Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

CNIP: Gilles Bourdouleix veut éliminer Annick du Roscoät

Annick du Roscoät, ancienne Présidente du Centre national des indépendants et paysans (CNIP) de 2000 a 2009, répond aux Nouvelles de France :

"J’ai lu dans la presse que 93% des adhérents avaient voté pour une alliance avec Jean-Louis Borloo, ce qui est absolument grotesque. J’ai rédigé un communiqué et Gilles Bourdouleix est entré en colère. Je vais vous dire, je m’en tape ! J’ai en effet été convoquée au bureau politique mardi mais j’avais prévenu que je ne pourrais pas m’y rendre. J’ai appris plus tard qu’il devait y avoir une commission des conflits à la même occasion : elle n’a pas eu lieu puisque je n’y étais pas. […] Gille Bourdouleix veut m’évincer car il sait que je suis quelqu’un de caractère qui ne se laisse pas manipuler et que je l’em… Il veut réaliser une alliance pour les législatives avec Borloo alors qu’elles auront lieu après les présidentielles, ce qui est aberrant. Bourdouleix sait qu’il doit m’éliminer parce que moi, je n’ai pas ma langue dans ma poche. Depuis qu’il est à sa tête, beaucoup de gens ont démissionné du CNIP.

Quel est le but de Gilles Bourdouleix en réalisant cette alliance avec Jean-Louis Borloo selon vous ?

Il doit vouloir trouver un poste de ministre, il ne voit que son intérêt personnel. Moi, ce qui m’intéresse, ce sont nos idées. Or le CNIP n’a jamais été un parti centriste, c’est un mouvement de tradition et la tradition n’est pas centriste. Quand Bourdouleix dit qu’il est contre le « mariage » homosexuel et l’adoption par les homosexuels, comment voulez-vous qu’il puisse l’imposer à Borloo et aux gauchos qui sont avec lui ? S’il avait pris l’habitude de se mettre sur le devant de la scène, à la rigueur on pourrait le croire mais il ne mouille jamais la chemise…"

Partager cet article

3 commentaires

  1. Depuis que Bourdouleix a pris le pouvoir au CNI, beaucoup ont en effet démissionné, sachant bien qui était le personnage. Question : pourquoi Mme du Roscoat l’a-t-elle soutenu pour lui succéder ?
    Quoi qu’il en soit, Mme du Roscoat doit revenir à la présidence du CNI et faire le ménage. Sinon, c’en est fini du parti, l’alliance avec Borloo finira d’enterrer ce qu’il reste du mouvement.

  2. Déjà en 1967, le CNI avait fusionné avec le MRP pour donner naissance au Centre Démocrate, présidé à l’époque par Jean Lecanuet.
    La cohabitation n’a pas marché et à l’époque les “Jeunes Indépendants” dont j’étais VP pour la région Nord ont milité pour que le mouvement reprenne son autonomie.
    Je crois que l’actuel président commet la même “bourde”, pour les mêmes raisons, l’ambition d’être ministre un jour. Je ne citerai pas le nom, l’intéréssé de l’époque étant décédé depuis longtemps. Paix à son âme. André DUHAMEL

  3. Gilles Bourdouleix veut que le CNIP soit la composante “Indépendante” de l’ARES comme les RI puis le PR furent la composante “Indépendante” de l’UDF. Quoi de surprenant ? Cela fera fuir les plus sarkozystes du CNIP. Et après ? 46 présents et représentés lors du dernier comité directeur : 40 pour la motion de Gilles Bourdouleix, 3 abstentions et 3 contre. CQFD : il n’a même pas besoin de l’éliminer, elle fait le boulot toute seule.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services