Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Clivage au FN : Entre pragmatisme forcené et authentique pensée conservatrice ?

Analyse de Philippe Bilger à propos de la crise qui secoue le FN actuellement :

"(…) Aucun parti n'est homogène et, même si Marine Le Pen a toujours répudié au sein du FN les courants, il était inévitable que des sensibilités diverses s'exprimassent sans que l'unité soit toutefois altérée. Le conflit que les médias ont surabondamment exploité entre Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen et leur vision sociétale n'était pas forcément de nature à inquiéter la présidente du FN et à porter atteinte à son autorité. Marine Le Pen demeurait incontestée et ne lui était pas déniée la légitimité d'être la seule à proposer la "bonne" parole du FN. Les controverses entre sa nièce et Philippot n'étaient pas des broutilles mais une dissidence périphérique tenant presque plus à l'antagonisme des tempéraments qu'à des oppositions de fond. On trouve toujours des idées pour déguiser des humeurs hostiles.

Il me semble qu'aujourd'hui, on a dépassé ce stade et que le ver centrifuge est dans le fruit en passe d'éclater.

D'abord, parce que Marion Maréchal-Le Pen ne dissimule plus son manque d'affinités avec Florian Philippot et les réserves que lui inspire la forme dont il use et qu'elle n'hésite plus surtout à contredire sa tante sur des points au sujet desquels celle-ci considérait que le débat était clos (JDD).

Au-delà de Florian Philippot qui pour l'instant a l'oreille de Marine, ce qui crispe dorénavant la relation entre ces femmes est le heurt entre deux conceptions de la politique, deux approches fondamentalement différentes pour la société et le pouvoir, le clivage entre une présidente qui ne rêve que de ce dernier et cherche à tout mettre au service de cette ambition et une nièce talentueuse et convaincue plus préoccupée par la lutte intellectuelle et idéologique que par les habiletés nécessaires à la conquête. Marine, malgré les apparences, ne manque pas de ces dernières quand sa nièce s'en méfie si elles dénaturent la substance.

D'un côté, donc, un pragmatisme forcené, un empirisme persuadé que seul compte ce qui entraîne des avancées électorales et de l'autre une authentique pensée conservatrice qui n'a pas une appétence éperdue pour la modernité et est capable de questionner, au risque de scandaliser, le catéchisme républicain faisant naître la France en 1789.

Marine Le Pen, au contraire, est naturellement éprise d'un modernisme qui ne la gêne pas parce qu'il correspond à son tempérament et aux brisures de son existence et que surtout elle l'estime nécessaire pour l'emporter dans la joute démocratique. Les valeurs sont un poids si elles freinent, retardent. Pour Marion, elles constituent le socle. L'une est une aventurière, une passionnée de la politique classique, l'autre est une intellectuelle de la politique de rupture.

Les ponctuelles divergences – sur le remboursement de l'IVG, sur François Fillon adversaire facile ou redoutable – ne sont pas neutres. Elles révèlent qu'on est sorti des contrariétés inévitables dans une structure partisane et des dissidences secondaires pour entrer dans une zone où Marine Le Pen elle-même est contrainte de s'impliquer et de réagir et où ses éventuelles variations sont ciblées.

Qu'un chef doive réaffirmer son autorité et que sa ligne est la seule acceptable démontre, à l'évidence, que l'une et l'autre sont mises en doute et que le temps des troubles et des éclatements est survenu. Un FN risquant d'être divisé de l'intérieur n'est peut-être plus une hypothèse d'école. Ce serait l'un de ces paradoxes dont la vie démocratique est coutumière. Ce que les ennemis du FN n'ont jamais su accomplir – le détruire ou au moins le faire baisser -, ses plus hauts responsables s'en chargeraient.

En tout cas le Front, s'il demeure national, n'en est déjà plus un."

Partager cet article

15 commentaires

  1. N’importe quoi. La divergence est profonde entre Marine Le Pen et Marion Maréchal-le-Pen. Elle est essentielle. Les dirigeants du FN sont de francs salopards et Marion devrait s’en détacher énergiquement et fonder le parti de France. Elle devrait se porter candidate à la présidence de la République. Elle feront un bon score face à Fillon.

  2. Les “concessions” de Marine… Comment peut-elle tenir un tel langage qui consiste à avouer qu’elle a tenu un discours auquel elle ne croyait par pur cynisme électoral. Jamais un umps n’a avoué de tel calcul méprisant vis à vis des militants qui plus est, surtout à six mois d’une présidentielle. En général, ils attendent d’être en retraite. Marine vient de perdre les élections. Si elle est au deuxième tour, ce que je ne crois pas, c’est que la gauche aura vraiment été pitoyable.

  3. Marion Maréchal-Le Pen est une surdouée qui crée un tel “choc de clarification” que le FN dans sa forme actuelle ne pourra y résister …

  4. Ne sous-estimons pas Marion qui pourrait faire 2% à une présidentielle si elle avait les soutiens qu’elle n’aura pas.
    Sa tante ne sera pas au second tour et les législatives de 2017 lui donneront 4 députés (elle doublera son score RBM!)

  5. Marion a compris une chose essentielle en politique , enfin la vraie politique , pas celle de Machiavel , c est qu une politique sans morale n est que dictature ; celle que nous subissons depuis 10 ans. Si la politique menée depuis 40 ans pouvait apparaître comme un vent de liberté societal , on constate que le fruit , en fait, est bel et bien pourri et il nous conduit à une dictature par la culture de mort. Contrairement à ce que disent certains ( lunaire, culture du bonsaï , l important est de gagner tant pis pour le societal secondaire) la morale chretienne est prépondérante car accompagne et donnê un sens à l économie , le politique et la justice . Le nier , c est courir à la catastrophe .

  6. Cet épisode n’a que trop duré et il faudra bien qu’un éclatement, une scission intervienne au sein du FN avant les élections qu’ils ont de toute façon déjà perdues.
    Je voterais bien pour un programme aux priorités suivantes :
    1/ abrogation de lois sociétales mortifères et liberticide,
    2/ défense de l’identité française et de ses racines,
    3/ … tout ce qui en découle : Liberté, souveraineté, protection des frontières, relance économique, …
    … mais jamais pour un programme comme suit :
    1/ souveraineté, virage à gauche et LGBT,
    2/ défense de la compatibilité entre la République et l’Islam,
    3/ rien !

  7. C’est intéressant de voir que ce clivage entre valeurs chrétiennes et chevenmentisme, identité culturelle et souverainisme, est clairement visible pour tout observateur extérieur comme Bilger ou Lejeune mais farouchement nié par les cadres du Front. De même, dans un registre plus grave, aux belles heures du communisme, tout bon communiste niait la réalité du Goulag et expliquait que Soljnenitsyne était un allié du capitalisme.

  8. Excellente analyse bilgérienne. Mais Marion a déjà eu son lot, elle-aussi, de “brisures existentielles”. On a beau aller à pied tous les jours chez les dominicaines de Saint-Cloud, le spectacle familial de Montretout rappelle les pièces de Tennessee Williams. Heureusement, Marion semble avoir une excellente nature. Que Dieu la garde!

  9. Marine commence à ne plus être très crédible pour défendre les valeurs d’un peuple de civilisation chrétienne.
    Elle semble jalouse du succès de sa nièce et préfère entrainer son parti vers les valeurs républicaines… pas très bon pour le relèvement de la France qu’elle promettait !

  10. “Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde des ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes”
    Saint Paul, épitre aux Ephésiens

  11. Marion, c’est clair, a bien du mal avec les deux tatas! Elle doit s’en affranchir…

  12. Ma décision est prise : je ne voterai plus pour le Front National et qui que ce soit de ses représentants politiques.

  13. Je lis toujours Philippe Bilger et son indépendance d’esprit est toujours intéressante.
    La mise en parallèle des deux femmes est assez fine.
    Je suis plus réservé sur le final de son analyse.
    Ce parti est trop monolithique et la prise de contrôle de sa direction par un ouvrier de la vingt-cinquième heure qui n’en a même pas la culture historique et qui a toujours eu du mal à se faire élire sont des handicaps. De plus, l’omniprésence médiatique de Florian Philippot – qui maîtrise certes très bien l’exercice de l’interview mais auquel il manque chaleur, flamme voire humour – donne le sentiment aux gens que la formation manque de talents et de compétences.
    De toutes manières la mise en réserve trop nette de Bruno Gollnisch a créé un vide et un déséquilibre que Marine Le Pen n’a pas su prendre en compte, donnant l’impression d’offrir son parti à un ambitieux et ses réseaux.

  14. Voici la Marine dans la tempête. Vu l’écrasante supériorité intellectuelle de Marion sur le duo Marine/Philippot, le résultat de ces “chicayas” est certain: la défaite en rase campagne de MLP et de son acolyte. Le plus vite sera le mieux.

  15. Avec Philippot et Rachline, le FN rejoint les partis de l’establishment en faisant sienne leur “bien-pensance” abortive, invertie et laïciste, en un mot anti-catholique, contre la volonté de la majorité des militants et des sympathisants, qui soutiennent Marion. Si Marine ne revient pas aux fondamentaux, au mois de mai, nous irons à la pêche…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services