoyer « accompagné d’une fiche pédagogique ». La rééducation forcée a commencé. Nature contre
    culture… L’opportunisme contre le génie humain. Je frémis et je me sens un peu seul.

Laisser un commentaire