Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

“Cléricalo-centrisme”

René Poujol, ancien directeur de la rédaction de Pèlerin, s'inquiète de la mise à la trappe des laïcs, et notamment des journalistes et blogueurs laïcs par l'Eglise catholique de France.

"La morale de l’histoire est que pour «Eglise catholique en France» seule la présence de clercs dans une manifestation fait «Eglise» et mérite donc d’être portée à la connaissance de ses «amis» sur Facebook. Cette approche sera d’ailleurs confirmée tout au long des Journées. […] Tout cela serait, au fond, sans gravité s’il ne s’agissait que de susceptibilité mal venue. Mais l’enjeu est bien plus essentiel. La question ici posée tient à l’ecclésiologie à laquelle renvoient, consciemment ou non, volontairement ou non, ces pratiques. Est-on toujours dans l’ecclésiologie promue par Vatican II, celle d’une Eglise peuple de Dieu où les laïcs ont leur propre rôle à jouer ? On aurait pu l’attendre à propos d’une rencontre où, dans l’interview qu’il nous a accordée, Mgr Celli rappelait l’invitation du Saint-Père faite à tous : évêques, prêtres et laïcs… d’affronter la culture numérique. Ou est-on revenu à une ecclésiologie ante-conciliaire de type cléricalo-centriste, que l’on pourrait définir par cette formule : là où est le prêtre, là est l’Eglise ? D’évidence c’est aujourd’hui cette ligne de conduite qui est suivie par «Eglise catholique de France.» Ceux qui portent la responsabilité de cette communication devraient comprendre que les laïcs engagés dans l’Eglise que sont la plupart des journalistes de la presse et des médias chrétiens, puissent sincèrement se sentir blessés d’un tel ostracisme."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Cela correspond à mon analyse depuis 4 ou 5 ans : la crise de l’Eglise en Europe est un problème d’ecclésiologie.
    De là découlent tous les autres problèmes : liturgie (et acceptation des rubriques), catéchèse, rôle des laïcs …

  2. La génération du Concile Vatican II (ceux qui voudront bien se reconnaître dans cette appellation), serait bien plus à son aise parmi les protestants.
    Les jeunes eux, voient les choses autrement. Ils aspirent à une Eglise qui les console du monde. Ils ne voient pas l’intérêt d’introduire davantage de “profane” dans le “sacré”. D’ailleurs, les laics font tant de choses, que l’on a parfois l’impression qu’ils ont tous pouvoirs. Je ne comprend pas vraiment de quoi on se plaint.
    Il me semble que ce sont davantage les “tradi” ou les “inté” qui ont eu à souffrir de l’ostracisme. Ils s’en sont plaints à l’occasion mais n’en ont pas fait des quantités de jérémiades. Ils se sont plutôt affirmés dans ce qu’ils croyaient être beau et bon. Et aujourd’hui, ils ont quelque chose d’intéressant à proposer.

  3. Très pertinente observation de “perplex” qui devrait plonger plus d’un lecteur dans un abîme de perplexité, Internet ayant tout bouleversé dans le fonctionnement de la société comme dans celui de l’Eglise !
    A ce propos, un évêque n’a-t-il pas été mandaté par la CEF pour essayer de “gérer” les flux de la communication catholique sur Internet ?
    En un mot, et en raccourci, comme l’a très bien perçu perplex , tout ce que le monde catholique comptait de “réac” , qui a été ignominieusement persécuté par tous les grands médias ( cathos ou non ) qui assurent la gouvernance médiatique de la société depuis mai 68, est en train de vivre une formidable expérience de LIBERATION intellectuelle, grâce à cet outil providentiel qu’est Internet ! …
    Et cela au moment même où le monde construit par les vainqueurs de mai 68 est en train d’exploser tous azimuts !

  4. Si ce n’est que là où sont certains “prêtres de l’Église en France” et surtout pas là où est “le prêtre de l’Église” et très curieusement aussi pour ceux qui ont des yeux et ne veulent pas voir là où l’accord règne le mieux sur le net c’est entre les laïcs engagés d’une manière plutôt traditionnelle et les prêtres en complète avec l’Église universelle et pas vraiment “gallicane”.
    Cherchons l’erreur!

  5. “Les jeunes eux, voient les choses autrement. Ils aspirent à une Eglise qui les console du monde”.
    L’Eglise n’est pas là pour nous consoler du monde. Ce qui nous attend, si nous accomplissons notre tâche de baptisés, c’est plutôt cela :
    Mt 5:11- Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi.
    Mt 5:12- Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c’est bien ainsi qu’on a persécuté les prophètes, vos devanciers.

  6. “La crise, c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître” GRAMSCI
    Internet a fait exploser la chape de plomb imposée aux courants traditionnels ou traditionalistes ou même simplement ”conservateurs” de l’Eglise de France, dont les structures (la superstructure dirions-nous si nous étions gramscistes) est demeurée progressiste en justifiant son pouvoir arbitraire par Vatican II.
    Ces deux générations se cramponnent : s’appuyant sur le verrouillage institutionnel mis en place par le défunt cardinal de Paris et que perpétue son successeur.
    Au point que beaucoup de prêtres de la génération suivante hésitent à accepter la charge épiscopale, devant l’ampleur du désastre, et mesurant la pesanteur et le centralisme nullement démocratique des Commissions diverses de l’Assemblée épiscopale.
    Alors nous laïcs qui regardons vers Rome, et qui nous exprimons par des pélerinages, des oeuvres, la Marche pour la Vie, des associations Pro Vie, le soutien à des congrégations dont les membres sont issus de ce laïcat demeuré romain, qui ne sommes pas issus de la superstructure, et alors qu’elle avait planifié notre extinction, nous gênons doublement :
    – notre existence est la négation de la structure de ce ”parti unique” d’Eglise
    – notre ”romanité” est une négation de l’esprit (dit ”de Vatican II”) qui sert de justification à son pouvoir.
    Voilà comment le ”peuple” est devenu l’obstacle à la réalisation de l’Eglise du futur sans prêtres de Mgr ROUET.
    Le grand hiatus pour ce pouvoir clérical, demeure l’élection de BENOIT XVI : en privé ils disent attendre sa mort, puisque son âge en ferait un ”pape de transition”, leur malheur étantque la Providence a doté la famille Ratzinger du gêne de la longévité.

  7. Il faut lire la lettre du Pape Léon XIII au Cardinal américain Gibbons en 1899 pour voir que le modernisme venait beaucoup des USA et était essentiellement une influence protestante sur l`Église catholique minoritaire en ce pays.
    C`est la liberté de culte protestante faisant pression sur la doctrine catholique.

  8. Perplex a raison : pour René Poujol qui se défini sur son blog comme journaliste, citoyen et « catho en liberté », ce ne sont surement pas les blogueurs du SB ni les laïcs de Civitas qui manifestent devant les théâtres qui ont droit de citer.

  9. D’un côté M. Poujol a raison, de l’autre n’oublions pas que ce sont les laïcs qui se sont mêlés de la liturgie après le Concile et ont tout mis à l’envers, alors que les prêtres des paroisses en majorité ne savaient pas comment leur résister.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services